Articles

OA - Liste

Listes : Récents20202021202220232024

En cliquant sur un nom d’auteur, l’ensemble de ses références apparaitront. Cliquez sur refresh pour revenir aux articles parus sur le blog.

espace50x10

2024

Les prévisions sont claires. Pour le climatologue de l’ULiège Xavier Fettweis, malgré les efforts qui seraient consentis, on file tout droit vers une augmentation de trois degrés de la température moyenne d’ici la fin du siècle. Avec de très nombreuses conséquences pour la province de Liège également.
Voor het eerst sinds het pre-industriële tijdperk (1850-1900) is de beroemde drempel van +1,5°C bereikt of bijna bereikt (+1,48°C gerapporteerd door Copernicus (*) op wereldschaal, waardoor het vorige record (2017) van +0,17°C is verbrijzeld. Sinds juli 2023 breken de temperaturen bijna elke dag vorige dagrecords, met anomalieën op wereldschaal die in de afgelopen maanden soms +2°C bereikten. Tot slot heeft de stijging van de zeespiegel in 2023 een ‘sprong voorwaarts’ gemaakt, met een stijging van bijna een factor twee ten opzichte van voorgaande jaren. Deze versnelling van de zeespiegelstijging is niet te wijten aan het plotselinge smelten van de poolkappen, maar aan de thermische uitzetting van de oceanen, die in 2023 ‘plotseling’ opwarmden. In de Noord-Atlantische Oceaan steeg de oppervlaktetemperatuur bijvoorbeeld met +0,4°C ten opzichte van 2022, terwijl die in de periode 2020-2022 nauwelijks was veranderd. Maar waarom is de temperatuur van de oceanen zo sterk gestegen, meer bepaald in de noordelijke Atl
Pour la première fois depuis l’aire préindustrielle (1850-1900), le fameux seuil de +1.5°C a été atteint ou presque (+1.48°C signalé par Copernicus (*) à l’échelle globale pulvérisant le précédent record (2017) de +0.17°C. Depuis juillet 2023, c’est en fait tous les jours ou presque que la température bat les précédents records journaliers avec des anomalies à l’échelle globale atteignant parfois les +2°C ces derniers mois. Enfin, la hausse du niveau des mers a fait un « bon » en 2023 en augmentant de presque un facteur deux par rapport aux précédentes années. Si une telle accélération de la hausse du niveau marin a été observée, ce n’est pas à cause d’une fonte subite des calottes polaires mais, à cause de l’expansion thermique des océans qui se sont « subitement » réchauffés en 2023. En Atlantique Nord par exemple, la température de surface a augmenté de +0.4°C par rapport à 2022 alors qu’elle n’avait quasiment plus évolué sur la période 2020-2022. Mais pourquoi un tel emballement des températures des océan
La Belgique vient de connaître un week-end historique en termes d’énergie éolienne et solaire, par deux fois la production d’électricité des panneaux solaires et des éoliennes de Belgique a dépassé la consommation des Belges. Xavier Fettweis, professeur en climatologie à l’ULiège, s’est livré à un exercice particulièrement intéressant : se pencher sur l’évolution de la production éolienne et solaire dans notre plat pays.
Le réchauffement climatique est une réalité qui se fait de plus en plus sentir dans notre quotidien et son impact devrait augmenter en puissance au fil des décennies si l’objectif de limiter la hausse des températures à +1,5 °C est dépassé. À quelques mois des élections, le climat est un des enjeux principaux de la campagne électorale, la thématique est d’ailleurs déclinée toute la semaine sur les plateformes de la RTBF. Ce lundi, Xavier Fettweis, climatologue à l’ULiège, était invité dans l’émission spéciale de Matin Première sur le thème de l’environnement.
Cela fait plusieurs décennie que les scientifiques nous alertent sur le réchauffement climatique. Si la neige est apparue chez nous en janvier, elle ne sera pas restée longtemps. En Haute-Fagnes, la neige permet à beaucoup de gagner leur vie. Mais quel sera leur avenir si, comme le prédisent les scientifiques, elle ne devrait plus tomber en masse ?
Pour se préparer aux impacts futurs du changement climatique, la Wallonie étudie des scénarios de réchauffement. Des étés plus chauds et plus secs, mais avec des épisodes de précipitations extrêmes.

2023

Découvrez l'enregistrement de la conférence de Xavier Fettweis, climatologue ULiège sur "Les Changements climatiques en Province de Liège aujourd’hui et demain" qui a eu lieu dans le cadre de la Quinzaine Climat.
Alors que notre pays quitte à peine la première vague de chaleur connue en septembre de toute son histoire, et que les records tombent les uns après les autres, il est temps de tirer la sonnette d'alarme : la Belgique a plus de vingt ans d'avance sur les modèles de projections climatiques les plus pessimistes. Alors que certains persistent à dire que "tout est normal", qu'il s'agit simplement d'un "coup de chaud" dont il ne faut pas vraiment s'inquiéter. Xavier Fettweis, professeur en climatologie à l'ULiège, s'est livré à un exercice relativement simple sur le papier : vérifiez la validité des hypothèses en mettant en parallèle des éléments observables et des projections climatiques faites par les modèles du climat.
Cela ne vous aura pas échappé, après de longs mois sous la grisaille et le froid, le soleil et la chaleur ont fait leur retour en Belgique. Une première vague de chaleur a même été déclarée ce lundi par l’Institut Royal Météorologique. Mais ce n’est pas tant de la météo que l’on va parler ce samedi dans Complément d’infos mais bien du climat. Sècheresse, inondations, feu de forêts, ces évènements se multiplient. Pour les décrypter, Xavier Fettweis, Climatologue à l’Université de Liège est l’invité d’Audrey Degrange. Une pause dans les mesures écologiques ? « Quand Emmanuel Macron parle de pause dans les mesures écologiques, il se leurre complètement et il doit avoir un intérêt économique derrière. Ce n’est pas une pause qu’il faut faire mais bien une accélération, insiste Xavier Fettweis, Climatologue à l’Université de Liège. Les gens ne se rendent pas compte mais laisser aller les choses et, tous les économistes sont d’accord, surtout à moyen et long terme, cela va nous coûter beaucoup beaucoup plus cher ! I
Les prévisions météo pour les prochaines semaines ne sont pas bonnes pour nos forêts. Selon de nombreux experts, les conditions climatiques actuelles tendent vers un été à haut risque d'incendie, et il faut s'y préparer. "Je crois qu'il va falloir équiper nos pompiers en termes de matériel et d'expertise pour pouvoir faire face à de grands feux de forêts", note Xavier Fettweis, climatologue. Forte chaleur, manque d'eau et végétations très sèches : les menaces sont multiples, en particulier dans nos Ardennes.
Pour le climatologue liégeois Xavier Fettweis, ce n’est malheureusement pas ce nouveau rapport du Giec “qui fera bouger les choses mais le changement climatique lui-même et ses catastrophes…”
Alors que cela fait plusieurs décennies que les climatologues tirent la sonnette d’alarme (le 1er rapport du GIEC date de 1990), le Président Emmanuel Macron se demandait il y a quelques semaines de savoir « Qui aurait pu prédire la crise climatique de cet été ? », en prétextant avoir dit cela pour insister que les changements climatiques observés cet été seraient pires que ceux prévus. Tout récemment, un article scientifique paru dans Earth System Dynamics suggérait qu’il faudrait considérer la fourchette haute des prévisions du GIEC pour être en accord avec les observations en France de ces deux dernières décennies. Par conséquence, il est tout à fait légitime de se poser la question : et si on sous-estimait les changements climatiques à venir ?
Publications and communications
Ce 4 janvier 2023, les températures ont été un peu plus proches des températures de saison. Pourtant, ce début...