L’économie écologique comme boussole pour une transition écologique et sociale

Voir le lien de l’événement

L’économie néoclassique, par sa négligence (notamment) des limites planétaires, semble pointer vers une opposition inhérente entre économie et écologie. Il existe toutefois des théories et des concepts économiques qui permettent de penser conjointement ces deux aspects. 🌱 A ce titre, l’économie écologique est une discipline particulièrement riche et active. Nous avons donc le plaisir de vous inviter à notre conférence « L’économie écologique comme boussole pour une transition écologique et sociale ».

❓ En quoi l’économie écologique permet-elle de repenser nos systèmes économiques comme une sous-partie d’un écosystème aux ressources finies ? Quelles sont ses caractéristiques principales et en quoi se démarque-t-elle de l’économie néoclassique ? Qu’est ce que la théorie du Donut et comment peut-elle être appliquée pour penser la transition écologique à l’échelle de nos régions ?

🎙 Pour en discuter, nous avons le plaisir d’inviter Tom Bauler, professeur à l’ULB et directeur de l’IGEAT, et Géraldine Thiry, professeure à l’ICHEC/UCL. Dans un premier temps, Tom Bauler nous présentera brièvement le champ de l’économie écologique, ses origines historiques, ses divers penseurs et courants ainsi que ses principales caractéristiques. Ensuite, Géraldine Thiry nous présentera une introduction à la théorie du Donut, en abordant la question sous-jacente des limites environnementales et des seuils sociétaux. Elle nous expliquera aussi comment cette théorie peut être appliquée concrètement.

La transition, ici et maintenant!

https://www.cvm.qc.ca/evenements/la-transition-ici-et-maintenant/

Conférence de Laure Waridel
La transition, ici et maintenant!

Cette conférence tracera les chemins d’une transition écologique et sociale. Elle permettra de réaliser que les solutions sont déjà là, à notre portée, mettant en lumière les lignes de force qui permettent de tendre vers le zéro déchet, de se nourrir autrement, d’habiter le territoire intelligemment et de se mobiliser par tous les moyens pour faire changer les politiques publiques une décision à la fois. Individuellement, mais surtout collectivement. Laure Waridel nous invitera à passer de la parole aux actes afin de bien choisir aujourd’hui ce que sera demain.

Écosociologue, professeure associée à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM, Laure Waridel est cofondatrice d’Équiterre et co-instigatrice du mouvement Mères au front. Elle est autrice de plusieurs ouvrages dont Acheter c’est voter : le cas du café (2005) et plus récemment, La transition, c’est maintenant : pensées et pratiques pour la transition écologique (2019).

Attention, fuseau horaire Québec  +6h !

Transitions écologiques pour les populations et la planète

Lien : https://live.banquemondiale.org/transitions-ecologiques

Chacun a droit à un avenir durable. Cela appelle des solutions qui sont particulièrement urgentes dans les pays en développement, là où le manque d’investissements est le plus criant et où les populations sont touchées de manière disproportionnée par la crise climatique. Aider les pays à se préparer et à investir dans un développement résilient et sobre en carbone implique d’engager des transitions clés dans l’énergie, le transport, les villes et les systèmes alimentaires. Des transitions qui, à l’heure de la pandémie de COVID-19, sont plus que jamais indispensables pour une reprise réelle et inclusive. Quelles sont ces solutions sectorielles, mais aussi les grandes priorités dans la perspective de la COP26 ? Et comment parvenir à installer les bases d’une reprise résiliente, au bénéfice des populations et de la planète ? Retrouvez-nous pour un débat consacré à ces enjeux.

Voir : Liste des intervenant(e)s

Metz Film Festival

Le cinéma Klub de Metz, notre partenaire étant contraint de rester fermé en raison de la crise sanitaire, nous vous donnons rendez-vous du vendredi 26 mars au dimanche 28 mars 2021 sur Imago.TV pour une édition en ligne de la 3ème édition de notre festival de la Transition Écologique.

Chaque film sera suivi d’un débat après la projection

Seule une discussion sur l’effondrement permettra de s’y préparer

Lettre publique – traduction

En tant que scientifiques et universitaires du monde entier, nous appelons les décideurs politiques à s’engager ouvertement face au risque de perturbation, voire d’effondrement, de nos sociétés. Cinq ans après l’accord de Paris sur le climat, nous n’avons pas réussi à réduire nos émissions de carbone, et nous devons maintenant en tirer les conséquences.

S’il est essentiel de déployer des efforts courageux et équitables pour réduire les émissions et ré-absorber naturellement le carbone, les chercheurs de nombreux domaines considèrent désormais l’effondrement de la société comme un scénario crédible pour ce siècle. Les avis diffèrent sur le lieu, l’étendue, la date, la durée et la cause de ces perturbations ; mais la manière dont les sociétés modernes exploitent les hommes et la nature est une préoccupation commune à tous.

Ce n’est que si les décideurs politiques ouvrent le débat sur cette menace d’effondrement de la société que les communautés et les nations pourront commencer à s’y préparer et à en réduire la probabilité, la rapidité, la gravité et les dommages infligés aux plus vulnérables et à la nature.

Les armées de plusieurs pays considèrent déjà l’effondrement comme un scénario crédible, nécessitant une planification. Des enquêtes publiques montrent qu’une partie importante des populations anticipent désormais l’effondrement de la société. Malheureusement, c’est déjà le quotidien ou même l’histoire de nombreuses communautés du Sud. Cependant, le sujet n’est pas traité équitablement dans les médias, et est généralement absent de la société civile et de la politique.

Lorsque les médias couvrent le risque d’effondrement, ils citent généralement des personnes qui condamnent la discussion sur le sujet. Les spéculations mal informées, comme celles citant des campagnes de désinformation venant de l’étranger ou les répercussions sur la santé mentale et la motivation ne favorisent pas une discussion sérieuse. De telles affirmations ne tienne pas compte des milliers d’activistes et représentant des mouvements citoyens qui anticipent l’effondrement comme une motivation supplémentaire pour demander des changements sur le climat, l’écologie et la justice sociale.

Les citoyens qui se préoccupent des questions environnementales et humanitaires ne devraient pas être découragées de débattre des risques de perturbation ou d’effondrement de la société, faute de laisser ce sujet être dominé par des acteurs moins soucieux de ces valeurs.

Certains d’entre nous pensent qu’une transition vers une nouvelle forme de société est possible. Elle impliquera une action déterminée pour réduire les dommages causés au climat, à la nature et aux humains, en incluant la préparation à des perturbations majeures de la vie quotidienne. Nous percevons les efforts cherchant à supprimer le débat sur l’effondrement comme une entrave à cette possibilité de transition.

Nous avons constaté à quel point il est difficile, sur le plan émotionnel, de reconnaître les dommages infligés au quotidien, et la menace croissante qui pèse sur notre propre mode de vie. Nous connaissons également le grand sentiment de fraternité qui peut naître une fois que ce débat s’ouvre. Il est temps de s’engager ensemble dans des conversations difficiles, afin de réduire notre participation aux détériorations en cours, et d’être créatifs pour faire émerger le meilleur d’un avenir turbulent.

Présentation, version originale, signataires :
https://iflas.blogspot.com/2020/12/international-scholars-warning-on.html