VOS

OA - Liste
idées, propositions, programmes, mémorandums, contributions


Écocide, climat, environnement, biodiversité, santé

Voici VOS propositions pour prendre réellement en compte les urgences écologiques et climatiques :

Associations Collectifs Contributions individuelles

2024

Outgoing special rapporteur David Boyd says ‘there’s something wrong with our brains that we can’t understand how grave this is’
Les méthodes des économistes qui tentent d’évaluer l'impact économique des dommages climatiques à venir sont très critiquables. Cet article explique les limites et dangers des modèles qu'ils utilisent.
Le Traité sur la Charte de l’Énergie (TCE) est un accord multilatéral signé en 1994 qui visait initialement à sécuriser les approvisionnements énergétiques de l’Europe de l’Ouest dans les pays de l’ex-bloc soviétique, en protégeant les investisseurs étrangers des impacts économiques négatifs éventuels résultant de changements législatifs décidés par les États postérieurement aux investissements réalisés. Le traité donne à cet effet la possibilité aux investisseurs d’attaquer ces États dans des tribunaux d’arbitrage privés et de demander des compensations financières conséquentes. Dans cette fiche, nous expliquons ce qu’est le TCE et nous montrons à quel point il constitue un obstacle à la lutte contre le changement climatique.
Réformer la gouvernance économique européenne, et en particulier le Pacte de Stabilité et de Croissance, pour que la coordination des politiques économiques soit mise au service de la transition écologique notamment en facilitant les investissements de transition.
You would think that we have more than sufficient troubles caused by global warming, pollution, resource depletion, biodiversity loss, ecosystem disruption and a few more. But there is a problem that’s not directly related to the natural world, but by a purely human construction: the financial market. Here is a discussion by Ian Schindler — maître de conference émérite (emeritus professor of mathematics) at the University of Toulouse 1, France, who proposes that we are close to a financial collapse.
A focus on economic stability in the near-term makes the climate crisis worse in the long-term.

2023

An independent think tank producing data-driven analysis on how business and finance are impacting the climate crisis
J’ai reproduit un texte du livre collectif Greenwashing : manuel pour dépolluer le débat public paru en 2022 aux éditions du Seuil et supervisé par Aurélien Berlan, Guillaume Carbou et Laure Teulières. Dans ce texte, l’historien Jean-Baptiste Fressoz explique pourquoi le récit d’une « prise de conscience » écologique récente est en grande partie factice – « la plupart des sociétés se sont préoccupées à leur façon de leur environnement ». Sous l’Ancien régime, les policiers étaient par exemple les premiers écologistes de France. La police locale avait en effet le pouvoir de fermer des établissements qui importunaient le voisinage avec leurs rejets polluants. Le mythe du réveil écologique sert avant tout les industriels. Et les influenceurs pro-industrie qui font leur beurre sur le désastre en cours. Jean-Marc Jancovici ou encore Thomas Wagner (Bon Pote) sont régulièrement présentés comme des prophètes de la « prise de conscience », du « réveil écologique ».
« L’agriculture française va mal : parmi l’ensemble des tenants de modèles agricoles que tout oppose ou presque, voilà une idée qui fait largement consensus. Quels sont les symptômes ? Des impacts écologiques catastrophiques, négligés, bien que largement documentés, mais aussi une saignée sociale : la “modernisation” de l’agriculture se traduit par une disparition continuelle et massive des paysans. Durant la seconde moitié du XXe siècle, tandis que le nombre de tracteurs de nos campagnes augmentait d’environ 1000 %, le nombre de fermes chutait de 70 % et celui des actifs agricoles de 82 %. En d’autres termes, ce sont plus de quatre actifs sur cinq qui ont quitté le travail agricole en seulement quatre décennies, entre 1954 et 1997.
This report examines the economic and business models needed to address the impacts of the plastics economy.
We’re sharing the open letter published to accompany the start of the “Beyond Growth” conference at the European Parliament, and signed by members of the Zagreb Degrowth Conference team.
Chemicals yield profit of about $4bn a year for the world’s biggest PFAS manufacturers, Sweden-based NGO found
Pour réduire efficacement nos émissions de gaz à effet de serre, il est indispensable de pouvoir les quantifier. Quels sont les différents gaz à effet de serre ? Comment agissent-ils et comment les mesurer dans le temps ? Quelles sont les principales problématiques que pose la comptabilité carbone?
This paper catalogues current efforts to address climate change within multilateral economic and financial institutions and related organizations. It also proposes a minimum set of policy measures that need to be prioritized by such institutions to support climate change mitigation and adaptation. The proposals include expanding public climate finance via multilateral development banks, doing more to mobilize private investment, mainstreaming climate considerations across institutional operations, making climate disclosures mandatory, and addressing sovereign debt distress to unlock private climate finance.
Les liens entre PIB et énergie sont forts, comme l’ont montré de manière spectaculaire les chocs pétroliers des années 1970 et la crise énergétique qui a commencé fin 2021. Pour un ingénieur, ce lien est une évidence : pas de production économique sans énergie. Mais un économiste risque d’avoir une réponse différente… Comme nous allons le voir, certains économistes ont par exemple estimé qu’un embargo complet sur le gaz russe n’aurait qu’un impact de 0,5% sur le PIB allemand, ce qui est loin de la réalité.
Le délire d’une domestication totale des forces de la nature par le pouvoir des machines ne date pas d’hier. Cette obsession pathologique pour la puissance et le contrôle gangrène l’imaginaire collectif du monde occidental depuis maintenant quelques siècles. Aujourd’hui, cette lèpre s’est étendue au globe entier, la plupart des peuples ayant été contaminés par la pensée-machine à force d’être colonisés par des machines.
Many people believe that wind, solar and electric vehicles are solutions to our energy problems. In this post I talk about the important role complexity plays. Growing complexity uses energy in hidden ways. The result tends to be more energy use, rather than less, as complex solutions such as wind turbines, solar panels and electric vehicles are added. Many measures of energy desirability give unreasonably favorable ratings to wind and solar and electric vehicles. The problem is that dual systems are needed, driving up energy consumption. Without enough energy, economies tend to collapse. This is a form of simplification.

2022

For a small but growing network of countries, the world's go-to metric of economic health is no longer fit for purpose. Finland, Iceland, Scotland, Wales and New Zealand are all members of the Wellbeing Economy Governments partnership. The coalition, which is expected to expand in the coming months, aims to transform economies around the world to deliver shared well-being for people and the planet by 2040.
Carl Safina démonte deux arguments récurrents du discours dominant qui a infusé le monde de la conversation, un discours imposé au fil des années par de puissantes ONG, des fondations de milliardaires, des industriels majeurs et des scientifiques influents, un discours évidemment repris en chœur par les médias, ces chiens de garde du système
Wheat is an important global crop, but new research suggests that fungal toxins have contaminated half of all European wheat produced for food. the widespread presence of vomitoxin in our food is concerning. It is not yet known how constant, low-level dietary exposure to mycotoxins can affect human health in the long term. This is compounded by the fact that one-quarter of the wheat contaminated with vomitoxin also contained other FHB mycotoxins, raising concerns of synergism, where toxins interact with each other and cause greater harm than the sum of the individual toxins acting alone.
Le traité sur la charte de l’énergie (TCE) est un accord multilatéral signé en 1994 qui visait initialement à sécuriser les approvisionnements énergétiques de l’Europe de l’Ouest dans les pays de l’ex-bloc soviétique en protégeant les investisseurs étrangers des impacts économiques négatifs éventuels résultant de changements législatifs décidés par les États postérieurement aux investissements réalisés. Le traité donne à cet effet la possibilité aux investisseurs d’attaquer ces Etats dans des tribunaux d’arbitrage
J’ai reproduit une interview de Serge Latouche parue dans le journal La Décroissance d’octobre 2022 (n° 193). Contrairement aux déclarations naïves d’un certain nombre d’éco-influenceurs se réjouissant des rationnements à venir qui seraient synonymes (selon eux) d’une « prise de conscience », dans le monde politique, des limites planétaires, Serge Latouche estime au contraire que ces discours sont de « l’enfumage ». L’historien des techniques et sciences Jean-Baptiste Fressoz a également démonté à maintes reprises ce mythe de la « prise de conscience » écologique[1], tout comme l’historien François Jarrige[2].
CO₂ emissions of the global economy
Le traité sur la charte de l’énergie (TCE) est un accord multilatéral signé en 1994 qui visait initialement à sécuriser les approvisionnements énergétiques de l’Europe de l’Ouest dans les pays de l’ex-bloc soviétique en protégeant les investisseurs étrangers des impacts économiques négatifs éventuels résultant de changements législatifs décidés par les États postérieurement aux investissements réalisés. Le traité donne à cet effet la possibilité aux investisseurs d’attaquer ces Etats dans des tribunaux d’arbitrage privés et de demander des compensations financières conséquentes.
We face so many concurrent threats that commentators have argued that we now face an unprecedented "polycrisis" – where multiple interacting global crises produce greater harms to the planet and humanity than those crises would produce in isolation. The Wellbeing Economy Alliance has argued that the current economic design is at the root cause of this polycrisis, and with good reason.
Mettre au cœur du pilotage de l’économie des indicateurs alternatifs au PIB qui reflètent mieux l’état de santé sociale et écologique.
A beauty company has appointed a director to represent nature on its board, giving the natural world a legal say in its business strategy. Faith In Nature, which sells soap and haircare products, as well as household cleaners and shampoo for dogs, says it is the first company in the world to give nature a formal vote on corporate decisions that might affect it
Dans la quête aux réductions d'émissions de CO2, on parle régulièrement de différents leviers : démographie, décroissance, sobriété, efficacité énergétique ou encore mix énergétique. Pour comprendre l’impact de chacun de ces termes, il est commode de se servir de l'équation de Kaya. Cette équation, que l’on doit à l'économiste japonais Yoichi Kaya, décompose les émissions de CO2 énergétiques (donc qui proviennent de la consommation d’énergie) selon une formule mathématique qui n'est qu'une tautologie, mais qui donne un axe de lecture intéressant.
On June 30, 2022, the Supreme Court issued a landmark opinion in West Virginia v. EPA that substantially limited the authority of the Environmental Protection Agency (the EPA) to regulate carbon emissions from power plants. Because the opinion concerned the proper scope of executive agency rulemaking, the decision may have profound effects on other regulatory agencies, including the Securities and Exchange Commission.
France’s troubled nuclear fleet a bigger problem for Europe than Russia gas Giles Parkinson 5 August 2022 44 frederic-paulussen-LWnD8U2OReU-unsplash - optimised nuclear 669 Shares Share 669 Tweet Before Peter Dutton’s Coalition charge off into yet another inquiry into the merits of nuclear power, they might want to take a closer look at what’s happening in Europe, where the failure of France’s huge nuclear power plant fleet is causing bigger problems for EU power supplies than Russia’s withheld gas supply. France has been delivering just a fraction of its energy production potential in recent months, and overnight the situation got worse when French power producer EDF announced another three power plants would curtail output because of rising temperatures. Rivers have become too hot in the latest heatwave to be used to cool the reactors. The majority of France’s 56 nuclear reactors are currently throttled down or taken offline due to a combination of scheduled maintenance, erosion damage (worryingly, mostly a
School and university students all over the world are planning to take school strikes one step further and occupy our campuses to demand the end of the fossil economy. Taking a lesson from student activists in the 1960s, the climate justice movement’s youth will shut down business as usual. Not because we don’t like learning, but because what we’ve learned already makes it clear that, without a dramatic break from this system, we cannot ensure a livable planet for our presents and futures.
Analyse des définitions possibles du capitalisme, système économique aujourd’hui dominant sur la planète, en partie responsable de la crise écologique et sociale actuelle. Pour la survie de l'humanité, Comment réformer le capitalisme ? Faut-il en sortir totalement ?
Le capitalisme est parfois présenté comme le principal responsable de la crise écologique et sociale actuelle . Pour certains, il faudrait renommer capitalocène ce que les géologues appellent anthropocène. Pour d’autres, il faut sortir du capitalisme pour résoudre cette crise majeure. Il est indéniable que le système économique actuel, dit « capitaliste », aujourd’hui dominant sur la grande majorité de la planète, est en cause.
Climatenomics lays out how ‘supply chain disruptions’ has become a euphemism for the effects of climate change
Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, et pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C, les 195 pays signataires de l’Accord de Paris se sont fixé comme objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Nous n’allons pas revenir ici sur l’aberration qui consiste à « lutter contre le changement climatique », ce qui revient à s’attaquer aux symptômes et non à la racine du mal – la société industrielle et l’extraction démentielle de matières premières et d’énergie qui sous-tend son existence. Le concept de neutralité carbone a été d’une aide précieuse pour détourner le mouvement écologiste – historiquement décroissant, en faveur de la paysannerie et s’opposant aux industriels autant qu’à l’État – afin de limiter le cadre des débats au changement climatique, à la question énergétique et à la décarbonation de l’économie.
Réduire notre dépendance à l’État et au système industriel est la condition de notre survie et de notre bien-être futur. Avant de poursuivre, quelques mots sur l’effondrement, une notion souvent mal comprise. La confusion règne, elle est même savamment cultivée par des opportunistes proches des sphères du pouvoir qui ont compris comment exploiter la peur de l’effondrement au profit de leur classe sociale. Devenues hégémoniques avec le succès de la collapsologie, la version hollywoodienne de l’effondrement et les caricatures grotesques du survivalisme qui l’accompagnent systématiquement sont bien éloignées des faits. L’effondrement à venir de l’État-nation, ce n’est pas la fin du monde ni l’apocalypse sur Terre, mais une opportunité rare qu’il nous faut saisir.
L’effet rebond s'observe quand la réduction de consommation d'énergie (ou de ressources) est "perdue" parce que cette économie suscite d'autres consommations par ailleurs. Il montre que le changement technique ne peut être le seul levier d’une stratégie de transition écologique.
The Securities and Exchange Commission today proposed rule changes that would require registrants to include certain climate-related disclosures in their registration statements and periodic reports, including information about climate-related risks that are reasonably likely to have a material impact on their business, results of operations, or financial condition, and certain climate-related financial statement metrics in a note to their audited financial statements. The required information about climate-related risks also would include disclosure of a registrant’s greenhouse gas emissions, which have become a commonly used metric to assess a registrant’s exposure to such risks.
As head of state-owned oil firm Rosneft, oligarch commands central place in the economy
The UK Government is forecasting that, without better plans to improve climate resilience, billions of pounds will be wiped off of national GDP in the coming decades, with the costs of inaction set to outweigh the cost of action by 2045.

2021

The fundamental assumption underlying these beliefs is that economic growth can be “decoupled” from resource and ecological demands and impacts. That is, it is claimed that the rate of production and consumption can continue to increase while the resources needed to do this can be reduced to sustainable levels, along with the environmental damage it causes. It is disturbing that this tech-fix faith persists despite the mountain of evidence that it is wrong.
Some economists have long argued that to really save the planet – and ourselves – from the climate crisis, we need a fundamental overhaul of the way our economies work. In this episode of The Conversation Weekly, we explore the ideas of the degrowth movement and their calls for a contraction in the world’s consumption of energy and resources. We also compare degrowth to other post-growth proposals for governments to reduce their fixation with economic growth.
De Wellbeing Economy Alliance (WEAll) introduceerde vorige week de nieuwste versie van de Happy Planet Index (HPI). Die mondiale maatstaf voor duurzaam welzijn is een mooie inspiratiebron en motivatie voor de landen die deelnemen aan de VN-klimaattop in Glasgow die vandaag van start gaat. De Transformisten vzw (nieuwe naam voor Netwerk Bewust Verbruiken) is lid van de Wellbeing Economy Alliance en levert commentaar bij de HPI index.
Researchers examined the economic cost of the climate crisis and found it would cut about 37% from global GDP this century, more than twice the drop experienced in the Great Depression. For every tonne of carbon dioxide emitted, the global economy would be $3,000 worse off by the end of the century, they estimated.
Europe’s 25 largest banks are still failing to present comprehensive plans that address both the climate crisis and biodiversity loss, putting their sustainability pledges in doubt, campaigners have warned.
« Il sera bientôt trop tard ». Ce « cri d’alarme de 15 000 scientifiques pour sauver la planète » était en première page de l’édition du Monde fin 2017 . Le constat de la crise écologique n’est pas nouveau. En 1972, le rapport « The Limits to Growth » commandé par le Club de Rome concluait déjà à l’impossibilité d'une croissance économique infinie dans un monde aux ressources naturelles limitées et aux pollutions croissantes. Depuis, les nombreux rapports alertant sur l’état de la planète se sont succédé, tout comme les sommets de la dernière chance.
Economie, ressources naturelles et pollutions sont intrinsèquement liées. Il n'y a pas de solution unique pour répondre à la crise écologique.
The ferries that once shuttled tourists to and from the little islets in Iran's Lake Urmia sit rusty, unable to move, on what is rapidly becoming a salt plain. Just two decades ago, Urmia was the Middle East's biggest lake, its local economy a thriving tourist center of hotels and restaurants.
A group of leading international researchers have issued a stark new warning to governments that relying on technology alone will not be enough to address the growing climate emergency, saying that presumptions that economic growth can continue unchecked should be challenged.
The European Commission just released on Friday 16 July its new EU Forest Strategy. This Strategy supplements the Fit for 55 Package (published on 14 of July) and will contribute to achieve the EU’s target of reducing greenhouse gas emissions from 55% by 2030, as set out in the European legislation on Climate. This new ambitious strategy “recognises the central and multi-functional role of forests, and the contribution of foresters and the entire forest-based value chain for achieving by 2050 a sustainable and climate-neutral economy
As an economist who has studied the effects of weather and climate change, I have examined a large body of work that links heat to economic outcomes. Here are four ways extreme heat hurts the economy – and a little good news.
les cachalots ont élaboré une culture de résistance pour faire face à la pêche industrielle des chasseurs de baleines pratiquée aux XIXe et XXe siècles. Cette riposte consistait notamment à échanger des informations sur la position des navires pour mieux les éviter.
The Global Alliance for a Green New Deal is inviting politicians from legislatures in all countries to work together on policies that would deliver a just transition to a green economy ahead of Cop26 UN climate talks in Glasgow this November.
Consumers are faced with "confusing and often misleading claims about sustainability benefits", according to US vice president's analysis.
The Other Economy est un projet associatif sans rattachement politique, institutionnel, confessionnel, industriel ou financier. Initié par Alain Grandjean et Marion Cohen, il associe de nombreux contributeurs et partenaires.
Rassembler sur un site Internet les connaissances et propositions sur les questions écologiques, économiques et sociales, en mettant l’accent sur les relations qu’elles entretiennent, le tout sous une forme pédagogique et engagée : tel est l’ambition de The Other Economy, plate-forme que viennent de lancer Alain Grandjean, économiste, cofondateur de Carbone 4 et président depuis 2019 de la Fondation Nicolas Hulot, et Marion Cohen, consultante spécialiste de la transition écologique après avoir notamment passé une dizaine d’années en tant que directrice scientifique et technique de la Fondation Nicolas Hulot. Ils nous expliquent leurs motivations et l’ambition de ce projet.
The massive and growing ‘forever chemicals’ scandal in Belgium marks the culmination and possible endpoint of the endless growth logic, not to mention the privatising of profit and the socialising of costs. This was reflected in the leaked secret settlement, reached in 2018, between a Flemish government-owned company (Lantis) and a mega-multinational (3M), which leaves the taxpayers footing the bill, currently estimated at €63 million, for just a small part of the enormous PFOS pollution that seeped into the soil and water around the 3M plant in Zwijndrecht.
New research suggests social transformations that prompt “degrowth” could cut humanity’s climate footprint in time to meet the Paris climate agreement target.
A new report, published on 14 March, 2021 in the Royal Swedish Academy of Sciences’ journal Ambio, points out that humanity is hurtling towards destruction unless we have the collective wisdom to change course quickly.
Failing, heavily subsidized private oil companies enjoy the profits of oil extraction while the rest of us pay in tax dollars, human rights abuses, and an unlivable climate. Oil and gas companies are a political structure: they possess private, authoritarian dominion over the pace and volume of oil and gas production, and thus of important determinants of global emissions. These emissions and their consequences do not respect any sort of public/private distinction, nor borders, nor the rights to clean air or clean water.
Il n’y a pas une semaine qui passe sans un article dans les médias usant de termes élogieux pour nous conter la fable du progrès :. La protection de la biodiversité est utilisée comme prétexte pour motiver l’ajout de nouvelles couches de progrès technique aux précédentes, alors même que les technologies déployées par le passé, et déjà à l’époque parées de toutes les vertus, ont largement échoué à tenir leurs promesses d’améliorer la condition humaine.
Selon William Laurance, l’expansion des routes et des autoroutes, que ce soit dans les forêts tropicales ou tempérées, s’accompagne d’une prédation systématique et à grande échelle des ressources forestières – viande, bois, minerais, pétrole, gaz, etc. Les routes font office d’aspirateur à ressources naturelles qui sont ensuite redirigées vers les centres urbano-industriels de la civilisation pour être consommées sur place ou exportées ailleurs dans le monde, parfois après avoir été transformées, via d’autres routes cette fois maritimes ou aériennes.
Orphelinats et centres de soins pour animaux siphonnent toujours davantage de fonds qui pourraient autrement servir à protéger plus efficacement de vastes territoires indispensables au maintien de populations viables de grands prédateurs et de grands herbivores. Cet argent serait aussi bien plus utile à dédommager les populations rurales vivant au contact de la faune sauvage et qui peuvent voir leurs troupeaux ou leurs cultures vivrières anéantis par une seule attaque de lions ou d’éléphants. Pour garantir la diversité biologique et la fonctionnalité des écosystèmes, maintenir les populations d’animaux sauvages devrait être la priorité. La société du spectacle a besoin de matière première – des images chocs d’animaux dépecés ou des images de soigneurs donnant le biberon. En termes d’efficacité, il est parfaitement stupide de dépenser des sommes folles pour sauver un seul individu plutôt que de dépenser la même somme – voire moins – pour préserver l’habitat et la population sauvage dont cet individu est issu..
Humans have amazing strengths, but also significant weaknesses. Chief among them, perhaps, is our collective difficulty in grasping the mathematical consequences of exponential growth. Alternative energy technologies have trouble preserving expectations. Human psychology and political/economic institutions turn a technically difficult predicament into a nearly hopeless trap. We are lamentably ill-equipped to appreciate the abnormality of our time and assess a more accurate picture of what long-term “normal” must look like.
Traceable evidence of the impacts of climate change on humanity, the data sheet with scientific references

2020

Les gens pensent généralement que lorsque les marchés sont à court d’une ressource ou, dans le cas des baleines, exterminent plusieurs espèces, la civilisation trouvera une nouvelle ressource qui remplacera l’ancienne. De la même manière, les énergies renouvelables sont censées mettre à la retraite les combustibles fossiles, n’est-ce pas ? Mais le massacre passé des baleines raconte une histoire beaucoup plus complexe et nuancée...
While climate scientists warn that climate change could be catastrophic, economists such as 2018 Nobel prize winner William Nordhaus assert that it will be nowhere near as damaging. In a 2018 paper published after he was awarded the prize, Nordhaus claimed that 3°C of warming would reduce global GDP by just 2.1%, compared to what it would be in the total absence of climate change.
WEAll is a collaboration of organisations, alliances, movements and individuals working towards a wellbeing economy, delivering human and ecological wellbeing.

2019

2018

So it makes sense that, of all the patents found by the researchers, 47% belonged to Baden Aniline and Soda Factory (BASF), the largest chemical-producing company in the world. Collectively, Germany-based BASF owns 5,701 patents on sea life genes—more than any of the other 220 gene-patenting companies combined. Other major players include Dow Dupont, Bayer, Monsanto, Syngenta

2017

Consumerism is the major cause of global warming and wrecking the planet for future generations. It is driven by a growth economy that favors the ever-expanding consumption of the already very affluent and has allowed the gap between the richest and poorest to grow to inflammatory proportions, both within the nation-state and globally. Today 16 percent of the global population consumes 80 percent of its resources. Americans alone are responsible for around 25 percent of global carbon emissions, and their ecological footprint is five times the global capacity of 1.8 hectares per capita.


Page proposée par