Février en passe de battre un nombre sans précédent de records de chaleur

Jonathan Watts

Traduction Deepl Josette – The Guardian

Le mois de février est en passe de battre un nombre record de records de chaleur, selon les météorologues, car le réchauffement climatique d’origine humaine et le phénomène naturel El Niño font grimper les températures sur terre et dans les océans.

À un peu plus de la moitié du mois le plus court de l’année, le pic de chaleur est devenu si prononcé que les cartes climatiques entrent dans un nouveau territoire, notamment en ce qui concerne les températures de surface de la mer qui ont persisté et se sont accélérées au point que les observateurs experts ont du mal à expliquer comment ce changement se produit.

« La planète se réchauffe à un rythme accéléré. Nous assistons à des augmentations rapides de la température dans l’océan, le plus grand réservoir de chaleur du climat », a déclaré le Dr. Joel Hirschi, responsable associé de la modélisation des systèmes marins au Centre national d’océanographie du Royaume-Uni. « L’amplitude avec laquelle les précédents records de température de surface de la mer ont été battus en 2023 et maintenant en 2024 dépassent les attentes.
La compréhension des raisons de ce phénomène fait l’objet de recherches permanentes. »

Selon Zeke Hausfather, spécialiste des sciences de la Terre à Berkeley, l’humanité est en passe de connaitre le mois de février le plus chaud de l’histoire, après des mois de janvier, décembre, novembre, octobre, septembre, août, juillet, juin et mai records.

Selon lui, l’augmentation observée ces dernières semaines devrait entrainer un réchauffement de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels, mais il devrait s’agir de l’impact maximal et bref d’El Niño s’il suit la voie tracée les années précédentes et commence à se refroidir dans les mois à venir.

Ce serait normalement une bonne nouvelle si La Niña, qui fait baisser les températures, suivait, mais M. Hausfather a déclaré que le comportement du climat était devenu plus erratique et plus difficile à prévoir. « L’année dernière a tellement défié les attentes qu’il est difficile d’avoir autant confiance dans les approches que nous avons utilisées pour faire ces prévisions dans le passé », a-t-il déclaré. « Je dirais que février 2024 est bien placé pour battre le précédent record établi en 2016, mais ce n’est pas du tout gagné d’avance à ce stade, car les modèles météorologiques suggèrent que les températures mondiales vont redescendre au cours de la semaine à venir. Je pense donc que ces températures extrêmes sont la preuve d’une accélération du réchauffement au cours des dernières années – comme le prévoient les modèles climatiques si les émissions de CO2 ne diminuent pas mais que les aérosols le font – mais que la situation n’est pas nécessairement pire que ce que nous pensions. »

La première moitié du mois de février a choqué les observateurs météorologiques. Maximiliano Herrera, qui tient un blog sur les températures extrêmes dans le monde, a qualifié de « fou », de « folie totale » et de « réécriture de l’histoire du climat » la vague de milliers de records de chaleur enregistrés par les stations météorologiques. Ce qui l’a étonné, ce n’est pas seulement le nombre de records, mais aussi l’ampleur avec laquelle nombre d’entre eux ont dépassé tout ce qui avait été enregistré auparavant.

Au Maroc, 12 stations météorologiques ont enregistré des températures supérieures à 33,9 °C, ce qui constitue non seulement un record national pour la journée d’hiver la plus chaude, mais aussi plus de 5 °C de plus que la moyenne pour un mois de juillet. La ville de Harbin, dans le nord de la Chine, a dû fermer son festival hivernal de la glace parce que les températures ont dépassé le point de congélation pendant trois jours sans précédent ce mois-ci.

Au cours de la semaine dernière, des stations de surveillance aussi éloignées les unes des autres que l’Afrique du Sud, l’Arabie saoudite, la Thaïlande, l’Indonésie, le Kazakhstan, la Colombie, le Japon, la Corée du Nord, les Maldives et le Belize ont enregistré des records de chaleur mensuels.

Au cours de la première moitié de ce mois, 140 pays ont battu des records de chaleur mensuels, ce qui est similaire aux chiffres finaux des six derniers mois les plus chauds de l’année 2023 et plus de trois fois supérieur à tous les mois antérieurs à 2023.

La chaleur à la surface des océans continue d’étonner les observateurs chevronnés et laisse entrevoir des tempêtes intenses plus tard dans l’année. Le spécialiste des ouragans Michael Lowry a tweeté que les températures de surface de la mer dans la principale région de développement de l’Atlantique, où se forment la plupart des ouragans américains de catégorie 3 ou plus, « sont aussi chaudes aujourd’hui à la mi-février qu’elles le sont généralement à la mi-juillet. Incroyable ».

Selon M. Hirschi, les températures de surface de la mer se trouvent en « territoire inconnu ». Il s’attend à ce que le mois de mars batte le record du mois d’août dernier de 0,1 à 0,2 °C. Le mois de mars est généralement la période la plus chaude de l’année pour les océans, car c’est la fin de l’été dans l’hémisphère sud, où se trouvent la plupart des grandes mers du monde.

Les pics de température étaient attendus, mais leur amplitude a surpris. Les climatologues étudient actuellement la manière d’attribuer un poids aux différentes causes de ces anomalies.

Un puissant El Niño a fait grimper les températures, mais Francesca Guglielmo, scientifique principale chez Copernicus, a fait remarquer qu’il ne s’agissait que d’un facteur de réchauffement parmi d’autres qui agissaient conjointement. Chaque tonne supplémentaire de dioxyde de carbone émise par l’humanité accroît la pression sur les océans. Dans certaines régions, la chaleur anormale a également été intensifiée par la faiblesse des alizés, la léthargie du jet stream, les fluctuations de la circulation dans l’Atlantique Nord et la réduction de la pollution par les aérosols, qui expose une plus grande partie de l’océan au soleil.

Katharine Hayhoe, scientifique en chef de The Nature Conservancy, a déclaré que l’incertitude quant à l’interaction des différents facteurs nous rappelle que nous ne comprenons pas tous les aspects de la manière dont le système terrestre complexe réagit à un forçage radiatif sans précédent. « Cela se produit à un rythme beaucoup plus rapide que tout ce qui a été documenté dans le passé », a-t-elle déclaré. « Il est beaucoup plus probable que nous sous-estimions l’impact de ces changements sur la société humaine que nous ne le surestimions. »

El Niño est en train de s’affaiblir, ce qui devrait faire baisser les températures dans le Pacifique équatorial à partir de la fin du printemps ou du début de l’été. Si l’Atlantique Nord reste chaud à ce moment-là, cela pourrait annoncer une activité cyclonique intense, a averti M. Hirschi.

Ces risques augmenteront chaque année si les émissions de carbone d’origine humaine ne sont pas réduites et si le déboisement n’est pas inversé. « Ralentir, arrêter ou inverser la trajectoire de réchauffement sur laquelle nous sommes engagés revient à changer le cap d’un supertanker. Les résultats ne sont pas immédiats, mais plus tôt nous agirons, plus il nous sera facile d’éviter les problèmes », a-t-il déclaré.



AMOC

Le système critique des courants de l’océan Atlantique montre des signes précoces d’effondrement, ce qui a incité les scientifiques à lancer un avertissement.

Laura Paddison

Traduction – deepl Josette – source : CNN

Selon un nouveau rapport, un système crucial de courants océaniques pourrait déjà être sur le point de s’effondrer, ce qui aurait des conséquences alarmantes sur l’élévation du niveau de la mer et sur le climat mondial, entraînant une chute spectaculaire des températures dans certaines régions et une hausse dans d’autres.

En utilisant des systèmes informatiques exceptionnellement complexes et coûteux, les scientifiques ont trouvé un nouveau moyen de détecter un signal d’alerte précoce pour l’effondrement de ces courants, selon l’étude publiée vendredi dans la revue Science Advances. Et comme la planète se réchauffe, il y a déjà des indications que la situation évolue dans cette direction.

La circulation méridienne de retournement de l’Atlantique (AMOC en anglais), dont fait partie le Gulf Stream, fonctionne comme un gigantesque tapis roulant mondial, transportant les eaux chaudes des tropiques vers l’Atlantique Nord, où l’eau se refroidit, devient plus salée et s’enfonce dans les profondeurs de l’océan, avant de se propager vers le sud.

Les courants transportent la chaleur et les nutriments vers différentes régions du globe et jouent un rôle essentiel dans le maintien d’un climat relativement doux dans de grandes parties de l’hémisphère nord.

Depuis des décennies, les scientifiques tirent la sonnette d’alarme quant à la stabilité de la circulation, car le changement climatique réchauffe les océans et fait fondre la glace, perturbant l’équilibre entre la chaleur et le sel qui détermine la force des courants.

Si de nombreux scientifiques pensent que l’AMOC ralentira sous l’effet du changement climatique, et pourrait même s’arrêter, il subsiste une grande incertitude quant au moment et à la vitesse à laquelle cela pourrait se produire. L’AMOC ne fait l’objet d’une surveillance continue que depuis 2004.

Les scientifiques savent, grâce à l’élaboration d’une image du passé à l’aide de carottes de glace et de sédiments océaniques, que l’AMOC s’est arrêtée il y a plus de 12 000 ans à la suite d’une fonte rapide des glaciers.

Aujourd’hui, ils s’efforcent de déterminer si cela pourrait se reproduire.

Cette nouvelle étude constitue une « avancée importante », a déclaré René van Westen, chercheur en sciences marines et atmosphériques à l’université d’Utrecht, aux Pays-Bas, et coauteur de l’étude.

Les scientifiques ont utilisé un superordinateur pour faire tourner des modèles climatiques complexes sur une période de trois mois, simulant une augmentation progressive de l’eau douce dans l’AMOC – représentant la fonte des glaces ainsi que les précipitations et le ruissellement des rivières, qui peuvent diluer la salinité de l’océan et affaiblir les courants.

En augmentant lentement la quantité d’eau douce dans le modèle, ils ont vu l’AMOC s’affaiblir progressivement jusqu’à ce qu’il s’effondre brusquement. C’est la première fois qu’un effondrement est détectable à l’aide de ces modèles complexes, ce qui constitue « une mauvaise nouvelle pour le système climatique et l’humanité », selon le rapport.

En revanche, l’étude ne donne pas de calendrier pour un éventuel effondrement. D’autres recherches sont nécessaires, a déclaré M. van Westen à CNN, notamment des modèles qui imitent également les effets du changement climatique, tels que l’augmentation des niveaux de pollution réchauffant la planète, ce qui n’était pas le cas dans cette étude.

« Mais nous pouvons au moins dire que nous nous dirigeons vers le point de basculement du changement climatique », a déclaré M. van Westen.

Les conséquences de l’effondrement de l’AMOC pourraient être catastrophiques. Selon l’étude, certaines régions d’Europe pourraient voir leurs températures chuter de 30 degrés Celsius en l’espace d’un siècle, ce qui donnerait lieu à un climat complètement différent en l’espace d’une ou deux décennies seulement.

« Aucune mesure d’adaptation réaliste ne peut faire face à des changements de température aussi rapides », écrivent les auteurs de l’étude.

Les pays de l’hémisphère sud, quant à eux, pourraient connaître un réchauffement accru, tandis que les saisons humides et sèches de l’Amazonie pourraient s’inverser, ce qui perturberait gravement l’écosystème.

L’effondrement de l’AMOC pourrait également entraîner une hausse du niveau des mers d’environ 1 mètre, a déclaré M. van Westen.

Stefan Rahmstorf, océanographe physique à l’université de Potsdam en Allemagne, qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré qu’il s’agissait d’une « avancée majeure dans la science de la stabilité de l’AMOC ».

« Cela confirme que l’AMOC a un point de basculement au-delà duquel il s’effondre si l’océan Atlantique Nord est dilué avec de l’eau douce », a-t-il déclaré à CNN.

Les études précédentes qui ont permis de trouver le point de basculement de l’AMOC ont utilisé des modèles beaucoup plus simples, a-t-il ajouté, ce qui a donné à certains scientifiques l’espoir de ne pas trouver ce point de basculement avec des modèles plus complexes.

Cette étude anéantit ces espoirs, a déclaré M. Rahmstorf.

Joel Hirschi, responsable associé de la modélisation des systèmes marins au Centre national d’océanographie du Royaume-Uni, a déclaré que cette étude était la première à utiliser des modèles climatiques complexes pour montrer que l’AMOC peut basculer de « on » à « off » en réponse à des quantités relativement faibles d’eau douce entrant dans l’océan.

Mais il y a des raisons d’être prudent, a-t-il ajouté. Même si l’étude a utilisé un modèle complexe, sa résolution reste faible, ce qui signifie que la représentation de certaines parties des courants pourrait être limitée.

Cette étude vient s’ajouter au nombre croissant de preuves indiquant que l’AMOC pourrait s’approcher d’un point de basculement – et qu’il pourrait même être proche.

Une étude réalisée en 2021 a révélé que l’AMOC n’avait jamais été aussi faible au cours des 1 000 dernières années. Et un rapport particulièrement alarmant – et quelque peu controversé – publié en juillet de l’année dernière, a conclu que l’AMOC pourrait être en passe de s’effondrer dès 2025.

Pourtant, d’énormes incertitudes subsistent. Jeffrey Kargel, scientifique principal au Planetary Science Institute en Arizona, a déclaré qu’il pensait que la théorie d’un arrêt potentiellement imminent de l’AMOC « resterait quelque peu controversée jusqu’à ce que, un an plus tard, nous sachions que c’est bien le cas ».

Il a comparé son effondrement potentiel aux « folles fluctuations d’un marché boursier qui précèdent un grand krach » – il est presque impossible de déterminer quels changements sont réversibles et lesquels sont les signes avant-coureurs d’une catastrophe.

Les données modernes montrent que la force de l’AMOC fluctue, mais il n’y a pas encore de preuve observée d’un déclin, a déclaré M. Hirschi. « La question de savoir si des changements brusques de l’AMOC similaires à ceux observés dans le passé se produiront à mesure que notre climat continuera à se réchauffer est une question importante qui reste ouverte. »

Cette étude est une pièce du puzzle, a déclaré M. Rahmstorf. « Elle renforce considérablement l’inquiétude croissante concernant l’effondrement de l’AMOC dans un avenir relativement proche », a-t-il déclaré. « Nous ignorerons ce risque à nos risques et périls. »


Documentation : Obsant



Sans Transition

Une nouvelle histoire de l’énergie

Jean-Baptiste Fressoz


Une lecture essentielle 

Ce livre est né d’un malaise ressenti à la lecture des histoires générales de l’énergie. Alors que le charbon vient de connaître un immense essor sur la plupart des continents, des ouvrages universitaires de référence sur le sujet racontent encore des histoires de transition entre systèmes énergétiques. …

Dès les premiers mots, le challenge est posé. L’auteur nous propose un autre regard sur l’histoire des énergies. Et cela commence par l’évocation de l’évolution des consommations de chaque ressource énergétique, dans l’ensemble de leurs usages.

Fortement documenté, l’ouvrage permet de prendre la mesure des progressions de différentes ressources. En valeurs absolues. Et de comparer les enseignements de leurs visualisations avec la présentation de mêmes sources en valeurs relatives.

L’évolution en symbiose des différentes sources d’énergies s’impose et amène l’auteur à retracer pas à pas la genèse du récit de l’évolution en phases qui domine pourtant encore à ce jour.

Nous entrons alors dans l’histoire passionnante des analyses et prospectives qui se sont succédé et les impacts sur certains choix politiques majeurs.

Pour finir, on suit les influences directes des débats énergétiques sur le débat climatique. Cheminement qui révèle quelques parcours individuels marquants dans le fonctionnement du GIEC et questionne la méthodologie de travail de certains groupes en son sein.

Une lecture indispensable pour celles et ceux qui s’intéressent à l’énergie, aux prospectives globales et au Climat.

Paru au Seuil – écocène


Documentation : obsant


Un document d’information révèle que le ministre a consulté BP sur les mesures incitatives visant à maximiser la production de pétrole.

C’est une exclusivité : La réunion a eu lieu quelques jours après que BP a annoncé des bénéfices records, alors que les ménages devaient faire face à des factures d’énergie élevées.

Damian Carrington

Traduction deepl Josette – article original sur The Guardian

Le ministre de l’énergie et du climat, Graham Stuart, a interrogé BP sur les mesures incitatives nécessaires pour « maximiser » l’extraction de pétrole et de gaz en mer du Nord. C’est ce que révèlent des documents publiés en vertu des règles de liberté de l’information.

La rencontre de M. Stuart avec la patronne britannique de l’entreprise, Louise Kingham, l’année dernière, a eu lieu quelques jours après que BP a annoncé un bénéfice record de 28 milliards de dollars (23 milliards de livres sterling) pour 2022, a augmenté son dividende aux actionnaires et est revenu sur son objectif de réduire ses émissions de carbone d’ici à 2030. Les ménages ont également dû faire face à des factures d’énergie très élevées. BP présentera ses bénéfices pour 2023 mardi.

M. Stuart a également demandé à Mme Kingham de lui donner des conseils pour faire valoir que la production pétrolière britannique était « bonne » et qu’elle s’inscrivait dans le cadre de la transition vers le net zéro. Les experts ont réfuté à plusieurs reprises les arguments selon lesquels la nouvelle production de pétrole et de gaz pouvait renforcer la sécurité énergétique du Royaume-Uni ou faire baisser les prix.

Mercredi dernier, l’organisme britannique chargé du pétrole et du gaz a accordé 24 nouvelles licences de forage à BP et à d’autres sociétés, après les 27 licences accordées en octobre, et d’autres devraient suivre dans les mois à venir. Le président des conseillers britanniques officiels en matière de climat a déclaré en janvier que « l’octroi de nouvelles licences n’est pas compatible avec les objectifs climatiques ». L’Agence internationale de l’énergie a déclaré en 2021 que toute nouvelle exploitation de combustibles fossiles était incompatible avec l’objectif de zéro émission nette d’ici à 2050.

« Les forages pétroliers en mer du Nord compromettront les engagements du Royaume-Uni en matière de climat et ne garantiront pas la sécurité énergétique. Pourtant, le ministre a cyniquement sollicité l’aide de BP pour tenter de « gagner » l’argument contraire », a déclaré Chris Garrard, de l’organisation de campagne et de recherche Culture Unstained, qui a introduit la demande d’accès à l’information.

« Ce qui est encore plus troublant, c’est que quelques jours après que BP ait annoncé des bénéfices records, il semble assurer à BP qu’il y a des incitations et de l’argent pour continuer à faire circuler ses combustibles fossiles polluants, alors que le public a du mal à payer ses factures d’énergie », a-t-il ajouté.

Les documents rendus publics comprennent un compte-rendu fortement expurgé d’une réunion entre Stuart et Kingham le 17 février 2023. M. Stuart a posé la question suivante : « Où pensez-vous que nous en soyons en termes de mise en place des bonnes mesures incitatives pour maximiser la récupération de la mer du Nord et continuer à défendre l’argument selon lequel produire au Royaume-Uni est une bonne chose, et fait partie de la transition vers le zéro net, afin de s’assurer que nous minimisons nos importations ? »

Il a déclaré : « L’argent est là, il faut créer des incitations et des structures pour le faire circuler. »

M. Stuart a également demandé à Mme Kingham de lui fournir des informations à utiliser pour plaider en faveur d’une nouvelle production en mer du Nord : « Nous utiliserons du pétrole et du gaz et, si nous ne le faisons pas nous-mêmes, nous dépenserons cet argent ailleurs. En additionnant tout cela, j’aimerais avoir un chiffre indiquant si nous voulons vraiment dépenser x milliards pour dépendre des importations étrangères ».

De larges pans des réponses de Mme Kingham ont été expurgés, les représentants du gouvernement invoquant des « informations commercialement confidentielles ». Mais elle a déclaré : « Idéologiquement, il faut réfléchir où l’on peut mettre en place des taxes ou des incitations, parce que vous n’obtiendrez pas d’investissements ». Elle a également déclaré que BP était « fière de son travail, des emplois qu’elle crée et des barils toujours plus propres », ajoutant que l’argument serait « amplifié par certains médias sociaux et certaines publicités ».

Tessa Khan, du groupe de campagne Uplift, a déclaré : « BP a du culot de dire à notre gouvernement que l’industrie a besoin de plus d’allègements fiscaux et de subventions ou qu’elle n’investira pas, au milieu d’une crise du coût de la vie provoquée par les factures d’énergie et alors qu’elle vient d’annoncer un bénéfice de 28 milliards de dollars ».

« Ce qui est vraiment scandaleux, c’est que le ministre répond que « l’argent est là » pour les géants pétroliers qui font des profits, alors qu’il vient de supprimer une aide vitale à des millions de ménages qui n’ont littéralement pas les moyens de chauffer leur maison », a-t-elle ajouté. « Il n’y a aucun doute quant au camp qu’a choisi ce gouvernement. »

Un porte-parole du gouvernement a déclaré : « Le ministre Stuart a tout à fait raison de soutenir le pétrole et le gaz domestiques, car le Royaume-Uni continuera à utiliser du pétrole et du gaz même lorsque nous aurons atteint le niveau zéro en 2050. C’est bon pour notre sécurité énergétique, cela soutient jusqu’à 200 000 emplois et a rapporté 400 milliards de livres de recettes fiscales à ce jour [au cours des 50 dernières années], qui ont été utilisées pour aider les familles à faire face au coût de la vie et pour financer les services publics. Les 6 milliards de livres sterling générés par la taxe sur les profits énergétiques imposée aux producteurs de pétrole et de gaz ont permis à eux seuls de payer environ la moitié de la facture énergétique d’un ménage type l’hiver dernier. »

« Les ministres continueront à rencontrer les entreprises du secteur de l’énergie afin d’encourager les investissements au Royaume-Uni et de mettre fin à la dépendance à l’égard des importations étrangères coûteuses de gaz naturel liquéfié, dont les émissions sont plus élevées », a-t-elle déclaré.

Un porte-parole de BP a déclaré : « BP est une grande entreprise dont le siège social se trouve au Royaume-Uni et qui prévoit d’investir de manière significative dans les systèmes énergétiques et la transition énergétique du pays. À ce titre, nous avons des réunions régulières avec les ministères. Cette discussion a porté sur la manière dont le Royaume-Uni pourrait continuer à attirer les investissements et à maintenir le rythme après l’adoption de la loi américaine sur la réduction de l’inflation, tant dans le système pétrolier et gazier actuel que dans les projets d’énergies renouvelables et à faibles émissions de carbone. La loi soutient les énergies renouvelables.

Les entreprises de combustibles fossiles ont reçu 80 milliards de livres sterling de soutien du gouvernement britannique depuis 2015. La plupart des 24 nouvelles licences de forage ont été accordées à des entreprises étrangères. Vendredi, il a été révélé qu’une entreprise pétrolière et gazière appartenant à un important donateur conservateur, qui avait déjà été condamnée à une amende pour brûlage illégal, s’était vu attribuer l’une des licences de forage.

En janvier, l’ancien ministre conservateur de l’énergie, Chris Skidmore, a démissionné de son poste de député pour protester contre la ruée du parti vers le pétrole et le gaz, qualifiant cette politique de « tragédie » qui est « erronée et qui causera des dommages à l’avenir ».



Le passage à des systèmes alimentaires durables pourrait rapporter 10 000 milliards de dollars par an

Selon les chercheurs, la production actuelle détruit plus de valeur qu’elle n’en crée en raison des coûts médicaux et environnementaux.

Jonathan Watts

Deepltraduction Josette – The Guardian

Une transition vers un système alimentaire mondial plus durable pourrait générer jusqu’à 10 000 milliards de dollars de bénéfices par an, améliorer la santé humaine et atténuer la crise climatique, selon l’étude économique la plus complète de ce type.

L’étude révèle que les systèmes alimentaires actuels détruisent plus de valeur qu’ils n’en créent en raison des coûts environnementaux et médicaux cachés, ce qui revient à emprunter sur l’avenir pour engranger des bénéfices aujourd’hui.

Les systèmes alimentaires sont à l’origine d’un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre, ce qui laisse présager un réchauffement de 2,7 °C d’ici la fin du siècle. Cela crée un cercle vicieux, car la hausse des températures entraîne des conditions météorologiques plus extrêmes et des dégâts plus importants sur les récoltes.

L’insécurité alimentaire pèse également sur les systèmes médicaux. L’étude prévoit qu’en cas de statu quo, 640 millions de personnes souffriront d’insuffisance pondérale d’ici à 2050, tandis que l’obésité augmentera de 70 %.

Selon l’équipe internationale à l’origine de l’étude, réorienter le système alimentaire serait un défi politique, mais apporterait d’énormes avantages économiques et sociaux. Cette étude se veut l’équivalent alimentaire du rapport Stern, l’examen des coûts du changement climatique réalisé en 2006.

Johan Rockström (*), de l’Institut de recherche sur l’impact du climat de Potsdam et l’un des auteurs de l’étude, a déclaré : « Le système alimentaire mondial tient l’avenir de l’humanité sur Terre entre ses mains ».

L’étude propose de réorienter les subventions et les incitations fiscales au détriment des grandes monocultures destructrices qui reposent sur les engrais, les pesticides et le défrichement des forêts. Les incitations financières devraient plutôt être orientées vers les petits exploitants qui pourraient transformer leurs fermes en puits de carbone et laisser plus d’espace à la faune et à la flore.

Un changement de régime alimentaire est un autre élément clé, de même que l’investissement dans des technologies permettant d’améliorer l’efficacité et de réduire les émissions.

Selon le rapport, la diminution de l’insécurité alimentaire permettrait d’éradiquer la sous-nutrition d’ici à 2050, de réduire de 174 millions le nombre de décès prématurés et de permettre à 400 millions de travailleurs agricoles de gagner un revenu suffisant. La transition proposée permettrait de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels et de réduire de moitié les écoulements d’azote provenant de l’agriculture.

Dans l’ensemble, ils estiment que les coûts de la transformation se situe entre 0,2 % et 0,4 % du PIB mondial par an.

Lors de leurs premières recherches, Rockström et ses collègues ont constaté que l’alimentation était le plus grand secteur de l’économie à enfreindre les limites planétaires. Outre son impact sur le climat, l’alimentation est l’un des principaux moteurs du changement d’affectation des sols et du déclin de la biodiversité, et elle est responsable de 70 % de l’épuisement des ressources en eau douce.

Le rapport a été rédigé par la Commission sur l’économie du système alimentaire, formée par l’Institut de Potsdam, la Coalition pour l’alimentation et l’utilisation des terres et l’EAT, une coalition holistique du système alimentaire composée du Centre de résilience de Stockholm, du Wellcome Trust et de la Fondation Strawberry. Les partenaires universitaires comprennent l’Université d’Oxford et la London School of Economics.

Elle a estimé les coûts cachés de l’alimentation, notamment le changement climatique, la santé humaine, la nutrition et les ressources naturelles, à 15 000 milliards de dollars, et a créé un nouveau modèle pour prévoir l’évolution de ces coûts cachés dans le temps, en fonction de la capacité de l’humanité à changer. Leurs calculs sont conformes à un rapport publié l’année dernière par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, qui estimait les coûts agroalimentaires non comptabilisés à plus de 10 000 milliards de dollars à l’échelle mondiale en 2020.

Steven Lord, de l’Institut du changement environnemental de l’Université d’Oxford, a déclaré dans un communiqué : « Cette analyse chiffre pour la première fois l’opportunité économique régionale et mondiale que représente la transformation des systèmes alimentaires. Même si elle n’est pas facile, cette transformation est abordable à l’échelle mondiale et les coûts qui s’accumuleront à l’avenir si l’on ne fait rien représentent un risque économique considérable ».


De nombreuses autres études ont démontré les avantages pour la santé et le climat d’un passage à une alimentation à base de végétaux. Un rapport publié l’année dernière par l’Observatoire du climat note que l’industrie brésilienne du bœuf – et la déforestation qui en découle – a aujourd’hui une empreinte carbone plus importante que l’ensemble des voitures, usines, climatiseurs, gadgets électriques et autres sources d’émissions au Japon.

La nouvelle étude n’est pas prescriptive en ce qui concerne le végétarisme, mais M. Rockström a déclaré que la demande de bœuf et de la plupart des autres viandes diminuerait si les coûts cachés liés à la santé et à l’environnement étaient inclus dans le prix.

Nicholas Stern, président de l’Institut de recherche Grantham sur le changement climatique et l’environnement de la London School of Economics, s’est félicité de cette étude : « L’économie du système alimentaire actuel est malheureusement un échec irrémédiable. Ses « coûts cachés » nuisent à notre santé et dégradent notre planète, tout en aggravant les inégalités mondiales. Il sera essentiel de modifier nos modes de production et de consommation alimentaires pour lutter contre le changement climatique, protéger la biodiversité et construire un avenir meilleur. Il est temps d’opérer un changement radical. »

Le principal défi de la transition alimentaire proposée est l’augmentation du coût des denrées alimentaires. Selon M. Rockström, il faudra faire preuve de dextérité politique et soutenir les couches défavorisées de la société, faute de quoi des manifestations pourraient avoir lieu, à l’instar de celles des gilets jaunes qui se sont déroulées en France à la suite de l’augmentation du prix de l’essence.

Christiana Figueres, ancienne secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, a souligné le caractère prospectif du rapport : « Cette recherche prouve qu’une réalité différente est possible et nous montre ce qu’il faudrait faire pour que le système alimentaire devienne un puits de carbone net d’ici à 2040. Cette opportunité devrait attirer l’attention de tout responsable politique désireux d’assurer un avenir plus sain à la planète et à ses habitants ».


J’en ai marre de recevoir des leçons

par Philippe DEFEYT, économiste et ancien parlementaire fédéral
31 janvier 2024

Réagissant à la présence de viandes de toutes origines dans les grandes surfaces, un ministre régional wallon vient de déclarer ceci, : « On m’a rapporté les faits et cela montre qu’il y a encore du boulot. Cela me renforce dans le fait qu’il faut un contrôle effectif de l’entrée de produits sur notre marché. Il faut une démarche qui permette de privilégier les produits européens mais il faut aussi que les commerces fassent le choix de la proximité. Je comprends l’éleveur qui habite à un jet de pierre de lieux de distribution et qui voit que la viande a traversé la moitié de la planète pour arriver jusqu’ici. C’est un non-sens d’un point de vue économique et environnemental. » C’est cette analyse qui l’amènerait à refuser (à vérifier le moment venu) le projet de Traité Mercosur.

Fort bien, qui s’opposerait à cela…, surtout pour le moment. Mais cette attitude, tout d’un coup fort répandue dans le monde politique, ne peut exonérer la quasi-totalité des parlementaires, fédéraux et européens, de leur responsabilité historique en votant des textes essentiels qui ont crée les conditions du désastre agricole et alimentaire.

On peut, par exemple, rappeler qui a voté pour (CDH et MR) et contre (ECOLO et PS) la dernière réforme de la PAC adoptée par le Parlement européen en novembre 2021. Mais il faut remonter plus loin pour trouver les racines profondes des difficultés et absurdités d’aujourd’hui.

La législature 1991-1995 du Parlement fédéral a eu à voter sur des textes majeurs, constitutifs du contexte et des règles dans lequel s’opèrent les échanges économiques aujourd’hui : le Traité de Maastricht, l’Accord instituant l’Organisation mondiale du Commerce et l’Accord sur les marchés publics. Dans les trois cas, seule la famille écologiste a voté contre, avec une argumentation transversale : ces trois textes ne permettaient pas de jouer à « armes égales » et de trouver un bon équilibre entre le social, l’économique et la vie sur terre.

Sur les textes concernant l’agriculture et le commerce de produits agricoles, il est intéressant de relire les travaux parlementaires. Extrayons ceci du rapport de la commission des relations extérieures du 20 décembre 1994.

  1. Refus de la majorité d’auditionner le ministre de l’agriculture sur le dossier agricole en général, les hormones BST et le Codex alimentaire et son application à des législations existantes ou en devenir, audition demandée par un parlementaire écologiste.
  2. Une écologiste flamande disait ceci : « Fondamentalement, rien ne change, au contraire : les denrées alimentaires continueront d’être commercialisées sur le marché international à des prix de dumping, avec toutes les conséquences qui en découleront. Des fonds publics continueront donc d’être employés pour subventionner l’achat de denrées alimentaires, mais d’une manière indirecte, en soutenant le revenu des agriculteurs. Il est faux de penser que cette baisse des prix profitera au consommateur européen : la distance entre le consommateur et le producteur est devenue telle que cette baisse n’aura aucune influence sur le prix demandé en magasin. »
  3. La même parlementaire, s’exprimant au nom du groupe commun ECOLO-Agalev (aujourd’hui Groen) proposait sa vision d’un accord alternatif
  • « Intégration régionale au lieu de l’intégration totale. Les denrées alimentaires sont d’une importance tellement capitale que les régions qui constituent une unité sur le plan géographique, économique, politique ou culturel devraient pouvoir assurer leur propre production de denrées alimentaires. Cela signifie qu’il doit être possible de protéger les marchés de denrées alimentaires. (…)
  • Le commerce mondial doit être régi par des règles et des conventions internationales fondées sur des critères écologiques et sociaux. Cet aspect est d’une importance incontestable en ce qui concerne les produits agricoles. Cela signifie que l’importation de produits ne serait possible que si des prix normaux étaient versés aux producteurs et si les denrées étaient produites dans des conditions acceptables. (…) »

« Les accords du GATT représentent un recul dans la recherche d’une société plus juste. » concluait-elle.

N’ayant reçu aucune réponse rassurante, impossible à donner d’ailleurs, le groupe ECOLO-Agalev a voté contre ces textes. Dans les partis politiques traditionnels, seul Daniel Ducarme (PRL) s’est, courageusement (il m’a fait part des pressions subies), abstenu sur les questions agricoles, pour des arguments proches de ceux des écologistes.

Je n’ai jamais regretté mes votes. J’en ai donc marre d’entendre les critiques, implicites ou explicites, sur les écologistes et leur intransigeance, leur dogmatisme, leur manque de connaissance des réalités, etc., etc. Je n’ai plus de responsabilités politiques et ne suis pas attaqué personnellement, mais je vis très mal ces leçons données par ceux qui essaient aujourd’hui de réparer un système qu’ils ont consciemment contribué à mettre en place.

Pas d’ambiguïté cependant : ces prises de positions n’ont jamais visé à fermer les frontières. L’économiste que je suis voit des vertus à des échanges internationaux à condition qu’ils reposent sur des règles économiquement et socialement équitables et protègent notre bien commun qu’est la planète.



L’effet Sénèque : La philosophie de l’effondrement

Ugo Bardi

Traduction : Deepl Josette – The Seneca Effect: The Philosophy of Collapse

Au 1er siècle de notre ère, le philosophe romain Sénèque (en latin Lucius Annaeus Seneca) observe le début de la désintégration de l’Empire romain. Ce processus ne s’achèvera que quelques siècles plus tard mais il était déjà évident pour ceux qui étaient prêts à regarder au-delà de la surface de l’Empire encore puissant.

Sénèque n’a jamais explicitement mentionné l’idée que l’Empire allait s’effondrer, mais la sensation d’une catastrophe imminente est omniprésente dans ses écrits. Dans une lettre à un ami, il résume la question en une phrase lapidaire.

« Ce serait une consolation pour la faiblesse de notre personne et de nos œuvres, si toutes les choses périssaient aussi lentement qu’elles sont nées ; mais comme c’est le cas, les augmentations sont d’une croissance lente, mais le chemin de la ruine est rapide. »

C’était la première fois que quelqu’un remarquait par écrit une caractéristique typique de ces systèmes complexes appelés CAS (complex adaptive systems) qui peuvent également être définis en termes de concept d’ « holobionte » (*) en biologie. Ces systèmes ont tendance à évoluer graduellement (« les augmentations sont d’une croissance lente »), mais lorsqu’ils atteignent un « point de basculement », ils basculent dans un état différent, impliquant généralement un effondrement (« la ruine est rapide »). C’est ainsi que va l’univers : généralement en douceur, mais souvent par à-coups. Il est même possible de créer un modèle mathématique qui explique comment cela fonctionne. Le résultat est cette jolie « courbe de Sénèque ».

Vous pouvez observer cette courbe dans de nombreux cas de trajectoires calculées et observées pour des trajectoires réelles. Plusieurs exemples sont énumérés sur ce lien, les plus inquiétants étant les « points de basculement » climatiques qui pourraient faire de la Terre une planète inhabitable.

Sénèque a vu l’effondrement se produire autour de lui, mais c’était un bon stoïcien et il n’a jamais eu une attitude morose. Il n’était peut-être pas le plus grand philosophe de l’histoire (j’ai tendance à le comparer à un blogueur moderne !), mais il comprenait le concept de base de la philosophie stoïcienne qu’un autre penseur stoïcien, Épictète, a décrit comme suit :

« La tâche principale dans la vie est simplement la suivante : identifier et séparer les choses afin que je puisse me dire clairement quelles sont les choses extérieures qui ne sont pas sous mon contrôle et quelles sont celles qui ont trait aux choix que je contrôle réellement. Où dois-je donc chercher le bien et le mal ? Non pas vers les éléments extérieurs incontrôlables, mais en moi-même, vers les choix qui sont les miens… »

Si vous comprenez l’effet Sénèque, vous pouvez l’utiliser comme une boussole pour gérer votre vie et vos activités. Parfois, l’effondrement est inévitable, mais si vous y êtes préparé, vous pouvez l’utiliser comme point de départ d’un nouveau commencement. Sénèque lui-même a écrit : il n’y a pas de succès qui ne soit le résultat d’un échec passé, une affirmation que j’appelle le « rebond de Sénèque ». C’est ainsi que nous avançons dans la vie, toujours vers l’avant, simplement parce que nous n’avons pas le choix.



La « crise comportementale » de l’homme est à l’origine du dérèglement climatique

Rachel Donald

Deepltraduction Josette – article original paru dans The Guardian

Chaleur record, émissions record, consommation record de combustibles fossiles. Un mois après la Cop28, le monde est plus éloigné que jamais de ses objectifs collectifs en matière de climat. Selon des recherches récentes, la « crise comportementale » de l’homme, terme inventé par une équipe interdisciplinaire de scientifiques, est à l’origine de tous ces problèmes.

« Nous avons procédé à notre propre ingénierie sociale de la même manière que nous avons procédé à la géo-ingénierie de la planète », explique Joseph Merz, auteur principal d’un nouvel article selon lequel le dérèglement climatique serait un symptôme du dépassement écologique, lui-même causé par l’exploitation délibérée du comportement humain.

« Nous devons prendre conscience de la manière dont nous sommes manipulés », déclare M. Merz, cofondateur de l’Institut Merz, une organisation qui étudie les causes systémiques de la crise climatique et les moyens d’y remédier.

M. Merz et ses collègues estiment que la plupart des « solutions » proposées jusqu’à présent ne s’attaquent qu’aux symptômes plutôt qu’aux causes profondes de la crise. Selon eux, cela conduit à une augmentation des trois « leviers » du dépassement : la consommation, les déchets et la population.

Ils affirment que si la demande de ressources n’est pas réduite, de nombreuses autres innovations ne sont que des emplâtres. « Nous pouvons faire face au changement climatique et aggraver le dépassement », déclare M. Merz. « L’empreinte matérielle des énergies renouvelables est dangereusement sous-estimée. Ces fermes énergétiques doivent être reconstruites toutes les quelques décennies – elles ne résoudront pas le problème global si nous ne nous attaquons pas à la demande. »

Le terme « dépassement » fait référence au nombre de Terres que la société humaine utilise pour assurer sa subsistance – ou sa croissance. L’humanité aurait actuellement besoin de 1,7 Terre pour maintenir la consommation de ressources à un niveau que la biocapacité de la planète peut régénérer.

Alors que les discussions sur le climat se concentrent souvent sur les émissions de carbone, l’accent mis sur le dépassement met en évidence l’utilisation de matériaux, la production de déchets et la croissance de la société humaine, qui affectent tous la biosphère de la Terre.

« Le dépassement est essentiellement une crise du comportement humain », explique M. Merz. Pendant des décennies, nous avons dit aux gens de changer leur comportement sans dire : « Changez votre comportement ». Nous avons dit « soyez plus verts » ou « prenez moins l’avion », mais entre-temps, tous les éléments qui déterminent le comportement ont été poussés dans l’autre sens. Tous ces indices subtils et moins subtils ont littéralement poussé dans la direction opposée – et nous nous sommes demandés pourquoi rien ne changeait ».

L’article explore la manière dont la neuropsychologie, la signalisation sociale et les normes ont été exploitées pour orienter les comportements humains qui font croître l’économie, de la consommation de biens à la fondation de familles nombreuses. Les auteurs suggèrent que les anciennes pulsions d’appartenance à une tribu, de signalisation de son statut ou d’attraction d’un partenaire ont été cooptées par des stratégies de marketing pour créer des comportements incompatibles avec un monde durable.

« L’homme est la victime : nous avons été exploités au point d’être en crise. Ces outils sont utilisés pour nous conduire à l’extinction », déclare Phoebe Barnard, spécialiste de l’écologie comportementale évolutive et coauteur de l’étude. « Pourquoi ne pas les utiliser pour construire un monde véritablement durable ? » 

Un quart seulement de la population mondiale est responsable de près de trois quarts des émissions. Les auteurs suggèrent que la meilleure stratégie pour contrer le dépassement serait d’utiliser les outils du marketing, des médias et des industries du divertissement dans le cadre d’une campagne visant à redéfinir nos normes socialement acceptées et gourmandes en matériaux.

« Il s’agit de remplacer ce que les gens essaient de signaler, ce qu’ils essaient de dire à propos d’eux-mêmes. À l’heure actuelle, nos signaux ont une empreinte matérielle très élevée : nos vêtements sont liés au statut et à la richesse, leurs matériaux proviennent du monde entier, sont expédiés le plus souvent en Asie du Sud-Est, puis ici, pour être remplacés par les tendances de la saison suivante. Les choses auxquelles l’homme peut attacher un statut sont tellement fluides que nous pourrions les remplacer par des objets qui n’ont pas d’empreinte matérielle ou, mieux encore, qui ont une empreinte écologique positive ».

« L’Institut Merz gère un laboratoire sur le comportement de dépassement où l’on travaille sur des interventions visant à remédier au dépassement. L’une de ces interventions consiste à identifier les « influenceurs comportementaux », tels que les scénaristes, les développeurs web et les ingénieurs en algorithmes, qui promeuvent tous certaines normes sociales et pourraient travailler à recâbler la société de manière relativement rapide et inoffensive en promouvant un nouvel ensemble de comportements.

Le document examine l’énorme succès du travail du Population Media Center, une initiative qui crée des divertissements grand public pour faire évoluer les comportements en matière de croissance démographique et même de violence à l’égard des femmes. Les taux de fécondité ont baissé dans les pays où les telenovelas et radionovelas du centre ont été diffusées.

La croissance démographique est un sujet difficile à aborder, compte tenu de l’histoire pas si lointaine de l’eugénisme et du nettoyage ethnique pratiqués dans de nombreux pays du monde. Cependant, Merz et ses collègues insistent sur le fait qu’il est important de se pencher sur la question, car la croissance démographique a annulé la plupart des gains climatiques obtenus grâce aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique au cours des trois dernières décennies.

« Il s’agit franchement d’une question de libération des femmes », explique Phoebe Barnard. « Des niveaux d’éducation plus élevés entraînent des taux de fécondité plus faibles. Qui pourrait prétendre s’opposer à l’éducation des filles – et si c’est le cas, pourquoi ? »

L’équipe appelle à davantage de recherche interdisciplinaire sur ce qu’elle a appelé la « crise du comportement humain » et à des efforts concertés pour redéfinir les normes sociales et les désirs qui poussent à la surconsommation. Interrogés sur l’éthique d’une telle campagne, Merz et Barnard soulignent que les entreprises se battent pour attirer l’attention des consommateurs à chaque seconde de la journée.

« Est-il éthique d’exploiter notre psychologie au profit d’un système économique qui détruit la planète ?  » se demande Phoebe Barnard. « La créativité et l’innovation poussent à la surconsommation. Le système nous pousse au suicide. Il s’agit de conquête, de droit, de misogynie, d’arrogance, le tout dans un emballage fétide qui nous conduit à l’abîme ».

L’équipe est convaincue que les solutions qui ne s’attaquent pas aux facteurs sous-jacents de nos économies basées sur la croissance ne feront qu’exacerber la crise du dépassement.

« Tout ce que nous connaissons et aimons est en jeu », déclare Phoebe Barnard. « Une planète habitable et une civilisation pacifique ont toutes deux de la valeur, et nous devons être conscients d’utiliser les outils de manière éthique et juste. Il ne s’agit pas seulement de l’humanité. Il s’agit de toutes les autres espèces de cette planète. Il s’agit des générations futures. »

« Je suis frustrée de voir que les gens restent paralysés en se demandant ce qu’ils doivent faire. Ou que devons-nous faire ? Il y a des risques moraux partout. Nous devons choisir comment intervenir pour que l’humanité continue d’avancer, car tout ce qui se passe en ce moment est conçu pour nous dépouiller de notre humanité. »



Le réchauffement de la planète dépassera le seuil de 1,5°C cette année, selon un ancien scientifique de la NASA

James Hansen affirme que la limite sera dépassée « à toutes fins utiles » d’ici au mois de mai, bien que d’autres experts prévoient que cela se produira dans les années 2030.

Oliver Milman

Deepltraduction : Josette – article original : Global heating will pass 1.5C threshold this year, top ex-Nasa scientist says

Le seuil convenu au niveau international pour empêcher la Terre d’entrer dans une nouvelle ère de surchauffe sera « dépassé à toutes fins utiles » en 2024, a prévenu celui que l’on appelle le parrain de la science du climat.

James Hansen, l’ancien scientifique de la Nasa à qui l’on doit d’avoir alerté le monde sur les dangers du changement climatique dans les années 80, a déclaré que le réchauffement planétaire causé par la combustion des combustibles fossiles, amplifié par le phénomène climatique El Niño qui se reproduit naturellement, fera grimper d’ici au mois de mai les températures jusqu’à 1,7 °C (3 °F) au-dessus de la moyenne enregistrée avant l’industrialisation.

Ce pic de température, mesuré sur la période de 12 mois allant jusqu’au mois de mai, ne rompra pas en soi l’engagement pris par les gouvernements du monde entier de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C (2,7 °F) par rapport à l’époque précédant la domination du charbon, du pétrole et du gaz. Selon les scientifiques, le plafond de 1,5 °C ne peut être considéré comme franchi que lorsqu’une série de plusieurs années dépassent cette limite, ce moment étant considéré comme le plus probable dans les années 2030.

Toutefois, James Hansen a déclaré que même après l’affaiblissement d’El Niño, qui fait généralement grimper la température moyenne de la planète, l’ensemble des années suivantes se situera toujours à la limite de 1,5 °C. Selon Hansen, le réchauffement de la planète dû aux émissions de gaz à effet de serre est renforcé par des effets d’entraînement, comme la fonte des glaces de la planète, qui rend la surface plus sombre et absorbe donc encore plus de lumière solaire.

« Nous sommes en train de passer à un monde à 1,5°C », a déclaré M. Hansen au Guardian. « Vous pouvez parier 100 dollars contre un beignet et être sûr d’obtenir un beignet gratuit, si vous trouvez un pigeon prêt à prendre le pari. »

Dans un bulletin publié avec deux autres chercheurs en climatologie, Hansen affirme que « le plafond de 1,5 °C fixé pour le réchauffement de la planète a été dépassé à toutes fins utiles, car l’important déséquilibre énergétique planétaire garantit que la température mondiale va encore augmenter ». Hansen a défendu un point de vue, contesté par d’autres climatologues, selon lequel le réchauffement de la planète s’accélère en raison d’un écart croissant entre la quantité d’énergie solaire absorbée par la Terre et la quantité d’énergie renvoyée dans l’espace.

James Hansen, célèbre pour avoir révélé publiquement l’apparition de l’effet de serre au Congrès américain en 1988, a ajouté que la perte imminente du garde-fou de 1,5 °C devrait donner un coup de fouet au groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies, le principal organe de la science du climat qui a tracé des voies pour éviter de dépasser l’objectif fixé.

« Le passage à un monde à 1,5 °C est une étape importante, car il montre que l’histoire racontée par les Nations unies, avec l’assentiment de son organe consultatif scientifique, le GIEC, est un tissu de conneries », a déclaré M. Hansen.

« Nous ne nous dirigeons pas vers un monde à 1,5°C, nous le traversons brièvement en 2024. Nous passerons dans un monde à 2 °C (3,6 °F) dans les années 2030, à moins que nous ne prenions des mesures ciblées pour modifier l’équilibre énergétique de la planète.

Les agences scientifiques des États-Unis et de l’Union européenne devraient confirmer cette semaine que l’année 2023 a été la plus chaude jamais enregistrée, la température mondiale pour 2023 étant proche de 1,5 °C au-dessus de celle de l’ère préindustrielle. Le phénomène El Niño, qui réchauffe certaines parties de l’océan Pacifique et contribue normalement à l’augmentation de la température globale, devrait être encore plus marqué cette année que l’année dernière, avant de s’estomper.

Les gouvernements réunis lors des négociations des Nations unies sur le climat qui se sont tenues à Dubaï en décembre ont réaffirmé l’engagement précédent, pris à Paris en 2015, de s’efforcer de limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 °C, bien que les scientifiques aient averti que le monde est loin d’être sur la bonne voie pour éviter cela en raison de la persistance d’émissions élevées de gaz à effet de serre et des plans en cours pour une surabondance massive de forage de pétrole et de gaz. Les émissions de carbone provenant des combustibles fossiles ont atteint un nouveau record l’année dernière.

Bien que l’objectif de 1,5 °C soit autant politique que scientifique, les chercheurs affirment que les conséquences en termes de vagues de chaleur, de sécheresses, d’inondations et d’autres calamités s’aggraveront si la planète dépasse cette température. Pour les pays en développement et les petits États insulaires menacés par l’élévation du niveau de la mer et les conditions météorologiques extrêmes, l’objectif convenu est un objectif totémique qui a été âprement disputé, « 1,5 pour rester en vie » étant désormais un mantra couramment entendu lors des négociations internationales sur le climat.

L’affirmation de M. Hansen selon laquelle cette année marquera le début d’une ère d’escalade de 1,5 °C a reçu une réponse prudente de la part d’autres scientifiques contactés par le Guardian. Drew Shindell, climatologue à l’université Duke, a déclaré que cette année était « exceptionnellement chaude » en raison d’El Niño et que les années suivantes permettraient de mieux juger si l’objectif de 1,5 °C a disparu.

Mais il a ajouté que le monde se rapprochait de ce point et que la limite de 1,5°C serait probablement atteinte « dans les années 2020 et non plus dans les années 2030, étant donné que les dernières années se sont réchauffées si rapidement, de sorte que l’argument plus large de Jim selon lequel nous nous dirigeons rapidement vers l’ère post-1,5°C est correct à mon avis.

« À mon avis, qu’il s’agisse de 2024 ou de 2027 ne change pas grand-chose en fin de compte pour ce qui est d’informer nos actions – nous devons changer de cap immédiatement ou nous perdrons notre capacité à rester en dessous de 2C de la même manière que l’objectif de 1,5C est maintenant devenu hors de portée », a déclaré M. Shindell.

Zeke Hausfather, climatologue à Stripe et Berkeley Earth, a déclaré qu’il n’était pas tout à fait d’accord avec Hansen sur le fait que les températures mondiales ne seraient pas inférieures à 1,4 °C au-dessus de l’ère préindustrielle lorsqu’il y aurait une La Niña compensatoire, une condition climatique inverse d’El Niño. « Mais à plus long terme, ces températures ne seront plus observées, car la Terre continue de se réchauffer », a déclaré M. Hausfather, ajoutant qu’il s’attendait toujours à ce que la moyenne à long terme dépasse les 1,5 °C au début des années 2030.

Andrew Dessler, chercheur en climatologie à l’université A&M du Texas, a déclaré qu’il s’attendait lui aussi à ce qu’il faille « une dizaine d’années » pour franchir la barrière des 1,5 °C, mais que les opinions de M. Hansen devaient être prises au sérieux. « Jim est probablement le plus grand climatologue de l’histoire. J’hésite donc à ne pas être d’accord avec lui, car il aura peut-être raison », a déclaré M. Dessler.

Même si la température mondiale devait franchir la barre des 1,5 °C, les chercheurs soulignent que cela ne signifie pas que tout sera irrémédiablement perdu, chaque fraction de degré ajoutée, ou non, jouant un rôle important dans la gravité des impacts climatiques. Si l’on s’en tient aux promesses de réduction des émissions faites par les gouvernements – et non aux mesures qu’ils ont prises jusqu’à présent -, le monde se dirige toujours vers un réchauffement d’au moins 2,5 °C (4,5 °F) d’ici à la fin du siècle.

« Je pense qu’en nous inquiétant d’un seuil particulier, nous nous trompons de question », a déclaré Kerry Emanuel, expert en climat et en météorologie au Massachusetts Institute of Technology. « Il n’y a pas de chiffres magiques dans le changement climatique, mais des risques qui augmentent rapidement.

Kerry Emanuel a évoqué les vagues de chaleur, les incendies et les tempêtes violents qui se sont produits récemment et qui sont déjà amplifiés par le réchauffement planétaire d’environ 1,2 °C (2,1 °F) par rapport à ce qu’il était il y a un peu plus d’un siècle. « Peut-être qu’une fois que la moitié de la population de la planète aura vécu au moins une de ces catastrophes météorologiques, elle incitera ses dirigeants à agir », a déclaré M. Emanuel. « J’espère qu’il ne faudra pas souffrir autant. »



« Et pendant ce temps, à bord du Titanic… »

Laurent Lievens

Telle est la rengaine qui se rappelle à moi très souvent.

Elle me permet d’avoir un référentiel qui me paraît – jusqu’à preuve du contraire – ajusté afin de déceler l’important du futile, l’information du bruit, l’intelligence parmi la stupidité, celles et ceux qui entretiennent le déni des autres, etc.

C’est en quelque sorte une boussole nourrie par une vision large et systémique de l’état du réel.

Lorsqu’on me communique quelque chose, je recadre cette information en la plaçant mentalement à bord du Titanic afin d’éprouver son intérêt.

Par ce mécanisme, je perçois à quel point très très peu d’informations, d’actes, d’initiatives, de décisions son ajustés à une situation telle que celle du Titanic (qui a déjà heurté l’iceberg).

Cela me permet d’avoir un référentiel de gravité en quelque sorte, et de constater à quel point nous fonctionnons encore sans tenir compte sérieusement de l’incendie qui est au milieu du bâtiment.

Cela appelle donc surtout un changement de cadre de référence.

En quoi un cadre de référence adapté est fondamental?

On sait, notamment depuis les travaux de l’École de Palo-Alto (dans le champ thérapeutique, systémique et communicationnel), qu’une situation acquiert son sens en fonction du cadre dans laquelle elle prend place.

Mes actions pourront ainsi être ajustées ou totalement à coté de la plaque en fonction de ma bonne compréhension (ou pas) du cadre réel dans lequel je suis.

Par exemple, me promener tout nu en rue sera ainsi désajusté, car le cadre n’est pas celui d’une plage naturiste.

Autre exemple, continuer à se féliciter sincèrement de la croissance économique en période d’écocide témoigne d’une vision du réel périmée digne d’un économiste orthodoxe (oui ça existe encore…).

Le cadre est en quelque sorte le paysage mental dans lequel vous vivez, c’est ce qui filtrera toute votre réalité, qui viendra colorer toutes vos perceptions.

Autant dire que si vous ne comprenez rien au réel dans lequel vous vivez, vous vous comporterez de toute évidence à coté de la plaque (on vous diagnostiquera peut-être une pathologie mentale, c’est une autre manière de dire que votre carte mentale dysfonctionne).

Mes actes témoigneront ainsi de l’ajustement ou non de mon cadre mental, de ma perception du réel.

Observer les actes de l’autre, d’une organisation, d’une institution indiquera donc déjà pas mal d’informations sur sa perception ajustée ou non du cadre réel.

Disons-le directement, actuellement, la toute grande majorité est à coté de la plaque.

Tout l’enjeu réside donc dans les ingrédients qui vont servir à construire mon paysage mental, mon cadre de référence afin qu’il soit le plus proche du réel possible.

Et je pense que la méthode scientifique nous en fournit un gros contingent, à relier avec l’intuition, l’expérience etc., sans tout mélanger, sans faire de soupe mais en gardant une approche de la complexité à la Edgar Morin.

Délaisser le cadre proposé par l’asile de fous?

Donc, quel serait le cadre a priori le plus ajusté au réel? Quel réel?

Depuis plus d’un demi-siècle la méthode scientifique – la manière la plus puissante que l’humain ait inventé pour dire des choses non fausses jusqu’à preuve du contraire sur le réel – indique que l’humain est devenu une force quasi géologique (on parle d’Anthropocène) qui modifie (entendre: qui flingue), par ses choix de vie, tous les équilibre planétaires.

Nous constatons que le mode de vie (désiré et/ou réel) dominant reste une sorte d’american way of life, le mode de vie occidental, le package villa-SUV-smartphone-ClubMed, avec toutes ses variations culturelles.

Ce mode de vie écocidaire fonctionne sans doute lorsqu’on est 500 millions d’individus sur Terre, plus du tout lorsqu’on est 8 milliards. (Bah, les autres on en a rien à foutre non?)

Deux scénarios: soit l’on adopte – de toute urgence, pas dans 20 ans – un mode de vie totalement différent, soit l’on réduit drastiquement la population.

En l’état actuel, aucun signe n’atteste que nos institutions et organisations choisissent le premier (ou seraient seulement même en train d’y penser), nous faisant de facto suivre le deuxième, par inertie (lobotomisés avec des écrans, de la (pseudo-)intelligence artificielle, nourris avec du sucre dans des environnements dégueulasses, ça ne tiendra pas longtemps tout ça….).

Les promesses (des criminels de la « vallée du silicone » notamment) nous préparent un bel avenir tout-numérisé, enfin débarrassés de nos corps (on en rêve depuis les Lumières et les religions monothéistes), pour vivre un nouveau départ sur une autre planète. On peut douter qu’elle sera accessible à autre chose qu’aux nantis (nous faisant donc revenir au deuxième scénario). Nos pays « riches » sont en train de choisir de suicider le reste du vivant. Bref…

De manière schématique, le cadre le plus ajusté au réel et la manière de le percevoir me paraissent être actuellement ceci:

Notre modèle de société (Mégamachine) ne peut que détruire le vivant, menant (déjà) à des effondrements multiples. (Je vous renvoie aux différentes publications et interventions où j’ai largement développé cela.)

Évidemment, il ne faut pas entendre effondrement au singulier: ce n’est que dans les délires du cinéma qu’on voit un gros évènement unique. Ce qui est déjà en train de se passer ce sont des effondrements locaux et à d’autres échelles, des effondrements du vivant, des effondrements multiples et variés, une lente dégradation des conditions d’habitabilité de la planète pour nombre de vivants donc, humains y compris.

Je précise également ici que lorsqu’on parle de métamorphose, on parle – dans la langue de Palo-Alto – de changement de type 2, c’est à dire un changement de cadre, et pas un changement dans le même cadre (qui lui est appelé changement 1). Sur la base des constats scientifiques, seul un changement 2 est actuellement pertinent, c’est-à-dire un changement complet de cadre, de manières d’habiter le monde, de concevoir le réel, d’être en relation avec le vivant (humains y compris). Cela veut dire pour nous : une décroissance forte de notre niveau de vie, une baisse très conséquente de nos consommations d’énergie et de matière, un tout autre projet de société pour quitter la plaie technocratique.

Mais attention, ce n’est pas parce qu’un cadre est de toute évidence périmé qu’il sera abandonné. Nous avons l’exemple caricatural des économistes orthodoxes (c’est à dire une large part) dont les bases théoriques sont autant valables que l’astrologie. C’est joli, ça semble sérieux, y’a plein d’équations compliquées, mais c’est basé sur une construction idéologique dont le réel a démontré l’ineptie. Et même si je n’ai aucun problème avec l’usage d’une religion dès que cela peut contribuer à un monde un peu meilleurs, c’est quelque chose que cette théorie semble incapable d’atteindre. C’est pourtant toujours l’approche théorique dominante de la profession, preuve que l’humain est décidément très lourd à faire changer.

C’est tout le dossier (que je traiterai ailleurs) de ce qu’on nomme la pédagogie des catastrophes, et qui ne m’enchante pas. Elle indique qu’à l’échelle individuelle mais aussi collective, on ne changerait que lorsqu’on est au pied du mur, que lorsque l’on n’a plus le choix. Vous arrêterez vraiment de picoler uniquement après un accident de voiture dramatique p.ex.

Dit en langue de Palo-Alto, on n’accepte le changement 2 que lorsqu’on a épuisé tous les possibles changements 1.

Normal, un changement de ce type équivaut à la mort du système, à la fin de son fonctionnement pour entrer en latence, éventuellement se transformer pour éventuellement renaître sous une toute autre forme.

Mais autant dire que si nous attendons cela à l’échelle planétaire, il ne restera plus rien de vivant d’ici là.

Oui, ok, je sais, la vie continuera, comme cela s’est déjà passé. Pas besoin de me servir cet argument tarte-à-la-crème tellement pratique, mais un peu pauvre non?

En tout cas il n’enlève rien au gâchis phénoménal que l’humain est en train d’accomplir dans son œuvre de destruction du vivant. Et pour arriver à quoi au juste? Pour une noble cause j’imagine.. Ah oui, c’est vrai, pour pouvoir se filmer constamment, être à la mode, se fringuer, prendre l’avion pour faire des immondes selfies, commenter les commentaires des commentaires, être hyper-connectés, faire du ski en plein désert, rouler à 200kmh en voiture de sport, manger des burgers et des fraises, avoir son costume-cravatte, etc. Toutes ces tellement nobles causes qui élèvent l’humanité. Merci à vous!

Comme le dit si justement Aurélien Barrau, nous détruisons la vie, pour des activités qui sont, dans une très large proportion, intrinsèquement de la merde. Je ne l’aurais pas mieux dit.

Or, quel est le cadre habituel vis-à-vis de l’écocide?

Pour une bonne partie: cela n’existe même pas, tout va bien, nous sommes sur la voie du progrès, nous sommes le summum de l’évolution, etc. Continuons, tête baissée, droit dans mur.

Pour d’autres: nous avons perçu que quelque chose clochait, et nous pensons qu’on peut le réparer en modifiant quelques paramètres, une sorte d’écomodernisme gentil (c’est tout le blabla du développement durable, de la transition, des réformettes et autres niaiseries, contre lesquelles j’ai d’ailleurs tenté de lancer l’alerte là où j’œuvrais, sans succès apparemment). C’est tout le versant des petits ajustements de consommation, les touillettes en bambou FSC et plus en plastique, les panneaux solaires, le papier recyclé, etc. Bref, tout ce qui ne veut absolument pas mettre à l’arrêt la Mégamachine, qui pense qu’on peut s’en sortir en développant un bout de potager bio alors qu’une armée de rouleaux compresseurs détruisent l’ensemble des espaces autour d’eux. C’est en vérité l’aboutissement de l’atomisation de nos sociétés, du chacun pour soi, de la destruction de toute existence politique (au sens du politique, et non de la farce de la politique).

Je constate surtout que très peu d’organisations/institutions ont intégré ce cadre: il suffit de regarder leurs actions, leurs déclarations, leurs ambitions, bref, toute leur manière de se comporter. Celle-ci indique qu’elles n’ont pas perçu le réel et sont dans le business-as-usual, parfois un peu verdi, parfois un peu réellement écologisé, souvent greenwashé pour continuer de vendre leur came (merdique, car sinon pas besoin d’en faire des tonnes pour la vendre). Lorsqu’on a vraiment perçu l’incendie au milieu du bâtiment, on ne continue pas à discuter, à jouer du piano, à faire ce qu’on faisait il y a 3 minutes, on intègre cette information et on agit en conséquence, à moins d’être totalement idiot (ça existe), suicidaire (on est donc dans une sorte de folie), traumatisé (on se fait aider alors).

Simple exemple: combien d’entre elles ont relégué les outils des gafam à la poubelle pour n’utiliser que des systèmes d’exploitation/logiciels issus du libre? (vous savez, ce truc qu’on appelle Linux p.ex.)

… oui oui, un détail pour beaucoup, mais un détail plutôt signifiant au vu de la place (obscène) du numérique dans nos vies.

Au milieu de l’incendie, une personne refuse d’évacuer en prétextant que rester dans cette pièce, « c’est tellement pratique…tu comprends, impossible de changer »

Autre exemple « rigolo »: si une organisation francophone adore utiliser des formulations anglaises qui ne veulent rien dire mais qui font sérieux (du genre nous on fait du smart challenging future, ou encore du young leadership excellence, ou, nous œuvrons pour des produits fair-eco-conscious-bidule, – bref, vous avez compris – en général ça sent le pâté avarié. (Mais l’usage des mots n’est jamais anodin, c’est un autre dossier, mais ça en dit aussi beaucoup sur l’état d’esprit).

Bref, pure folie dès que l’on observe cela avec la lucidité du changement de cadre. Un jour une amie m’a déposé cette phrase à l’oreille: « la lucidité est la brûlure la plus forte, hormis celle du soleil ». Je ne sais plus d’où elle la tenait, mais cela m’avait touché.

On pourra sans doute avoir ici une hypothèse explicative du phénomène d’écoanxiété, relié à la colère et au sentiment de trahison qu’éprouvent notamment certains jeunes. Car dès lors qu’on est – même un peu – lucide sur ce cadre et que l’on constate l’idiotie des directions prises, la stupidité de beaucoup d’élites, l’arrogance des nombreux « sachants », la poursuite du business-as-usual, etc., on ne peut qu’être pris de rage et de désespoir. C’est pourtant souvent le signe d’un état de santé « normal » et adapté au réel.

Le Titanic comme métaphore

C’est là que j’en viens avec ma métaphore du Titanic. Elle me permet de me rappeler au mieux ce cadre d’une nécessaire et urgente métamorphose.

Comme toute métaphore, il s’agit bien entendu d’une figure de style qui donne du sens par analogie, non par exacte vérité. Nous ne sommes pas physiquement sur un bateau p.ex.

Mais elle me permet de ne pas oublier qu’il y a le feu au milieu du bâtiment, tandis que je croise presque uniquement des personnes qui n’en savent rien, qui s’en foutent, qui n’ont pas perçu les conséquences, qui pensent que nos ingénieurs vont/ont trouvé la solution miracle, bref, des personnes qui continuent de percevoir et d’agir comme s’il n’y avait pas le feu, souvent en toute bonne foi malheureusement. Si de plus en plus voient le feu, beaucoup pensent qu’avec leur gobelet d’eau ça ira (vous savez les conneries du colibri), beaucoup pensent que les ingénieurs sont en train d’inventer un feu qui ne tue pas, beaucoup pensent qu’il y a aussi des bons côtés au feu, etc.

Bon, que s’est-il passé avec ce foutu bateau? (pour un rappel historique, écouter cet excellent podcast, les parallèles avec notre monde son édifiants…)

  • Un gros bateau (une Mégamachine bien compliquée) fait la fierté de ses constructeurs,
  • se croit par extrême arrogance (d’ado attardé) insubmersible au point qu’il néglige les canots de secours en suffisance,
  • avec une force d’inertie gigantesque (une fois lancé, changer de direction, voire faire marche arrière prends plus de temps que disponible),
  • tape l’iceberg (car pas de jumelles, pas de vagues, n’écoute rien des alertes, … ),
  • met un sacré temps à y croire et à agir en conséquence,
  • « organise » l’évacuation d’une manière stupide (on dirait en mode « poulets sans têtes » dans notre jargon),
  • se retrouve avec un nombre gigantesque de cadavres (évitables).

Un beau gâchis donc!

Le naufrage prend un sacré bout de temps, avec un très long moment où il ne se passe presque rien chez les humains, le bateau pour sa part est bien en train de prendre l’eau sans arrêt et s’enfoncer inexorablement. C’est l’illustration de l’idée qu’un système tient en général plus longtemps que prévu, mais s’effondre aussi plus vite que prévu une fois l’effondrement débuté. (Vous savez, le fait de tenir tout l’hiver pour aller au boulot et puis de vous effondrer dans la grippe le premier jour de vacances). (voir cette reconstitution en temps réel)

Oui dans les cales du bateau il y avait bien des compartiments sensés isoler en cas de brèche, mais, c’est ballot ça, ils étaient interconnectés par au-dessus. Non? ça ne vous rappelle rien ça? L’idée qu’on met tout en lien, sur un même réseau (parce que c’est tellement pratique de connecter la banque, l’hôpital, la défense, les communications, les centrales; parce que c’est tellement nécessaire de pouvoir s’envoyer des photos de chats en temps réel, …, bref, vous avez compris l’imbécilité de ce qui nous subjugue souvent).

Comme l’idéologie de la toute puissance était présente tout au long de la conception et de la navigation, évidemment rien n’a été pensé, éprouvé, balisé en cas de naufrage. On se retrouve donc surpris, mettant un temps énorme à simplement changer d’idéologie – car le réel nous y contraint physiquement – ce qui ne peut que créer du trauma, ralentissant encore notre capacité à lire le réel et à agir adéquatement. Gageons même qu’avant sa survenue, l’idée même d’un naufrage est totalement inaudible pour les zélateurs du bateau; ne tentez même pas de les convaincre ils vous riront au nez. Et même après un réel naufrage, la capacité de déni fonctionnera à plein (vous savez, comme durant la crise de 2008, où on avait bien juré qu’on changerait la finance, qu’on régulerait le système économique, qu’on cadenasserait les comportements prédateurs pour que plus jamais cela n’arrive… hahahah la bonne blague).

Et ici on ne pose même pas la question de l’utilité d’un tel navire, du pourquoi ce voyage, de quel sens a tout cela.

On se retrouve donc à écraser les troisièmes classes, à laisser mourir un paquet de gens en remplissant les quelques canots à moitié. La pagaille donc, avec à la clé un sacré paquet de victimes tuées par l’idéologie et non la fatalité technique. De quoi tomber de sacré haut lorsqu’on plane sur les mirages du progrès, de la technologie, de l’illimitisme.

Un problème de riches, bien entendu…

Oui oui, évidemment avoir peur des effondrements révèle qu’on se considère comme en situation normale.

La peur du naufrage touche éventuellement les passagers d’un bateau qui flotte, … mais les déjà-naufragés, les précaires installés sur des radeaux, ou ceux qui ont une demi bouée ont une vision très différente de la notre.

De larges pans du vivant sont déjà effondrés, des peuples, sociétés, pays vivent déjà en situation d’effondrement, et tout notre bavardage sur comment s’en protéger, que faire pour ne pas, etc. sont assez futiles en regard de cela.

Mais même ici la métaphore du Titanic continue de fonctionner!

  • La première classe se goinfre, disserte, danse, pavane, et n’a rien senti du choc contre l’iceberg. Elle entretient des liens étroits avec le capitaine, qui appartient symboliquement à leur milieu. Ils savent tous que ce navire est le plus beau, le plus puissant, le plus fort, évidemment…, et rêvent d’en vendre aux autres pour les aider à se développer p.ex.
  • La deuxième classe vivant déjà dans un espace moins feutré (même si toujours bien hors-sol) a sans doute perçu quelque chose, mais est très occupée à lorgner sur la possibilité d’arriver en première classe un jour, et de ne surtout pas tomber en troisième classe. Pour info, si vous lisez ces lignes c’est que vous faites de toute évidence partie de cette deuxième classe. La troisième classe n’a pas de temps à perdre à lire cela, elle est en train de gérer le réel – loin du joli décor – dans lequel elle est.
  • C’est cette troisième classe qui est la plus proche du sol, et qui est déjà largement les pieds dans l’eau. Une partie est déjà morte noyée dans les premières cales inondées, tandis qu’une autre partie a de l’eau jusqu’à la taille, jusqu’au cou parfois. Cette classe sait et sent – dans sa chair, dans son être, dans sa réalité quotidienne – que le navire coule et qu’il y a de fortes chances qu’elle en crève. Elle existe partout, invisibilisée dans les pays « riches », bien visible dans des zones entières du monde.

Il y a donc un découplage total – et mortel – entre ceux qui savent, qui sentent, qui vivent le réel, et la catégorie – ridicule en nombre – qui a le plus de pouvoir d’action et de décision. La première et la deuxième classe refusent la moindre éventualité de mettre un terme à un mode de vie prédateur; les autres n’ont qu’à bouger. Cette première classe est d’ailleurs en train de tenter de s’immuniser contre tout naufrage, il suffit de penser aux survivalistes débiles qui se construisent des bunkers et achètent des îles, ou lorgnent sur une escapade sur une autre planète (s’ils pouvaient tenter d’aller s’établir sur le soleil, cela nous ferait déjà des vacances!).

C’est donc également un paradoxe: la deuxième classe, au lieu de se laisser fasciner par atteindre un jour la première classe, au lieu de se laisser divertir par les joujoux inoffensifs que la première classe lui sert (comme c’est chouette un casque VR, waouw la belle grosse bagnole, trop bien la finale de la coupe du monde, etc.) ferait bien mieux de porter le regard sur la troisième classe pour voir les effets réels et déjà présents de son mode de vie, et pour également apprendre à vivre ailleurs qu’en deuxième classe (et encore moins en première). Mais apparemment, nous sommes anthropologiquement câblés pour désirer monter à l’étage du dessus. Quand on vous dit que le changement est une métamorphose et pas un petit coup de peinture…

C’est bien beau, mais quand on a posé ce cadre, on fait quoi?

On s’assied, on respire.

Ce n’est pas une mince affaire de bouger un cadre de perception du réel, cela prend du temps et requiert de l’honnêteté avec soi-même, et un deuil vis-à-vis de ses anciennes conceptions.

… Et tant que la bascule n’est pas réellement faite en vous (pas qu’avec votre tête donc, mais de manière existentielle), tout ce qui est dit ici vous paraît sans doute inepte, exagéré, loufoque. C’est le propre d’un cadre de pensée de filtrer la réalité.

  • -ok si on est sur le Titanic, c’est un peu foutu non?
  • -oui c’est clair, on arrivera pas de l’autre coté sur ce bateau, il va falloir faire le deuil de ça
  • -mais donc y’a plus rien à faire…
  • -bah, ça dépend, tu peux t’asseoir par terre et attendre
  • -autant en profiter alors!
  • -oui c’est ça, va te goinfrer au buffet…

La tentation de tout refoutre sous le tapis est grande. On sait que de nombreux mécanismes existent pour préserver à tout prix sa vision du monde, retardant de facto toute action sérieuse.

Imaginez-vous: vous savez que la bateau va couler, qu’est-ce qu’il reste à faire?

Beaucoup de choses non?

Il n’y a aucune recette toute faite, mais vous pouvez poser des actes en fonction de ce qu’il se passe autour de vous, de qui vous êtes, de l’état dans lequel vous êtes. Vous allez agir en conséquence, de la manière la plus ajustée possible, et elle le sera uniquement si vous avez encodé que le naufrage est en cours. Et autour de vous, ce seront très certainement des poulets sans tête pendant un petit bout de temps. Peu importe leurs compétences, leurs qualités, leur intelligence, etc., ils seront à coté de la plaque par absence de lucidité sur le réel. Ils sont donc souvent dangereux pour eux et pour les autres (tout sauveteur le sait!).

Mais au-delà de choses à faire – dont on ne peut parler qu’en situation concrète – il y a surtout un comment être. Il y a à rester digne, à ne pas se vautrer dans la situation, à tenter d’élever – par votre dignité – toute l’humanité. Cela s’est toujours passé, de tout temps, dans des moments tragiques et difficiles.

  • Certaines personnes refusent.
  • Refusent de vendre l’autre.
  • Refusent de s’enrichir sur une situation.
  • Refusent de gagner une promotion.
  • Refusent ce job pourtant si bien payé.
  • Refusent d’écraser le voisin.
  • C’est rare.
  • Elles le font car elles savent qu’elles ne pourront plus se regarder en face après s’être corrompues dans la situation.
  • Elles le font, et en paient souvent le prix fort pour être sorties du troupeau.
  • Elles appliquent en quelque sorte une éthique des vertus plutôt qu’une éthique utilitariste (tellement en phase avec le capitalisme celle-là).

Nous ne sommes pas sur le Titanic, nous sommes dans un monde qui est en train de crever par nos actions et nos modes de vies puérils.

Il y a d’abord à rester digne, à faire que cela ne passe pas par moi, à ne pas être un Mr Smith.

Il y a à cesser de nuire et refuser de parvenir comme le dit si bien Corinne Morel-Darleux dans son essai.

Il y a à sortir des niaiseries du c’est par la joie qu’on se met en route, tellement rabâché dans les courants de développement personnel lucratif. Pensez-vous qu’on attend que les passagers soient joyeux et se décident d’avoir l’élan de contribuer à l’évacuation en toute bienveillance? On fait ce qu’il faut faire. Point. L’action est dictée par ce que la situation requiert, en lucidité. ET peut-être que dans l’action, il y aura des moments de joie, oui! j’espère que quelqu’un a fait une blague à la con sur au moins un des canots et que cela a pu faire rire les autres. La joie peut y être, mais c’est un sous-produit, pas le carburant de départ.

Et donc, « pendant ce temps sur le Titanic… »

Nous avons soulevé la nécessité de changement de type 2, de changement civilisationnel pour quitter la Mégamachine.

Nous sommes bien face à une situation dont la métaphore du Titanic est une illustration quasi parfaite: un sacré changement (d’imaginaire et d’action) est requis, faute de quoi le réel nous rattrapera dans des conditions très très éprouvantes, comme il commence à la faire.

Me rappeler mentalement que nous sommes sur le Titanic, me permet de distinguer l’important du futile, et de pouvoir évaluer l’état de lucidité d’une décision, d’une personne, d’un groupe, d’une organisation.

Cela me permet surtout de ne pas donner trop d’attention à ce qui n’en mérite pas.

Ainsi, la majeure partie des choses qui actuellement paraissent importantes, sérieuses, fondamentales, m’apparaissent – après ce tamis – stupides, stériles, futiles.

Une très large proportion de décisions prises sont totalement à coté de la plaque, et me font penser à des passagers qui se querelleraient pour décider de leur place à table, ou de l’équipage qui se réunirait pour décider du prochain sous-chef.

Tous leurs comportements indiquent – malgré eux – qu’ils n’ont toujours pas pris la mesure du réel.

Évidemment, je peux faire semblant de trouver cela important, mais si je le fais, c’est pour rejoindre l’autre, là où il se trouve. Je ne me fais pas avoir en pensant moi aussi que cela est fondamental.

C’est tout comme avec un tout petit lorsqu’il a perdu son nounours: vous vous mettez en lien avec lui en considérant l’importance de la chose pour lui. Et vous faites ce qu’un adulte doit faire.

Beaucoup semblent avoir perdus leurs nounours, au milieu de très peu d’adultes …