Un enjeu mondial pour la santé

Lettre ouverte de la communauté médicale et sanitaire mondiale à la COP28 sur les combustibles fossiles

https://cop28healthletter.com/french/

Cher président désigné de la COP, 

Cette année, les dirigeants mondiaux rassemblés aux EAU pour faire le point sur leurs engagements climatiques se concentreront pour la première fois sur une planification officiellement dédiée à la santé. Nous, les signataires de cette lettre, vous soutenons dans vos efforts de placer la santé au premier plan de la COP 28.

En tant que leaders mondiaux du domaine de la santé, nous nous engageons à offrir santé et bien-être à tous. Sans un climat sûr et stable, cet objectif est irréalisable. L’Accord de Paris a entériné le « droit à la santé » comme obligation essentielle de l’action climatique. Pourtant, les communautés, les professionnels de santé et les systèmes de santé du monde entier sont déjà confrontés aux conséquences préoccupantes de l’évolution du climat. La fréquence et la gravité des phénomènes météorologiques extrêmes induits par le changement climatique s’intensifient ; nombre de pays luttent contre les conséquences sanitaires des chaleurs extrêmes, de tempêtes inédites, d’inondations, de l’insécurité hydrique et alimentaire, des feux de forêt et du déplacement des populations. Pour que la COP 28 soit réellement une « COP de la santé », elle doit s’attaquer à la cause profonde de la crise climatique : la poursuite de l’extraction et de l’utilisation des combustibles fossiles, notamment le charbon, le pétrole et le gaz. Nous lançons un appel à la présidence de la COP 28 et aux dirigeants de tous les pays pour qu’ils s’engagent à accélérer la suppression progressive, juste et équitable des énergies fossiles, car il s’agit de la trajectoire qui déterminera la santé de tous. 

En mettant fin à notre dangereuse dépendance envers les énergies fossiles, nous améliorerons les perspectives de santé des générations futures et sauverons des vies. Il est essentiel de maintenir l’augmentation des températures mondiales en dessous de l’objectif de 1,5 °C de l’Accord de Paris pour garantir la santé et la prospérité économique de tous. Or, seule une suppression progressive rapide des combustibles fossiles nous permettra d’y parvenir. En limitant le réchauffement planétaire, cette suppression progressive des combustibles fossiles protégera notre santé des conséquences dévastatrices des événements extrêmes et empêchera de nouvelles dégradations écologiques et pertes de biodiversité. Si nous maintenons notre dépendance, les conséquences pour la santé seront désastreuses, tout comme la perte de ressources naturelles et de services écosystémiques cruciaux pour la santé des espèces humaines et non humaines. Nous mettrions donc en danger « One Health » (Une seule santé) et la santé de la planète.

Outre les conséquences du climat sur la santé, la pollution de l’air, en partie due à l’utilisation de combustibles fossiles, provoque 7 millions de décès prématurés chaque année. Le coût économique des conséquences de la pollution de l’air sur la santé s’élevait à plus de 8,1 mille milliards de dollars, soit 6,1 % du PIB mondial, en 2019. En améliorant la qualité de l’air, les gouvernements s’attaquent directement au fardeau que représentent de nombreux cancers, les maladies cardiaques, les troubles neurologiques comme les accidents vasculaires cérébraux, ainsi que les maladies respiratoires chroniques aiguës comme l’asthme ou la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). L’investissement dans les sources d’énergie propre permettra d’économiser chaque année des centaines de milliards de dollars en dépenses de santé associées à la pollution de l’air, tout en réduisant les pertes économiques issues des phénomènes météorologiques extrêmes dont les dommages s’élevaient à 253 milliards de dollars en 2021

Supprimer progressivement, entièrement et rapidement le recours aux combustibles fossiles s’avère la meilleure façon d’assurer la qualité de l’air, de l’eau et de l’environnement, sans laquelle nous ne pourrons vivre en bonne santé. Nous ne pouvons pas nous reposer sur des solutions inadéquates et peu fiables, comme le captage et stockage du carbone (CCS). Elles prolongent l’utilisation des énergies fossiles, sans générer immédiatement de réelles améliorations en termes de santé, comme une transition vers les énergies renouvelables le ferait. Les fausses solutions comme le CCS risquent d’accroître les émissions nocives, de faire pression sur la santé des communautés au fardeau disproportionné et de retarder notre avancée vers un réel progrès climatique.

La transition énergétique doit être juste et équitable pour tous. La transition vers un avenir d’énergies propres offre la possibilité de remédier aux injustices d’un système de dépendance aux énergies fossiles. Elle peut adopter une approche systématique et mettre l’accent sur la santé, l’attention aux autres et le bien-être de la communauté, en veillant à n’oublier personne. Les dirigeants du monde entier doivent s’assurer que tout le monde, y compris les États fragiles et les communautés les plus reculées et exclues, a accès à une énergie propre, résiliente, accessible, fiable, abordable et non polluante, mais aussi aux nouvelles technologies pour exploiter au mieux ces énergies. Une transition juste présente l’opportunité de réduire les inégalités de santé auxquelles sont confrontées les minorités et les communautés marginalisées, notamment lorsqu’il s’agit des conséquences sanitaires de l’utilisation actuelle des énergies fossiles et de notre dépendance. 

Le déverrouillage de financements s’avère décisif pour une transition juste et saine. Nous ne pourrons atteindre nos objectifs climatiques et sanitaires qu’en arrêtant d’investir dans les énergies fossiles pour privilégier les solutions avérées pour le climat et la santé. Chaque année, les pays dépensent des centaines de milliards de dollars pour subventionner l’industrie des énergies fossiles, alors que cet argent pourrait contribuer à la création d’un avenir sain. Les pays aux revenus élevés, les institutions financières de développement et le secteur privé doivent augmenter drastiquement leurs engagements — et les honorer — de favoriser les investissements dans les énergies propres, la qualité de l’air et le développement économique pour les communautés les plus touchées par le changement climatique et la pollution issue des combustibles fossiles.

Les intérêts du secteur des énergies fossiles n’ont pas leur place dans les négociations climatiques. Il faut interdire à l’industrie des énergies fossiles de poursuivre sa campagne décennale d’obstruction de l’action climatique aux négociations de la CNUCC et en dehors. Tout comme l’industrie du tabac n’a pas le droit de participer à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, il faut impérativement protéger la collaboration mondiale en matière de progrès climatique du lobbying, de la désinformation et des retards privilégiés par les intérêts de l’industrie.

Sans une action climatique ambitieuse, le fardeau des systèmes de santé et des professionnels de santé sera insurmontable. Les avancées de santé des dernières décennies auront été en vain, et nous verrons les conséquences nocives du changement climatique détruire toute chance d’avenir sûr, équitable et juste. 

En cette année extraordinaire, la santé étant pour la première fois au programme de la COP, nous vous sommons de faire réellement progresser le climat : engagez-vous en faveur de l’accélération d’une suppression progressive, juste et équitable des énergies fossiles ; présentez la transition énergétique renouvelable comme la trajectoire qui décidera de la santé de tous. 

Cordialement,

Dirigeants d’organisations mondiales de la santé (par ordre alphabétique)

Dr. Githinji Gitahi, CEO, Amref Health Africa

Dr. Pam Cipriano, President, International Council of Nurses

Dr. Salman Khan, Liaison Officer for Public Health Issues, International Federation of Medical Students’ AssocIations

Dr. Naveen Thacker, President, International Pediatric Association

Dr Christos Christou, International President, Médecins Sans Frontières

Dr. María del Carmen Calle Dávila, Executive Secretary, Organismo Andino du Salud (Andean Health Organization)

Prof. Luis Eugenio de Souza, President, World Federation for Public Health Associations

Dr. Lujain Alqodmani, President, World Medical Association

Leaders régionaux dans le domaine de la santé (par ordre alphabétique)

Dr. Mary T. Bassett, Director, FXB Center for Health and Human Rights, Harvard University

Dr. Fiona Godlee, Former Editor-in-chief of the British Medical Journal

Prof. (Dr.) Arvind Kumar, Chairman, Institute of Chest Surgery, Chest Onco Surgery and Lung Transplantation, Medanta Hospital, India

Dame Parveen Kumar, Emeritus Professor of Medicine and Education, Barts and The London School of Medicine and Dentistry

Dr. Lwando Maki, Secretary, Public Health Association of South Africa

Dr. Jemilah Mahmood, Executive Director, Sunway Center for Planetary Health – Malaysia

Dr. Kari C. Nadeau, MD, PhD, Chair of the Department of Environmental Health at Harvard School of Public Health

Prof. (Dr.) K Srinath Reddy, Past President of Public Health Foundation of India


Cette lettre est soutenue et approuvée par d’organisations nationales de santé :

AFRICA

Ong Zéro Décès en Donnant La Vie, Côte d’Ivoire

Dr. Agonafer Tekalenge, President, Ethiopian Public Health Association

Dr. Adeline Kimambo, Executive Secretary, Tanzania Public Health Association

African journal of gastroenterology and hepatology, Egypt

The Board of the Public Health Association of South Africa

Annals of Health Research – The Journal of the Medical and Dental Consultants Association of Nigeria, Nigeria

Nurses Across The Borders Humanitarian Initiative, Nigeria

Youth Advocacy and Development Network, Uganda

ASIA

Global Journal of Medicine and Public Health, India

Green Practice Japan, Japan

Health and Global Policy Institute, Japan

Khyber Medical University Journal, Pakistan

CENTRAL & SOUTH AMERICA

Dr. Vital Ribeiro, Chair, Associação Civil Projeto Hospitais Saudáveis, Brazil

Dr. Rosana Teresa Onocko Campos, President, Associação Brasileira de Saúde Coletiva, Brazil

ACT Health Promotion, Brazil

Health Hospitals Project, Brazil, US

Fundación Colombiana del Corazón, Colombia

Asociación Latinoamericana De Pediatría, Uruguay

EUROPE

Diederik Aarendonk, Forum Coordinator Global Health Organization Leadership, European Forum for Primary Care

Dr. Ansgar Gerhardus, Board Chair, German Public Health Association

Prof. Kevin Fenton, President, UK Faculty of Public Health

Dr Latifa Patel, Representative Body Chair, British Medical Association

Kamran Abassi, Editor-in-Chief, British Medical Journal

Dr. Richard Smith, Chair, UK Health Alliance on Climate Change

Sheila Sobrany, President, Royal College of Nursing

Diana Zeballos, Executive Secretary, Sustainable Health Equity Movement

EuroHealthNet, Belgium

Association of Basic Medical Sciences of Federation of Bosnia and Herzegovina, Bosnia and Herzegovina

International Federation of Medical Students’ Associations – Denmark, Denmark

KLUG – German Alliance on Climate Change and Health, Germany

Deutsche Gesellschaft für Epidemiolgie e. V, Germany

Galician Health Service, Spain

Tsubaki Diseño Slu, Spain

Swedish Doctors for the Environment, Sweden

Doctors for the Environment Switzerland, Switzerland

Health for Future Switzerland, Switzerland

Public Health Schweiz, Switzerland

International Society of Doctors for the Environment, Switzerland

Faculty of Medicine, University of Geneva, Switzerland

Santé En Transition, Réunion

Palliative Care Sustainability Network, UK

Greener Practice, UK

World Health Innovation Summit, UK

Ride For Their Lives, UK

OCEANIA

Dr. Kate Wylie, Executive Director, Doctors for the Environment Australia

Dr. Frances Peart, President & Board Chair, Climate and Health Alliance Australia

Veterinarians for Climate Action, Australia

NORTH AMERICA

Katie Huffling, DNP, Executive Director, Alliance of Nurses for Healthy Environments

Canadian Medical Association, Canada

Canadian Health Association for Sustainability and Equity, Canada

Canadian Association of Physicians For The Environment, Canada

Medical Society Consortium on Climate and Health, US

Climate Psychiatry Alliance, United States

Climate Health Now, United States

Michigan Clinicians for Climate Action, United States

Physicians for Social Responsibility/Sacramento, United States

Physicians for Social Responsibility Pennsylvania, United States

Carolina Advocates for Climate, Health, and Equity, United States

Greater Boston Physicians for Social Responsibility, United States

Washington Physicians for Social Responsibility, United States

Boston College Global Observatory on Planetary Health, United States

Georgia Clinicians For Climate Action, US

Climate and Health Foundation, US

Fundacion Plenitud, US

San Francisco Bay Physicians For Social Responsibility, US

Vermont Climate and Health Alliance, US

Solavida, US

Physicians For Social Responsibility – Florida Chapter, US   


Si votre organisation souhaite soutenir la lettre, veuillez utiliser ce formulaire.



Le mouvement pour le climat et le Big Oil* du Sultan Al Jabar

Jan Stel

Traduction deepl – Josette – article (19/02/2023) paru dans la lettre d’info des Grootouders voor het Klimaat (GvK)

Le Dr Sultan Ahmed Al Jabar, grand ponte de l’industrie pétrolière nationale, a été nommé par les Émirats arabes unis pour présider la COP28 à Dubaï. Le mouvement climatique est en émoi car cette nomination pourrait être le signe d’une tentative de l’industrie fossile de prendre la tête des conférences climatiques de l’ONU. C’est inacceptable car l’industrie pétrolière et gazière a délibérément conduit le monde vers une crise climatique au cours du dernier demi-siècle. Big Oil a choisi le profit pur au détriment de l’avenir de la population mondiale. En conséquence, elles ont accumulé une dette et une responsabilité historiques, tout comme les pays ayant des émissions historiques de CO2, comme la Belgique. Cette dette doit être remboursée.

Les Émirats arabes unis (EAU) ont désigné le Dr Sultan Ahmed Al Jabar pour présider le prochain sommet sur le climat, la COP28, qui se tiendra à Dubaï du 30 novembre au 12 décembre 2023. Le « leadership » est le message clé de ce sommet sur le climat, selon les Émirats. Mais quel leadership, je me le demande, et quel leadership ? C’est la deuxième fois en 11 ans qu’une COP est organisée dans un pays du Golfe, un pays qui vit du pétrole et du gaz.
Il est vrai que le sultan doit renoncer à une série de postes clés pour cette présidence. Pour commencer, il suspend son poste de ministre de l’industrie et des technologies avancées (MoIAT). Ce ministère a été créé en 2020. Il se concentre sur les défis et les opportunités de la quatrième phase de la révolution industrielle (britannique). Il quitte également son poste de PDG de la compagnie pétrolière nationale émiratie Abu Dhabi (ADNOC), la douzième plus grande compagnie pétrolière du monde. En outre, il met fin à sa présidence de l’entreprise d’énergie renouvelable Masdar. Cette société est une initiative à multiples facettes dans le domaine des énergies renouvelables à Abu Dhabi, qu’Al Jabar a fondée en 2006. Il se retire maintenant pour éviter l’impression d’éventuels conflits d’intérêts.


« Nous adopterons une approche pragmatique, réaliste et orientée vers les solutions qui permettront de transformer le climat et la croissance économique à faible émission de carbone » – Dr Sultan Al Jabar, The National, 12 janvier 2023.

Quiconque lit le CV du sultan sur le site web du MoIAT ne peut qu’être impressionné par ses réalisations. Celles-ci sont évidemment axées sur le développement des Émirats arabes unis, qui se composent de sept émirats de pierre. Abu Dhabi et Dubaï sont les plus importants d’entre eux. Sultan Al Jabar a étudié aux États-Unis grâce à une bourse d’ADNOC, après quoi il a obtenu un doctorat en Angleterre. Il a commencé sa carrière chez ADNOC, dont il est devenu le PDG en 2016. Il a également occupé de nombreux postes nationaux et internationaux. En 2011, par exemple, il a participé au groupe de haut niveau de l’ONU sur l’énergie durable pour tous. En 2012, l’ONU lui a décerné le prix Champion de la Terre dans la catégorie Vision entrepreneuriale et leadership efficace. Un an plus tard, il a été nommé commandeur honoraire de l’ordre le plus excellent de l’Empire britannique (CBE) par la reine Elizabeth II, et en 2019, il a reçu un prix pour l’ensemble de sa carrière des mains du Premier ministre indien Narendra Modi.

Le président de la COP28 est soutenu par deux dames hautement qualifiées présentées par Emirates comme étant respectivement une conservationniste de premier plan et une jeune championne du climat. Ainsi, Mme Razan Khalifa Al Mubarak est PDG de l’Agence pour l’environnement d’Abu Dhabi (EAD, the Environmental Agency Abu Dhabi) et, depuis 2021, également présidente de l’Union internationale pour la conservation de la nature, l’ICSU. Mme Shamma Al Mazrui, 29 ans, est ministre de la jeunesse depuis sept ans. Elle encourage l’autonomisation des jeunes désireux de façonner le programme vert des Émirats arabes unis. Dans l’ensemble, il s’agit d’une équipe solide qui est « commercialisée » avec de grandes ressources et de manière extrêmement professionnelle par des sociétés de marketing réputées.
Il ne faut pas s’attendre à ce qu’un PDG issu de l’industrie pétrolière puisse, veuille ou résolve la crise climatique, que l’industrie elle-même a créée pour le profit et par la tromperie.

Nous pouvons conclure que le Dr Sultan Al Jabar possède à la fois un CV impressionnant dans l’ancien monde du pétrole et du gaz et un bon sens des technologies innovantes. Mais, précisément en raison de ses antécédents dans l’industrie pétrolière et en tant que précurseur de l’avenir industriel des Émirats, il est très douteux qu’il soit le bon président pour s’attaquer à la crise climatique par une transition majeure vers la durabilité au niveau mondial. Le mouvement environnemental international s’inquiète à juste titre de sa nomination – qui, soit dit en passant, est parfaitement légale au sein du système des Nations unies. Après tout, c’est au pays hôte qu’il appartient de nommer le président ou le président de séance.

Cela dit, cette nomination pourrait aussi être un signal des Émirats arabes unis indiquant que les grandes compagnies pétrolières veulent tirer le meilleur parti de la crise actuelle. En d’autres termes, ils misent à la fois sur l’industrie pétrolière existante et sur la transition technologique vers des entreprises innovantes et plus durables. C’est l’écomodernisme dans toute sa splendeur ! En tant que tels, on ne peut pas s’attendre à ce qu’ils servent l’intérêt du monde dans la lutte contre la crise climatique et la transition internationale vers la durabilité. Mais c’est exactement ce que vous devriez attendre d’un sommet des Nations unies sur le climat. Je m’attends à une COP28 très intéressante (mais néanmoins décevante).

La COP27 (2022), une déception ?
La COP27 de Sharm-el-Sheikh en Égypte est aussi appelée le premier sommet africain sur le climat car elle s’est déroulée à la lisière du continent africain. Les médias la font également passer pour le premier sommet arabe, ce qui est inexact puisqu’il a eu lieu à Doha au Qatar en 2012. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas une mince affaire d’accueillir quelque 34 000 personnes dans une luxueuse station balnéaire du désert en pleine crise alimentaire – causée par la guerre insensée de Poutine en Ukraine. Il n’était pas non plus facile d’y manifester. Cela n’était fondamentalement possible que dans des endroits spéciaux… dans le désert. De plus, tout le monde était étroitement surveillé. L’Égypte n’est pas une démocratie. Néanmoins, la COP27 a été le sommet climatique le plus fréquenté après la COP26 à Glasgow.

Comme prévu, les questions « africaines » étaient à l’ordre du jour, comme les pertes et dommages. Les pays pauvres qui ont à peine contribué à la crise climatique, mais qui en souffrent énormément, demandent depuis des décennies des compensations aux pays occidentaux riches qui ont toujours émis beaucoup de CO2. À ce propos, la Belgique occupe une place de choix dans le top 10 des pollueurs historiques. La recherche scientifique a permis de déterminer l’impact de notre changement climatique sur des catastrophes telles que les inondations au Pakistan et la sécheresse en Europe en 2022. Cet impact est significatif. Des travaux sont actuellement en cours pour déterminer également les émissions historiques de CO2 de pays comme la Belgique, qui a fait passer la révolution industrielle britannique en contrebande sur le continent européen.

La frustration des pays en développement à l’égard des pollueurs historiques s’est systématiquement accrue ces dernières années. En 2009, les dirigeants occidentaux ont promis de fournir 100 milliards de dollars par an en financement climatique d’ici 2020. Ce montant ne s’est jamais concrétisé. Par conséquent, cette fois-ci, la question a figuré en bonne place à l’ordre du jour et il a finalement été décidé de créer un nouveau fonds pour le climat. Bravo à tous ! Mais il y a de fortes chances que cela devienne un chat dans un sac. Tous les « détails » (qui paie quoi, qui reçoit quoi, etc.) doivent encore être réglés. La prochaine COP à Dubaï abordera cette question. Ce serait une excellente occasion de présenter immédiatement la facture historique que l’industrie pétrolière a accumulée en omettant délibérément de signaler les risques climatiques liés à l’utilisation des combustibles fossiles.

Bonne nouvelle pour notre ministre du climat Zuhal Demir : une recherche scientifique indépendante pourra bientôt déterminer les émissions historiques de CO2 de la Belgique. Peut-être y aura-t-il finalement une véritable politique climatique flamande. Ou préférons-nous nous noyer ?

Malgré tout, je trouve que la COP27 est surtout un sommet décevant, car la cause réelle du problème n’a pas été abordée. Pire encore, grâce à la guerre insensée de Poutine en Ukraine, les pays de l’UE ont fait des pieds et des mains pour trouver d’autres fournisseurs de pétrole et de gaz. En conséquence, les compagnies pétrolières – évidemment contre leur gré – sont passées à la vitesse supérieure pour extraire le pétrole qui devrait de toute façon rester dans le sol.

Il est donc de plus en plus clair que nous pouvons oublier de maintenir le réchauffement de la planète en dessous de 1,5°C. Il est même douteux que nous parvenions à le faire. Il est même douteux que nous parvenions à atteindre la limite supérieure de 2°C convenue à Paris. Ainsi, nous rendons notre avenir dans un monde qui se réchauffe rapidement de plus en plus imprévisible. C’est pourquoi l’UE a d’abord essayé de lier la création du fonds pour les dommages climatiques à un engagement à réduire davantage les émissions de gaz à effet de serre. Malheureusement, cette tentative a échoué. Ce n’était pas un sommet africain mais un sommet arabe sur le climat », soupire un négociateur européen, quelque peu frustré.
Malgré tous les obstacles à la protestation, malgré le comportement intimidant de la police et des forces de sécurité, et malgré les prix insensés à payer pour une chambre d’hôtel, qui ont conduit des dizaines de militants à partager la même chambre, quelque chose d’unique s’est produit : pour la première fois dans l’histoire des COP, une délégation sélectionnée de manifestants a été autorisée à pénétrer dans la zone bleue fortement surveillée où se déroulaient les négociations. Inutile de dire que la manifestation était bien dirigée et qu’elle a donné lieu à de belles séances de photos. Je suis curieux de voir quel genre de mascarade se déroulera à Dubaï. Ce qui est troublant, en revanche, c’est la participation toujours plus importante des représentants de l’industrie pétrolière. Celle-ci a augmenté, par rapport à Glasgow, de 25 %.

Officiellement, 636 lobbyistes de l’industrie pétrolière étaient présents, dont deux barons russes du pétrole sanctionnés par la guerre, selon Carbon Brief. Collectivement, ces lobbyistes ont formé la plus grande « délégation » après celle des Émirats. Au total, il y avait pas moins de 1073 participants, dont 70 lobbyistes du pétrole et du gaz. Cela n’envoie pas un bon signal pour ce qui pourrait se passer à Dubaï.

Malgré toutes les belles paroles – ou selon Greta Thunberg, tout le bla, bla, bla – l’influence de l’industrie pétrolière ne fait que croître. En outre, des lobbyistes de l’industrie agroalimentaire, de Coca-Cola, le plus grand pollueur de plastique au monde, etc. se sont également manifestés. Un autre État pétrolier, et non des moindres, s’est distingué avec la « Saudi Green Initiative ». Un autre État pétrolier, non négligeable, s’est distingué avec l' »Initiative verte saoudienne », où il a été question du stockage souterrain du CO2 (CCS), controversé et loin d’être bien développé, dans les anciens gisements de pétrole et de gaz et – sans surprise – de l’exploitation de nouveaux gisements de pétrole pour répondre à la demande croissante des consommateurs.

Mensonges et profits de l’industrie pétrolière
En tant que grands-parents, nous en avons assez du géant pétrolier français Total. Nous sommes à juste titre étonnés que toutes sortes d’organisations, comme la VRT et les organisateurs de la merveilleuse course Reine Elisabeth, se permettent encore d’être sponsorisées par cette entreprise, à mon avis criminelle. On tombe de sa chaise quand on lit les méga-profits de l’industrie pétrolière. Le bénéfice combiné en 2022 de Shell, BP, ExxonMobil, Chevron et TotalEnergies (les cinq grands) est, grâce au criminel de guerre Poutine, d’environ 200 milliards de dollars. Ils n’avaient jamais connu un tel méga-profit dans leur longue existence mensongère de déni délibéré du réchauffement climatique auto-infligé. Big Oil, suivant les traces de l’industrie du tabac, nous a trompés et menti à tous pendant plus d’un demi-siècle sur les conséquences de l’utilisation de leurs produits, dans ce cas les combustibles fossiles. Je trouve cela criminel, je me sens trompé en tant que citoyen du monde et j’en suis furieux.

La tromperie de l’industrie du tabac concerne la santé d’une personne ; celle de l’industrie pétrolière concerne la santé de la planète. Les deux tromperies sont criminelles à mes yeux.

Le 13 janvier 2023, la fameuse analyse Assessing ExxonMobil’s global warming projections de Supran et al, a été publiée dans la revue scientifique de premier plan Science. Les chercheurs se sont appuyés sur la découverte faite par des journalistes d’investigation en 2015. À l’époque, des mémos internes ont révélé que la compagnie pétrolière Exxon et ExxonMobil Corp, savaient depuis la fin des années 1970 que leurs combustibles fossiles entraînaient un réchauffement climatique, avec « des impacts environnementaux dramatiques avant l’année 2050 ».

Il est rapidement apparu que les autres compagnies pétrolières et leurs organisations faîtières le savaient également. Un examen plus approfondi de documents internes d’Exxon en 2017 a montré qu’ils savaient que le changement climatique était réel et d’origine humaine. Le GIEC n’en prendrait note qu’en août 2021. En public, cependant, l’industrie pétrolière a surtout semé le doute sur la question. Ainsi, pendant des décennies, selon moi, ils ont fait échouer à la fois la recherche scientifique indépendante et la prise de décision politique sur leurs pratiques criminelles. Et les dollars ont continué à affluer, alors que la nature était et est toujours à l’agonie.

Cela a ouvert un cloaque. Il est rapidement apparu que même la très polluante industrie du charbon était au courant des effets pernicieux de la combustion du charbon depuis au moins les années 1960. Les compagnies d’électricité, la compagnie pétrolière Total et l’industrie automobile avec GM et Ford, étaient également au courant depuis au moins les années 1970. Personne n’a rien dit, personne n’a tiré la sonnette d’alarme. En fait, les recherches présentées dans Science montrent que la situation est encore plus grave. De nombreux documents découverts contiennent des projections claires de l’évolution du réchauffement climatique à venir.

« Cette publication dans Science, est le dernier clou du cercueil des affirmations d’ExxonMobil qui se dit faussement accusé de crimes climatiques. » Geoffrey Supran, Université de Harvard, États-Unis.

Il s’avère que les modèles climatiques utilisés par les propres chercheurs d’Exxon entre 1977 et 2003 étaient sinistrement précis. Le réchauffement moyen attendu par ExxonMobil était de 0,20 °C ± 0,04 °C par décennie. La science l’a maintenu à 0,19 °C, alors que la valeur mesurée était de 0,18 °C. L’essentiel est que les compagnies pétrolières employaient d’excellents scientifiques qui devaient se taire et que la direction savait très bien ce qu’elle faisait et se taisait également.

De plus, les modèles d’Exxon ont montré que le réchauffement climatique d’origine humaine serait observable pour la première fois en l’an 2000, avec une marge de 5 ans. De plus, ils ont été capables de faire une bonne estimation de la quantité de CO2 qui entraînerait un réchauffement dangereux. Enfin, même alors, ils ont fait une estimation raisonnable de la taille du « budget carbone » qui pourrait maintenir le réchauffement en dessous de 2°C. Et pourtant, ils sont restés silencieux.

Évolution de la température (en rouge) et de la concentration de CO2 dans l’atmosphère (en bleu) observée historiquement au fil du temps, comparée aux projections du réchauffement climatique établies par les scientifiques d’ExxonMobil. A : les projections modélisées par Exxon en 1982. B : résumé des projections dans sept mémos internes de la société entre 1977 et 2003. C : tendances climatiques lissées sur les 150 000 dernières années. Source Science, 13 Jan 2023, Vol 379, Issue 6628, DOI : 10.1126/science.abk0063

Et voilà que le Sultan Ahmed Al Jabar préside le prochain sommet sur le climat dans l’État pétrolier super riche des Émirats. Il n’est pas étonnant que le mouvement international pour le climat ne fasse pas confiance à un PDG d’une compagnie pétrolière pour présider une COP. À tout le moins, cela donne l’impression d’un « coup d’État » de l’industrie pétrolière. Le Réseau Action Climat International demande donc sa démission, bien qu’il y ait peu de chances que cela se produise.

Après tout, on peut se demander ce que font les compagnies pétrolières avec les superprofits qu’elles n’ont absolument pas réalisés. Elles pourraient répondre aux appels à l’écrémage, comme le proposent de nombreux politiciens en Suisse et à l’étranger. Après tout, les citoyens qui ne peuvent rien faire contre cette situation sont confrontés à des augmentations de prix rapides et brutales. Cette situation, à son tour, semble très familière aux pays pauvres. Eux aussi sont confrontés à des évolutions auxquelles ils n’ont pas contribué, mais qu’ils doivent payer et dont ils subissent les graves conséquences. C’est pourquoi la première étape franchie à Sharm el-Sheikh sur les pertes et dommages est importante et porteuse d’espoir. Mais il reste à voir ce qu’il en ressortira réellement.

Embrasser le chaos : la transition énergétique
Dans le dernier livre de Jan Rotmans et Mischa Verheijden (voir la critique de livre du 23 décembre 2021), dix transitions sont abordées et encadrées dans les différentes phases d’une transition qui aura lieu dans les décennies à venir et conduira à une société différente et durable. On y apprend notamment que l’État-nation du XIXe siècle pourrait disparaître, au grand dam de toutes sortes de partis politiques nationalistes. Les niveaux susceptibles de subsister sont de petites zones régionales de la taille de la Randstad néerlandaise, ainsi qu’un contexte européen global. Au sein de ces transitions, la transition énergétique, qui dure depuis le plus longtemps, se distingue. Cette transition a maintenant dépassé son point de basculement et est entrée dans une phase d’accélération. Ici aussi, la guerre brutale et totalement inutile de Poutine joue un rôle moteur.

Compte tenu de leur manipulation historique et de leur hypocrisie, il est tout à fait naturel que l’industrie pétrolière et ses actionnaires paient les coûts de la crise climatique mondiale qu’ils ont provoquée.

L’industrie pétrolière ne tarde pas à en profiter et à ajuster ses politiques de greenwashing de manière négative. Avec la hausse rapide des prix de l’énergie, BP a doublé ses bénéfices pour atteindre 27,7 milliards de dollars d’ici 2022. Pour répondre à la demande des consommateurs, qu’ils considèrent comme le moteur responsable, ils vont produire plus de pétrole et de gaz. Et ce, en pleine crise climatique, la plus grande menace pour l’humanité, si l’on excepte l’éruption massive du volcan Toba en Indonésie, il y a 70 à 75 000 ans.

De manière significative, BP fait également marche arrière sur son objectif de zéro émission d’ici 2050 et abaisse ses objectifs pour 2030 de 35-40% à 20-30% ! Il n’en va pas autrement des autres membres des Big Five, comme Shell et Total avec des méga-profits en 2022 de plus de 42 milliards de dollars et plus de 33 milliards de dollars respectivement.
Shell, par exemple, a versé sept fois plus aux actionnaires en 2022 que ce qu’elle a investi dans les énergies vertes, qui ne sont pas son cœur de métier. Cependant, selon le groupe de réflexion indépendant Influence Map et des chercheurs de l’université d’Utrecht, les médias affirment le contraire. Voilà encore une tromperie populaire soutenue par des agences de publicité et de marketing échevelées ! Bla, bla, bla, mais chèrement payé, selon Greta Thunberg.

Pendant ce temps, ils disent que l’industrie pétrolière est taquinée, nous disons qu’on lui rappelle gentiment que les choses doivent absolument changer. Gardez ces ressources polluantes dans le sol, bon sang ! Nous le faisons par des procès, des protestations, des occupations, en tenant les directeurs et les actionnaires personnellement responsables, etc. Les gouvernements, les villes, les groupes d’intérêt, etc. poursuivent à juste titre l’industrie pétrolière – qui a complètement perdu sa crédibilité – alors qu’ils sont confrontés à l’élévation du niveau de la mer, aux incendies de forêt, à la sécheresse, aux inondations et aux intempéries. Là encore, c’est le pollueur (de CO2) qui doit payer. Le nombre de poursuites judiciaires augmente rapidement, selon Carbon Brief. Mais le nombre de lobbyistes présents aux sommets sur le climat continue également d’augmenter, tandis que les gouvernements bavards prétendent le contraire par crainte des pertes d’emplois dans le vieux monde industrialisé.

La transition énergétique étant entrée dans la phase d’accélération, la pression du mouvement écologiste va s’accroître et l’industrie pétrolière, mais aussi d’autres secteurs comme l’agroalimentaire, continueront à nier par tous les moyens leur culpabilité et leur responsabilité historiques. Le chaos va s’accroître, tout comme la probabilité d’une manipulation par des gouvernements « faibles ». Par conséquent, le mouvement environnemental et nous, grands-parents, en route pour Dubaï, devrons rester vigilants. Quelle que soit la manière dont on aborde la question, une Conférence des Parties dans un État pétrolier super-riche, avec un patron du pétrole comme président, ne peut qu’attirer les ennuis. C’est irresponsable du point de vue de la durabilité mondiale et de la crise climatique.

* Le titre fait référence à l’histoire d' »Ali Baba et les quarante voleurs », tirée du célèbre livre des Mille et une nuits de la conteuse persane Sheherazade. Dans cette histoire, Ali voit par hasard comment une bande de voleurs – dans ce blog, l’industrie pétrolière, qui, par la ruse et la tromperie, ne fait que se remplir les poches – ouvre la chambre de son trésor grâce à un sort. Alors que les voleurs s’en vont, Ali ouvre la salle du trésor pour emporter leurs trésors avec lui. Les voleurs le découvrent, mais avec son astucieuse amie Morgiana, Ali Baba vainc les voleurs. Ainsi, le mouvement pour le climat et ses partisans vaincront également les nombreux voleurs des industries industrialisées, comme l’industrie pétrolière.


Références sur la COP28


Faut-il boycotter la COP28 ?

Paul Blume

parution 18/01/2023 – modifié le 22/09/2023

La décision daterait de la fin de l’année 2021 lors de la COP de Glasgow. La 28ème Conférence des Parties (wikipedia) sera organisée par les Émirats Arabes Unis.

Pour en assurer la Présidence, le choix s’est porté sur le Sultan Al Jaber, ministre de l’industrie et PDG de la compagnie pétrolière nationale.

Si l’on peut comprendre que la mécanique complexe des attributions des conférences internationales implique parfois de drôles de contradictions, de sérieuses questions commencent à déranger les militantes et militants de la cause climatique.

Climat ou croissance, quel choix faisons-nous ?

Conception Alvarez, dans un article paru début janvier dans Novethic * décrit bien ces enjeux complexes mêlant intérêts politiques et économiques.

Est-il vraiment concevable de donner les clefs d’une conférence internationale sur le climat à un magnat du pétrole ?

Est-il acceptable de l’entendre proposer d’émettre moins de co2 tout en consommant plus d’énergies fossiles ?

Par définition, ces grands caucus sont des proies évidentes pour différentes formes de propagandes diplomatico-politiques ou lobbyings divers sur le plan économique.

La question est de déterminer si on ne passe pas, en l’espèce, une ligne rouge.

Est-il vraisemblable pour le monde scientifique de cautionner un pareil mélange des genres ?

Pour les états d’Europe, déjà empêtrés dans des débats curieux sur la définition même de ce que sont les énergies renouvelables *, participer à un événement de cette envergure dans un tel cadre n’est pas non plus une opération évidente en terme de crédibilité.

Comment imposer à l’industrie des transports une mutation coûteuse vers une moindre utilisation des énergies fossiles tout en donnant une importante fenêtre de promotion aux compagnies pétrolières ?

On peut juger le boycott d’événements internationaux inefficace, contre-productif, excessif.

On peut aussi se demander si la participation à cette COP ne marquerait pas définitivement une forme de renoncement public aux objectifs de contenir le réchauffement face aux diktats économiques. Une forme de sacrifice collectif.

Poser la question n’est pas y répondre. Ne pas poser la question serait déjà renoncer.

Ci-dessous, une partie de réponse à la question par Madame Christiana Figueres, qui fut l’une des négociatrices de l’accord de Paris de 2015 à la COP21 (source AFP) :

L’ancienne cheffe de l’ONU Climat, Christiana Figueres, a fustigé jeudi à New York les entreprises internationales d’énergies fossiles qui ne devraient donc pas participer à la COP28 à Dubaï si elles refusent de lutter contre le changement climatique.

Lors d’une conférence « Climate Changes Everything », en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, la diplomate costaricaine a reconnu qu’elle « perdait patience » avec l’industrie des énergies fossiles responsable d’une grande partie des émissions de gaz à effet de serre.

D’après celle qui fut l’une des négociatrices de l’accord de Paris de 2015 à la COP21, les grandes entreprises énergétiques ont failli à leurs engagements de transition vers des énergies renouvelables.

« Au lieu de tout faire pour mettre en application leur incroyable capacité d’innovation et d’ingénierie, elles ont fait tout le contraire », a tonné Mme Figueres.

Le monde doit sortir des énergies fossiles polluantes, atteindre le pic de ses émissions de CO2 d’ici 2025 et faire « beaucoup plus, maintenant, sur tous les fronts » pour affronter la crise climatique, avait mis en garde début septembre un premier rapport de l’ONU Climat sur ce qui a été accompli ou non depuis l’accord de Paris et son objectif le plus ambitieux de limiter le réchauffement à 1,5°C.

Ce rapport sera au coeur de la COP28 de Dubaï du 30 novembre au 12 décembre aux Emirats arabes unis.

Le réchauffement mondial a déjà atteint environ 1,2°C par rapport à l’ère pré-industrielle.

Interrogée pour savoir s’il fallait que les sociétés pétrolières et gazières mondiales, accusées de traîner les pieds sur leurs engagements en faveur du climat, participent à la COP28, Mme Figueres a répondu: « Cela dépend si elles viennent là-bas pour contribuer et accélérer la décarbonation ou si elles agissent littéralement contre ces objectifs ».

Le président de la COP28 et de la compagnie pétrolière nationale émirienne, Sultan al-Jaber, avait appelé début septembre à « tripler les énergies renouvelables d’ici à 2030, commercialiser d’autres solutions sans carbone, comme l’hydrogène, et développer un système énergétique exempt de tout combustible fossile sans captage de CO2 ».

Lors du sommet sur « l’ambition climatique » mercredi à l’ONU, il a répété que « la réduction progressive des énergies fossiles était inévitable » et « essentielle ».

Une position qui a satisfait l’ancienne patronne de l’ONU Climat qui estime que le président de la COP28 « a compris (sa) responsabilité politique internationale et multilatérale » pour le climat.

Ajoutons qu’aujourd’hui, les investissements massifs récents dans l’exploration et l’exploitation des sources fossiles indiquent clairement la voie choisie. Les éventuels efforts qui seront programmés dans les énergies de substitution ne seront pas accompagnés de contraintes volontaires sur l’économie des fossiles.

La question reste. Faut-il participer à cette COP28 ?

Voir https://obsant.eu/boycott-cop-28/