Veille 2.1

OA - Liste OA - Liste

Sélection du moment:


Langue(3/3)
Médias(8/8)

24 novembre 2022

L’IHECS Bruxelles et l’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des « Assises Internationales du Journalisme de Tours et de Tunis », ont décidé de se rapprocher pour créer les « Assises Européennes du Journalisme de Bruxelles. » La première édition se tiendra du 24 au 26 novembre 2022 à Bruxelles. L’Europe est un espace démocratique majeur. Elle porte l’ambition d’être un modèle planétaire en matière de liberté d’expression et de liberté de la presse. Une liberté qui s’accompagne de la légitime exigence de tous les citoyens Européens de pouvoir bénéficier du droit à une information de qualité. L’écosystème européen est composé de nombreuses fédérations professionnelles de journalistes, de regroupement d’universités et de centres de formation, des associations d’opérateurs, des éditeurs, des syndicats, des acteurs de la société civile engagés sur les questions d’éducation aux médias et à l’information. Ces acteurs européens gagneraient à mieux se connaître, pour échanger les bonnes pratiques, prése

25 septembre 2022

A mesure que le réchauffement se renforcera, les conséquences sur les ressources hydriques d’un modèle agricole dopé aux intrants de synthèse deviendront de plus en plus sévères, prévient Stéphane Foucart, journaliste au « Monde », dans sa chronique.
Visualisez les grands postes de dépense d’électricité dans les foyers français, et les pistes d’actions pour réduire sa consommation.
Comme « un incendie sous l’eau »: au large de Marseille, les gorgones rouges, une espèce de corail, ont été décimées, victimes de la température record de la Méditerranée cet été, constate Solène Bastard-Gogain, directrice d’une association spécialisée dans la conservation des milieux marins. L’alerte a été donnée fin août par des plongeurs « sentinelles », connaisseurs de ces forêts de corail multicolores au large de la deuxième ville de France.
Le réchauffement de notre atmosphère est de +1,1°C au niveau planétaire sur la dernière décennie (2011-2020) relativement à la seconde moitié du XIXe siècle (1850-1900). En France, il est déjà de +1,7°C. Ce réchauffement est dû aux émissions de gaz à effet de serre (GES) engendrées par les activités humaines comme la combustion des énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon). Il faut remonter 2 à 3 millions d’années en arrière pour retrouver dans notre atmosphère une concentration en dioxyde de carbone comparable à celle d’aujourd’hui. L’ampleur et le rythme des changements récents sortent de la variabilité naturelle de notre climat à l’échelle de plusieurs milliers d’années. Les changements climatiques récents, et leurs impacts, s’intensifient, sont rapides et se généralisent si bien que plus aucun territoire ne peut revendiquer ne pas être concerné. En particulier, les évènements météorologiques extrêmes telles que les vagues de chaleur, les pluies torrentielles et les sécheresses se répètent, s’intensifient,
Quatre chercheurs et une vingtaine de citoyens expérimentent depuis deux ans des techniques et des comportements qui permettent de faire d’énormes économies d’énergie.
Les Emirats arabes unis et l'Allemagne ont signé dimanche à l'occasion d'une visite du chancelier allemand Olaf Scholz à Abou Dhabi, un accord prévoyant la fourniture en 2022 et 2023 de gaz liquéfié et de diesel de ce pays du Golfe à Berlin. Le dirigeant allemand effectue depuis samedi une tournée dans des pays du Golfe pour nouer des partenariats énergétiques dans l'espoir de remplacer les approvisionnements russes et atténuer la crise énergétique provoquée par la guerre en Ukraine. Le ministre émirati de l'Industrie, Sultan al-Jaber, s'est félicité d'un "nouvel accord historique" qui "renforce le partenariat énergétique en pleine expansion entre les Emirats arabes unis et l'Allemagne" lors de la signature de l'accord, en présence du chancelier Olaf Scholz, selon l'agence de presse des Emirats arabes unis, Wam.
Connu localement sous le nom de Karding, le supertyphon Noru s’apprêtait à traverser la principale île de l’archipel, Luzon, peuplée de 65 millions d’habitants. Selon la presse américaine, les météorologistes ont rarement vu un cyclone se renforcer aussi vite.
Le service météorologique craint des inondations, des glissements de terrain et de fortes vagues de tempête. Des habitants de plusieurs villes côtières ont été évacués.
Des centaines de milliers de foyers sans électricité, des rues inondées, des maisons détruites : après avoir touché la Caraïbe, la tempête post-tropicale Fiona a déferlé sur les provinces maritimes canadiennes au matin du 24 septembre.
Il y a quelques dizaines d’années, la mer Arctique était couverte de glace. Sa surface s’est maintenant réduite de plus de moitié en été, et l’eau est en contact avec l’air. Ce changement influe sur le climat mondial de plusieurs façons. La perte d’albédo de la glace accélère le réchauffement planétaire. Les eaux se réchauffent et le permafrost fond. L’évaporation accrue de la mer ouverte pourrait par exemple être responsable des chutes de neiges plus abondantes sur l’Europe. Elle semble aussi provoquer un réchauffement du Pacifique tropical.
Le Pôle Louvain et le CIO viennent d’éditer un nouveau guide pédagogique pour enseignants et conseillers en orientation : « Aider les jeunes à s’orienter dans un monde en transition » . En résonance avec les crises multiples que nous sommes en train de traverser, Nicolas Gazon, conseiller d’orientation au CIO, donne des pistes pour aider les jeunes à intégrer ces enjeux de société à leurs réflexions et à leurs projets d’études.
Le supertyphon Noru a commencé à balayer les Philippines dimanche, poussant des milliers de personnes à évacuer leurs maisons et faisant craindre des inondations et des destructions de récoltes. Appelé Karding aux Philippines, Noru est le plus puissant typhon enregistré cette année dans le pays.
À Paris, Bordeaux, Montpellier, Grenoble ou encore Lyon, les espèces d’arbres sont menacées par le changement climatique. Et pourraient bientôt ne plus servir de bouclier thermique.

24 septembre 2022

Les Bourses mondiales ont plongé, vendredi 23 septembre, entraînant dans leur dégringolade devises, or et pétrole. Les investisseurs sont désormais convaincus que la lutte acharnée des Banques centrales contre l’inflation entraînera une récession globale en 2023.