Le « vacillement » des systèmes terrestres nous met en garde :

agissons maintenant, ou nous verrons disparaître notre paradis déjà dégradé.

George Monbiot

Deepl traduction : Josette – The ‘flickering’ of Earth systems is warning us: act now, or see our already degraded paradise lost – 31 octobre 2023

Lorsque Rishi Sunak a accordé 27 nouvelles licences en mer du Nord cette semaine, il ne pensait pas à la survie du monde vivant.

Le voyez-vous déjà ? L’horizon des systèmes terrestres – le point où nos systèmes planétaires basculent dans un nouvel équilibre, hostile à la plupart des formes de vie ? Je pense que oui. L’accélération soudaine des crises environnementales que nous avons connue cette année, associée à l’inutilité stratégique des puissants gouvernements, nous précipite vers le point de non-retour.

On nous dit que nous vivons la sixième extinction de masse. Mais il s’agit là d’un euphémisme. On parle d’extinctions massives parce que le signe le plus visible des cinq catastrophes précédentes de l’ère phanérozoïque (depuis l’apparition des animaux à corps dur) est la disparition des fossiles dans les roches. Mais leur disparition est le résultat de quelque chose d’encore plus grand. L’extinction de masse est un symptôme de l’effondrement des systèmes terrestres.

Dans le cas le plus extrême, l’extinction Permien-Trias, il y a 252 millions d’années – lorsque 90 % des espèces ont disparu -, les températures planétaires ont grimpé en flèche, la circulation de l’eau autour du globe s’est plus ou moins arrêtée, le sol a été dépouillé, les déserts se sont étendus sur une grande partie de la surface de la planète et les océans se sont désoxygénés et acidifiés de manière drastique. En d’autres termes, les systèmes terrestres ont basculé dans un nouvel état, inhabitable pour la plupart des espèces qu’ils abritaient.

Ce que nous vivons aujourd’hui, à moins que nous et nos gouvernements ne prenions des mesures soudaines et radicales, est le sixième grand effondrement des systèmes terrestres.

Dans de nombreux systèmes terrestres, nous observons désormais le type d’instabilité – que les théoriciens des systèmes appellent « vacillement » – qui pourrait suggérer qu’ils s’approchent d’un point de basculement. Selon un article publié cette année, la perte totale de la glace de mer de fin d’été dans l’Arctique est désormais acquise et pourrait se produire dès les années 2030. Ce phénomène est susceptible de déclencher des phénomènes météorologiques encore plus extrêmes dans l’hémisphère nord en raison de l’affaiblissement du courant-jet.

Dans l’Antarctique, la fonte de la glace de mer s’est considérablement accélérée au cours de l’été austral cette année, après quoi elle ne s’est étrangement pas rétablie au cours de l’hiver austral. Cela suggère un changement d’état de plus en plus rapide, qui pourrait entraîner l’effondrement en cascade des plates-formes de glace d’eau douce perchées au-dessus de la glace de mer, ce qui aurait des conséquences catastrophiques sur l’augmentation du niveau des mers à l’échelle mondiale.

La fonte, à son tour, semble affecter la circulation des courants dans l’océan Austral, qui a ralenti d’environ 30 % depuis les années 1990. Ce phénomène entrave le transfert de chaleur et de froid et réduit l’oxygénation. On observe des effets similaires dans l’hémisphère nord, où la fonte des glaces de l’Arctique a réduit la circulation dans l’Atlantique.

De nouvelles recherches menées en Amazonie ont mis en évidence ce que les scientifiques appellent des « signaux précurseurs » d’une « transition critique imminente ». La combinaison de la déforestation et du dérèglement climatique pourrait interrompre la circulation des précipitations dans le bassin, déclenchant un passage rapide de la forêt tropicale à la savane.

Les vastes puits de carbone que constituent les zones humides tropicales et les tourbières pergélisolées de l’Arctique semblent également s’approcher d’un point de basculement, comme le suggèrent les pics soudains de méthane, de dioxyde de carbone et d’oxyde nitreux. Ces zones font partie des réserves de carbone les plus importantes au monde, mais par le biais d’une rétroaction auto-accélérée classique, certaines d’entre elles se transforment maintenant en puissantes sources de gaz à effet de serre.

Le mois de juillet de cette année a été le plus chaud jamais enregistré. Le mois de septembre a battu le précédent record de 0,5 °C. Un article publié l’année dernière explique comment cette dégradation du climat pourrait entraîner un effondrement de la société. Par exemple, dans moins de 50 ans, un tiers de la population mondiale pourrait vivre dans des endroits aussi chauds que le sont aujourd’hui les zones les plus chaudes du Sahara, souvent dans des régions déjà très instables sur le plan politique. Et ce n’est pas le pire. L’une des conséquences possibles de l’augmentation des concentrations de dioxyde de carbone au cours de ce siècle est la disparition soudaine des couches de nuages stratocumulus, ce qui entraînerait un réchauffement supplémentaire de la surface de 8 °C environ.

Comme lors des précédents grands effondrements des systèmes terrestres, ces impacts se traduisent par la disparition d’espèces. Un article récent révèle que la population de 48 % des espèces de la planète diminue, tandis que celle de 3 % seulement augmente. Beaucoup plus d’espèces sauvages pourraient être en voie d’extinction que ce que l’on estimait jusqu’à présent. Si la disparition des espèces est le symptôme d’un effondrement systémique, il se pourrait que nous vivions déjà en sursis.

Rien de tout cela n’est certain, à moins que nous ne fassions en sorte qu’il en soit ainsi. Mais loin de s’attaquer à la plus grande crise que l’humanité ait jamais connue, nos gouvernements accélèrent le pas vers l’horizon. Par exemple, Rishi Sunak, qui n’était jusqu’à présent qu’un simple accident de parcours dans l’histoire politique du Royaume-Uni, semble maintenant avoir découvert son objectif : saccager la planète au nom du pouvoir des entreprises. Des sources gouvernementales affirment qu’il profitera du discours du roi de la semaine prochaine pour redoubler son attaque contre les politiques écologiques.

Lundi, son gouvernement a annoncé l’octroi de 27 nouvelles licences d’exploitation de pétrole et de gaz en mer du Nord. Le même jour, une étude publiée dans Nature Climate Change a révélé que le budget carbone restant – la quantité nette de dioxyde de carbone que l’homme peut encore émettre pour conserver une chance sur deux de ne pas dépasser 1,5 °C de réchauffement de la planète – sera épuisé en seulement six ans si l’on continue à faire comme si de rien n’était. Seule une décision d’urgence de laisser les combustibles fossiles dans le sol est susceptible d’empêcher le franchissement de ce seuil de température.

Chaque heure est désormais un moment « si seulement » : elle offre une meilleure chance d’éviter l’effondrement que l’heure qui suit. Aussi sinistre que soit notre époque sur Terre, les générations futures y verront un âge d’or. Un âge d’or de la vie sauvage, du temps clément, de la stabilité, de la prospérité, des possibilités d’agir. Notre monde vivant est une ombre grise de ce qu’il a été, mais un paradis vibrant en comparaison de ce qu’il sera. À moins que, à moins que.


Nous ne sommes pas encore condamnés

Le climatologue Michael Mann parle de notre dernière chance de sauver la civilisation humaine

Damian Carrington

Traduction deepl Josette – article original sur The Guardian

Le nouveau livre du célèbre scientifique américain examine 4 milliards d’années d’histoire du climat pour conclure que nous vivons un « moment fragile », mais qu’il est encore temps d’agir.

« Nous n’avons pas encore dépassé les limites d’une civilisation humaine viable, mais nous nous en approchons », déclare le professeur Michael Mann. « Si nous continuons [à émettre du carbone], les jeux sont faits ».


La crise climatique, qui provoque déjà des phénomènes météorologiques extrêmes et dévastateurs dans le monde entier, a engendré un « moment fragile », déclare l’éminent climatologue et communicateur dans son dernier livre, intitulé « Our Fragile Moment » (Notre moment fragile). Selon lui, il est encore possible de maîtriser la crise climatique, mais d’énormes obstacles politiques se dressent devant nous.


Michael Mann, de l’université de Pennsylvanie aux États-Unis, fait partie des climatologues les plus en vue depuis qu’il a publié, en 1999, le célèbre graphique en forme de crosse de hockey, qui montre comment les températures mondiales ont grimpé en flèche au cours du siècle dernier.

Pour comprendre la situation difficile dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, Michael Mann a remonté l’histoire du climat de la Terre afin d’avoir une vision plus claire de notre avenir potentiel. « Nous disposons d’une période de 4 milliards d’années dont nous pouvons tirer des enseignements », a-t-il déclaré dans une interview au Guardian.


« Nous voyons des exemples de deux qualités qui s’affrontent, la fragilité et la résilience. D’une part, on trouve des mécanismes stabilisateurs qui existent dans le climat de la Terre, lorsque la vie elle-même a contribué à maintenir la planète dans des limites adaptées à la vie. Par exemple, la luminosité du soleil a augmenté de 30 % depuis l’apparition de la vie sur Terre, mais la vie a maintenu des températures adaptées.


« Mais il y a des exemples où le système terrestre a fait exactement le contraire, où il est devenu incontrôlable, et ce à cause de la vie elle-même », explique Michael Mann. Lors du grand épisode d’oxydation survenu il y a 2,7 milliards d’années, des bactéries primitives ont commencé à produire de l’oxygène, ce qui a entraîné la destruction du méthane, un puissant gaz à effet de serre présent dans l’atmosphère. « Cela nous a plongés dans une Terre boule de neige qui a failli tuer toute forme de vie. »


« Lorsque nous examinons tous ces épisodes passés, nous avons le sentiment que nous ne sommes pas encore condamnés – nous n’avons pas encore assuré notre extinction », ajoute-t-il. « Mais si nous continuons à dépendre des combustibles fossiles, nous sortirons de la zone de sécurité que nous indiquent les données de l’histoire de la Terre. C’est ce qui rend ce moment si fragile : nous sommes au bord du précipice ».

Selon Michael Mann, l’une des motivations du livre est la montée du catastrophisme climatique : « Nous n’avons pas vu la fin du déni climatique, mais il n’est tout simplement plus plausible, car les gens peuvent voir et ressentir que cela se produit. Les pollueurs se sont donc tournés vers d’autres tactiques et, ironiquement, l’une d’entre elles est le catastrophisme. S’ils peuvent nous convaincre qu’il est trop tard pour faire quoi que ce soit, pourquoi le faire ?


Michael Mann explique qu’il a remarqué que l’histoire du climat était instrumentalisée par les alarmistes. « L’idée que les extinctions massives du passé se traduisent par une extinction massive assurée aujourd’hui en raison, par exemple, d’un emballement du réchauffement dû au méthane [lors de la fonte du pergélisol] n’est pas vraie – la science ne le confirme pas.


Un réchauffement de 1,5 °C est déjà très grave, mais un réchauffement de 3 °C pourrait mettre fin à la civilisation.


Le sort de notre climat est en suspens, selon Michael Mann : « Il existe des preuves assez convaincantes du passé, combinées aux informations fournies par les modèles climatiques, qui montrent que si nous parvenons à maintenir le réchauffement en deçà de 1,5 °C, nous pourrons préserver cette période de fragilité. Mais si nous dépassons les 3 °C, il est probable que nous ne pourrons pas le faire. C’est entre les deux que nous jetons les dés ». Les politiques et actions actuelles en matière de climat conduiraient à un réchauffement d’environ 2,75 °C, tandis que la réalisation de tous les engagements et objectifs fixés à ce jour se traduirait par un réchauffement de 2 °C.

« La question est donc de savoir jusqu’à quel point nous sommes prêts à laisser la situation se dégrader », dit-il. « 1,5 °C est déjà très grave, mais 3 °C pourrait mettre fin à la civilisation. »

Les vagues de chaleur généralisées, les incendies de forêt et les inondations clairement liés au réchauffement planétaire ont donné un caractère d’urgence à l’appel à l’action, explique Michael Mann : « Mais l’urgence sans l’action ne fait que nous conduire au désespoir et au défaitisme. C’est ce que les pollueurs aimeraient, prendre tous ces militants du climat et les faire passer de la ligne de front à la ligne de touche ».


Il est possible de mettre fin à l’urgence climatique, affirme Michael Mann : « Nous savons que les obstacles au maintien du réchauffement en deçà des niveaux catastrophiques ne sont pas encore physiques ni technologiques, mais politiques. Mais il y a actuellement des obstacles politiques assez importants ».


« Ici, à Penn State, il y a tellement d’anxiété, de peur et de désespoir, et même de chagrin », dit-il. « Une partie de ces sentiments provient de l’idée erronée qu’il est physiquement trop tard et je veux dissiper cette idée. Mais une partie provient d’un cynisme compréhensible à l’égard de nos politiciens, et c’est un défi bien plus important. »


Son évaluation d’une victoire potentielle de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine de 2024 est sévère, la qualifiant « d’éloignement de la démocratie vers le fascisme, et il n’y a pas de voie vers une action climatique significative qui passe par le fascisme plutôt que par la gouvernance démocratique ».

« Nous devons sortir et voter, et les jeunes doivent sortir en grand nombre et voter », déclare Michael Mann. « Si nous le faisons, nous pourrons élire des hommes politiques qui agiront en notre nom, au lieu de se contenter d’approuver les pollueurs.


Le principal sommet des Nations unies sur le climat, la Cop28, débutera fin novembre et sera accueilli par les Émirats arabes unis, ce que Michael Mann qualifie de « très inquiétant ». Les Émirats arabes unis ont les troisièmes plus grands plans d’expansion pétrolière et gazière au monde, et le président de la Cop28 est également le PDG d’Adnoc, la compagnie pétrolière d’État des Émirats arabes unis.


Il n’y a pas de voie vers une action climatique significative qui passe par le fascisme plutôt que par la gouvernance démocratique.


« Il n’est pas normal de leur permettre d’adopter l’imprimatur de l’action climatique mondiale en accueillant la Cop28 », déclare Michael Mann. « C’est légitimer un comportement de leur part et de la part d’autres pays pétroliers qui est fondamentalement en contradiction avec la tâche qui nous attend. Je trouve cela très inquiétant.


Michael Mann est la cible privilégiée des négationnistes du climat depuis la publication du graphique en crosse de hockey. Il se montre cinglant à l’égard de la gestion par Elon Musk de la plateforme de médias sociaux X, anciennement appelée Twitter.

« Musk était considéré comme un héros de l’environnement, en raison de son rôle chez Tesla », explique M. Mann. « Mais de plus en plus, il a montré son vrai visage, son allégeance politique à Trump et au fascisme ».


« Twitter était une place publique mondiale, un forum pour communiquer sur la crise climatique », poursuit-il. « Ce que Musk a fait, c’est le transformer en un forum toxique pour la promotion du négationnisme climatique et de tout ce qui est mauvais dans le monde. C’est stupéfiant. » Michael Mann note que le prince Alwaleed bin Talal d’Arabie saoudite, l’un des « pires acteurs pétroliers », a joué un rôle de 1,9 milliard de dollars dans l’achat de Twitter par M. Musk.


Michael Mann a également souligné que le prince Alwaleed était l’un des principaux bailleurs de fonds de l’empire médiatique de Rupert Murdoch jusqu’en 2017. « Rupert Murdoch a utilisé son réseau mondial de médias pour promouvoir le négationnisme climatique et s’attaquer aux énergies renouvelables, ce qui correspond à son idéologie et aux intérêts de certains des puissants pétro-États, en particulier l’Arabie saoudite. »


‘Personne ne veut avoir raison sur ce sujet’

les scientifiques du climat sont horrifiés et exaspérés par les prévisions mondiales.

Par 7 experts du Climat

Source : The Guardian – Traduction Deepl

Alors que l’hémisphère nord brûle, les experts ressentent une profonde tristesse – et du ressentiment – en redoutant ce qui attend l’été australien.

Le Guardian Australia a demandé à sept éminents climatologues de décrire ce qu’ils ressentent alors qu’une grande partie de l’hémisphère nord est engloutie par des vagues de chaleur torrides et qu’un certain nombre de records climatiques terrestres et océaniques mondiaux sont battus.


Je suis stupéfaite par la férocité de la situation

Ce qui se passe actuellement dans le monde entier est tout à fait conforme aux prévisions des scientifiques. Personne ne veut avoir raison. Mais pour être honnête, je suis stupéfait par la férocité des impacts que nous subissons actuellement. Je redoute vraiment la dévastation que cet El Niño va entraîner. Alors que la situation se détériore, je me demande comment je peux être le plus utile dans un moment comme celui-ci. Dois-je continuer à essayer de poursuivre ma carrière de chercheur ou consacrer encore plus de temps à avertir le public ? La pression et l’anxiété liées à la gestion d’une crise de plus en plus grave pèsent lourdement sur nombre d’entre nous.

Joëlle Gergis, maître de conférences en sciences du climat à la Fenner School of Environment and Society, chercheur associé à l’ARC Centre of Excellence for Climate Extremes de l’Australian National University.


Même un réchauffement de 1,2 °C n’est pas sûr

Dès le milieu des années 1990, nous savions que des monstres se cachaient sous les projections de nos modèles climatiques : des vagues de chaleur monstrueuses, des précipitations et des inondations extrêmes catastrophiques, des incendies de forêt à l’échelle subcontinentale, un effondrement rapide de la calotte glaciaire faisant monter le niveau de la mer de plusieurs mètres en l’espace d’un siècle. Nous savions – tout comme nous connaissons la gravité – que la Grande Barrière de Corail d’Australie pourrait être l’une des premières victimes d’un réchauffement planétaire incontrôlé.

Mais alors que des vagues de chaleur monstrueuses et mortelles s’abattent aujourd’hui sur de grandes parties de l’Asie, de l’Europe et de l’Amérique du Nord, avec des températures que nous n’avons jamais connues, nous constatons que même un réchauffement de 1,2 °C n’est pas sans danger.

L’industrie des combustibles fossiles est à l’origine de tout cela. Les dirigeants politiques, qui refusent de contrôler cette industrie et qui encouragent des politiques telles que la compensation et l’expansion massive du gaz, lui permettent tout simplement de continuer à exister.

Bill Hare, physicien et climatologue, directeur général de Climate Analytics.


Quel autre choix avons-nous ?

Voilà à quoi ressemble le changement climatique aujourd’hui. Et voilà à quoi ressemblera le changement climatique à l’avenir, même s’il continuera probablement à s’aggraver.

Je ne sais pas de combien d’avertissements supplémentaires le monde a besoin. C’est comme si l’humanité avait reçu un diagnostic médical en phase terminale, qu’elle savait qu’il existait un remède, mais qu’elle avait consciemment décidé de ne pas se sauver.

Mais ceux d’entre nous qui comprennent et qui se sentent concernés doivent continuer à essayer – après tout, quel autre choix avons-nous ?

Lesley Hughes, membre du conseil d’administration de la Climate Change Authority et professeur émérite à l’université Macquarie.


L’histoire les jugera très sévèrement

Je me souviens encore de la lecture du rapport de la conférence de Villach de 1985, qui alertait la communauté scientifique sur le lien possible entre la production de gaz à effet de serre et le changement climatique. En 1988, j’ai dirigé la Commission australienne pour l’avenir et j’ai travaillé avec Graeme Pearman, du CSIRO, sur Greenhouse ’88, un programme visant à attirer l’attention du public sur les résultats scientifiques.

Aujourd’hui, tous les changements prévus sont en train de se produire, et je réfléchis donc à l’ampleur des dommages environnementaux et des souffrances humaines inutiles qui résulteront du travail des hommes politiques, des chefs d’entreprise et des personnalités publiques qui ont empêché toute action concertée. L’histoire les jugera très sévèrement.

Ian Lowe, professeur émérite à l’école des sciences de l’université Griffith


Seul le temps nous le dira

Même si nous disons depuis des décennies que c’est ce à quoi il faut s’attendre, il est toujours très inquiétant de voir ces extrêmes climatiques se manifester avec une telle férocité et une telle portée mondiale. Cet été, ce sera le tour de l’Australie, cela ne fait aucun doute.

La lenteur de l’action politique me frustre profondément – il est déconcertant de voir que de nouveaux projets d’extraction de combustibles fossiles obtiennent toujours le feu vert ici en Australie. Cette frustration s’accompagne d’un profond ressentiment à l’égard de ceux qui ont fait pression en faveur de la poursuite de l’utilisation des combustibles fossiles en dépit de la physique climatique clairement connue depuis près d’un demi-siècle.

Ces dernières semaines, je me suis demandé si cette année allait enfin être celle où tous les doutes concernant la crise du changement climatique seraient balayés par une série d’extrêmes climatiques coûteux. Cela pourrait être l’un des avantages d’une année 2023 aussi exceptionnelle. Seul l’avenir nous le dira.

Matthew England, professeur de science, Australian Centre for Excellence in Antarctic Science (ACEAS), Université de Nouvelle-Galles du Sud.


Ce que nous vivons aujourd’hui n’est qu’un début

J’ai passé les quatre dernières semaines dans un institut de recherche allemand, en pleine canicule. Je me suis rendue à Berlin, ma ville natale, le week-end pour voir mon père âgé et malade, en essayant de le rafraîchir dans son appartement en ville et de le convaincre que boire de l’eau pouvait être une bonne idée (pas toujours avec succès). Je me suis également vanté auprès de mes collègues et amis qui se plaignaient de la chaleur : « Ce n’est rien, essayez de vivre une vague de chaleur en Australie ! L’Australie est un pays idéal pour se vanter. Il y a toujours des exemples plus grands, plus extrêmes et plus venimeux sous nos latitudes.

Ai-je été surpris par cette canicule ? Bien sûr que non. J’ai plutôt ressenti une légère curiosité scientifique à voir se concrétiser ce que nous prévoyons depuis des années. J’ai également ressenti de la tristesse. Nous savons que ce que nous vivons actuellement n’est que le début de conditions bien pires à venir. Quelles seront les conséquences pour nos écosystèmes, la disponibilité de l’eau, la santé humaine, les infrastructures et les chaînes d’approvisionnement ? Nous connaissons la réponse. Mais je vois aussi des signes de changement. Plus d’une fois, j’ai failli être renversé par un vélo ; je n’étais pas habitué aux pistes cyclables très fréquentées en Allemagne. J’ai également passé de nombreuses heures dans des trains et j’ai constaté un réel changement dans le paysage qui défilait. J’ai traversé de grands parcs solaires et éoliens et j’ai écouté les conversations des autres voyageurs, qui tournaient le plus souvent autour du changement climatique. Au cours de l’une d’entre elles, quelqu’un a mentionné que tous ces pays ensoleillés, comme l’Australie, sont probablement alimentés à 100 % par des énergies renouvelables à l’heure actuelle. J’ai souri en silence ; il y a encore des choses dont nous ne pouvons pas (encore) nous vanter en Australie.

Katrin Meissner, directrice du centre de recherche sur le changement climatique de l’université de Nouvelle-Galles du Sud


Cela devrait nous préoccuper

Il est affligeant de constater l’ampleur des dégâts causés par la vague actuelle d’événements extrêmes dans de nombreuses régions du globe. Malheureusement, il ne s’agit pas d’un phénomène isolé, mais d’une tendance à long terme alimentée par les émissions de gaz à effet de serre de l’homme. Ils ne sont donc pas inattendus.

Fait inquiétant, il est clair que les événements extrêmes à venir battront à nouveau des records et causeront des dégâts encore plus importants. Cela s’explique notamment par le fait que, dans de nombreux cas, les dommages ne sont pas linéaires : ils augmentent de plus en plus rapidement à chaque fois que le changement climatique s’accentue. Cela devrait nous préoccuper. Nous devrions rationnellement prendre du recul et évaluer ce qui est dans notre intérêt économique, social et environnemental. Le GIEC l’a fait et l’évaluation est claire : il est dans notre intérêt de réduire les émissions de gaz à effet de serre rapidement, substantiellement et durablement.

Il est également dans notre intérêt de mettre en place de vastes programmes intégrés d’adaptation au climat pour faire face aux effets du changement climatique que nous ne pourrons pas éviter. Prendre des mesures pour réduire les émissions et s’adapter au changement climatique nous donnera de l’espoir. Voulons-nous vraiment l’alternative ?

Professeur Mark Howden, directeur de l’Institut pour les solutions en matière de climat, d’énergie et de catastrophes à l’Université nationale australienne.



Nous sommes des imbéciles

le scientifique qui a tiré la sonnette d’alarme sur le climat dans les années 80 annonce le pire pour l’avenir.

Oliver Milman

Source : The Guardian – Traduction Deepl – Cri

James Hansen, qui a témoigné devant le Congrès sur le réchauffement de la planète en 1988, affirme que le monde s’approche d’une « nouvelle limite climatique ».

Selon James Hansen, le scientifique américain qui a alerté le monde sur l’effet de serre dans les années 1980, le monde s’achemine vers un climat surchauffé sans précédent depuis un million d’années, c’est-à-dire avant l’existence de l’homme, parce que « nous sommes de sacrés imbéciles » pour n’avoir pas réagi aux avertissements concernant la crise climatique.

M. Hansen, dont le témoignage devant le Sénat américain en 1988 est considéré comme la première révélation importante du réchauffement planétaire, a averti dans une déclaration avec deux autres scientifiques que le monde se dirigeait vers une « nouvelle limite climatique » avec des températures plus élevées que jamais au cours du dernier million d’années, entraînant des conséquences telles que des tempêtes plus fortes, des vagues de chaleur et des sécheresses.

La planète s’est déjà réchauffée d’environ 1,2°C depuis l’industrialisation de masse, ce qui fait que le risque d’avoir des températures estivales extrêmes comme celles que l’on observe actuellement dans de nombreuses régions de l’hémisphère nord est de 20 %, alors qu’il n’était que de 1 % il y a 50 ans, a déclaré M. Hansen.

« Il y a beaucoup plus à venir, à moins que nous ne réduisions les quantités de gaz à effet de serre », a déclaré M. Hansen, âgé de 82 ans, au Guardian. « Ces super-tempêtes sont un avant-goût des tempêtes que connaîtront mes petits-enfants. Nous nous dirigeons sciemment vers cette nouvelle réalité – nous savions qu’elle allait arriver ».

Hansen était un climatologue de la Nasa lorsqu’il a mis en garde les législateurs contre l’augmentation du réchauffement de la planète. Depuis, il a participé à des manifestations aux côtés d’activistes pour dénoncer l’absence de mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre au cours des décennies qui ont suivi.

Il a déclaré que les vagues de chaleur record qui ont frappé les États-Unis, l’Europe, la Chine et d’autres pays ces dernières semaines ont renforcé « le sentiment de déception que nous, scientifiques, n’ayons pas communiqué plus clairement et que nous n’ayons pas élu des dirigeants capables d’une réponse plus intelligente ».

« Cela signifie que nous sommes de sacrés imbéciles », a déclaré M. Hansen à propos de la lenteur de la réponse de l’humanité à la crise climatique. « Nous devons y goûter pour y croire ».

Cette année devrait être la plus chaude jamais enregistrée au niveau mondial, l’été étant déjà marqué par le mois de juin le plus chaud et, peut-être, la semaine la plus chaude jamais mesurée de manière fiable. À l’inverse, l’année 2023 pourrait être considérée comme une année moyenne, voire douce, alors que les températures continuent de grimper. « Les choses vont empirer avant de s’améliorer », a déclaré M. Hansen.

« Cela ne signifie pas que la chaleur extrême observée cette année à un endroit donné se reproduira et s’amplifiera chaque année. Les fluctuations météorologiques font bouger les choses. Mais la température moyenne mondiale va augmenter et les dés climatiques seront de plus en plus chargés, avec notamment davantage d’événements extrêmes. »

Dans un nouveau document de recherche, qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs, M. Hansen a affirmé que le réchauffement de la planète s’accélère, même si l’on tient compte des variations naturelles, telles que l’épisode climatique El Niño qui fait périodiquement monter les températures. Cette accélération est due à un déséquilibre « sans précédent » entre la quantité d’énergie solaire entrant dans la planète et l’énergie réfléchie par la Terre.

S’il ne fait aucun doute que les températures mondiales augmentent en raison de l’utilisation de combustibles fossiles, les scientifiques sont divisés sur la question de savoir si ce rythme s’accélère. « Nous ne voyons aucune preuve de ce que Jim affirme », a déclaré Michael Mann, climatologue à l’université de Pennsylvanie, qui a ajouté que le réchauffement du système climatique avait été « remarquablement stable ». D’autres ont déclaré que l’idée était plausible, bien qu’il faille davantage de données pour en être certain.

« Il est peut-être prématuré de dire que le réchauffement s’accélère, mais il est certain qu’il ne diminue pas. Nous avons encore le pied sur l’accélérateur », a déclaré Matthew Huber, expert en paléoclimatologie à l’université de Purdue.

Les scientifiques ont estimé, grâce à des reconstructions basées sur des preuves recueillies dans des carottes de glace, des cernes d’arbres et des dépôts de sédiments, que la poussée actuelle du réchauffement a déjà porté les températures mondiales à des niveaux jamais atteints sur Terre depuis environ 125 000 ans, avant la dernière période glaciaire.

« Il est fort possible que nous vivions déjà dans un climat qu’aucun être humain n’a connu auparavant et nous vivons certainement dans un climat qu’aucun être humain n’a connu avant la naissance de l’agriculture », a déclaré Bob Kopp, climatologue à l’université Rutgers.

Si les températures mondiales augmentent encore de 1°C ou plus, ce qui devrait se produire d’ici la fin du siècle à moins d’une réduction drastique des émissions, M. Huber a déclaré que M. Hansen avait « largement raison » de dire que le monde serait plongé dans une chaleur telle qu’il n’en a pas connu depuis 1 à 3 millions d’années, une période appelée Pliocène.

« Il s’agit d’un monde radicalement différent », a déclaré M. Huber à propos d’une époque où il faisait suffisamment chaud pour que des hêtres poussent près du pôle sud et où le niveau de la mer était environ 20 mètres plus élevé qu’aujourd’hui, ce qui noierait aujourd’hui la plupart des villes côtières.

Vidéo – voir article original

« Nous poussons les températures vers les niveaux du Pliocène, ce qui est en dehors du domaine de l’expérience humaine ; c’est un changement tellement massif que la plupart des choses sur Terre n’ont pas eu à y faire face », a déclaré M. Huber. « Il s’agit essentiellement d’une expérience sur les humains et les écosystèmes pour voir comment ils réagissent. Rien n’est adapté à cette situation.

Les précédents changements climatiques, provoqués par les gaz à effet de serre ou les modifications de l’orbite terrestre, se sont déroulés sur des milliers d’années. Mais alors que les vagues de chaleur frappent des populations habituées à des températures extrêmes, que les forêts brûlent et que la vie marine s’efforce de faire face à la montée en flèche de la chaleur des océans, la hausse actuelle se produit à un rythme jamais vu depuis l’extinction des dinosaures, il y a 65 millions d’années.

« Ce n’est pas seulement l’ampleur du changement, c’est aussi son rythme qui pose problème », a déclaré Ellen Thomas, une scientifique de l’université de Yale qui étudie le climat à l’échelle des temps géologiques. « Nous avons des autoroutes et des voies ferrées qui sont en place, notre infrastructure ne peut pas bouger. Presque tous mes collègues ont dit qu’avec le recul, nous avons sous-estimé les conséquences. Les choses évoluent plus vite que nous ne le pensions, ce qui n’est pas bon ».

Selon M. Huber, la chaleur torride de cet été a révélé au monde entier un message que M. Hansen a tenté de transmettre il y a 35 ans et que les scientifiques se sont efforcés de faire passer depuis. « Cela fait des décennies que les scientifiques nous regardent en face, mais aujourd’hui, le monde entier passe par le même processus, qui ressemble aux cinq étapes du deuil », a-t-il déclaré. « Il est douloureux de voir les gens traverser cette épreuve.

« Mais nous ne pouvons pas nous contenter d’abandonner parce que la situation est désastreuse », a ajouté M. Huber. Nous devons dire « Voici où nous devons investir, apporter des changements et innover » et ne pas baisser les bras. Nous ne pouvons pas faire une croix sur des milliards de personnes.



Un lac canadien choisi pour représenter le début de l’Anthropocène

Damian Carrington

Source : The GuardianTraduction Deepl – Josette

Le pic de plutonium dans les sédiments des lacs canadiens marque l’aube d’une nouvelle ère où l’humanité domine la planète.

Les scientifiques ont choisi le site qui représentera le début de l’ère de l’Anthropocène sur Terre. Il marquera la fin de 11 700 ans d’un environnement planétaire stable dans lequel l’ensemble de la civilisation humaine s’est développée et le début d’une nouvelle ère, dominée par les activités humaines.

Le site est un lac d’effondrement situé au Canada. Il abrite des sédiments annuels présentant des pics clairs dus à l’impact colossal de l’humanité sur la planète à partir de 1950, du plutonium provenant des essais de la bombe à hydrogène aux particules issues de la combustion des combustibles fossiles qui ont arrosé le globe.

Si le site est approuvé par les scientifiques qui supervisent l’échelle des temps géologiques, la déclaration officielle de l’Anthropocène comme nouvelle ère géologique interviendra en août 2024.

Les experts ont déclaré que cette décision revêtait une importance sociale et politique, ainsi qu’une grande valeur scientifique, car elle témoignerait de « l’ampleur et de la gravité des processus de transformation planétaire déclenchés par l’humanité industrialisée ».

La crise climatique est l’impact le plus marquant de l’Anthropocène, mais les pertes considérables d’espèces sauvages, la propagation d’espèces envahissantes et la pollution généralisée de la planète par les plastiques et les nitrates en sont également des caractéristiques essentielles.

Le groupe de travail sur l’Anthropocène (Anthropocene Working Group-AWG) a été créé en 2009 et a conclu en 2016 que les changements causés par l’homme sur la Terre étaient si importants qu’une nouvelle unité de temps géologique était justifiée. Le groupe de travail a ensuite évalué en détail une douzaine de sites à travers le monde comme candidats à ce que les géologues appellent un « pic d’or », c’est-à-dire l’endroit où les changements abrupts et globaux marquant le début de la nouvelle ère sont le mieux enregistrés dans les strates géologiques.

Les sites candidats comprenaient des coraux tropicaux aux États-Unis et en Australie, une tourbière montagneuse en Pologne, la calotte glaciaire de l’Antarctique et même les débris humains accumulés sous la ville de Vienne. Toutefois, après plusieurs tours de scrutin, c’est le lac Crawford, près de Toronto, qui a été retenu.

« Il existe des preuves irréfutables, à l’échelle mondiale, d’un changement massif, d’un point de basculement dans le système terrestre », a déclaré le professeur Francine McCarthy, géologue à l’université Brock, au Canada, et membre du Groupe de travail spécial. « Le lac Crawford est très spécial parce qu’il nous permet d’observer, avec une résolution annuelle, les changements survenus dans l’histoire de la Terre.

Le lac, formé dans un gouffre calcaire, a une profondeur de 24 mètres mais une superficie de seulement 2,4 hectares. Cette forme haute signifie que les eaux de fond et les eaux de surface ne se mélangent pas, ce qui brouillerait les données déposées dans les sédiments. « Le fond du lac est complètement isolé du reste de la planète, à l’exception de ce qui coule doucement au fond et s’accumule dans les sédiments », a déclaré Mme McCarthy.

L’AWG a choisi les isotopes de plutonium provenant des essais de bombes H comme marqueur clé de l’Anthropocène, car ils ont été répandus à l’échelle mondiale à partir de 1952, mais ont rapidement diminué après le traité d’interdiction des essais nucléaires au milieu des années 1960, créant un pic dans les sédiments.

La présence de plutonium nous donne un indicateur brutal du moment où l’humanité est devenue une force si dominante qu’elle a pu laisser une « empreinte » mondiale unique sur notre planète », a déclaré le professeur Andrew Cundy, radiochimiste de l’environnement à l’université de Southampton et membre de l’AWG.

Les sédiments lacustres contiennent d’autres marqueurs importants, notamment des particules de carbone sphériques produites par la combustion de combustibles fossiles dans les centrales électriques et des nitrates provenant de l’épandage massif d’engrais chimiques. « Nous constatons une augmentation spectaculaire de la concentration dans notre noyau à la même profondeur que celle où nous observons l’augmentation rapide du plutonium », a déclaré Mme McCarthy.

Les années 1950 ont vu le début de la « grande accélération », c’est-à-dire l’augmentation sans précédent de l’activité industrielle, des transports et de l’économie qui s’est produite après la Seconde Guerre mondiale et se poursuit aujourd’hui. « C’est la grande accélération que nous avons décidé d’utiliser comme point de basculement majeur dans l’histoire de la Terre. Mais c’est l’augmentation des retombées de plutonium 239 que nous avons choisie comme marqueur », a déclaré Mme McCarthy.

Le professeur Jürgen Renn, directeur de l’Institut Max Planck pour l’histoire des sciences, à Berlin (Allemagne), a déclaré : « Le concept de l’Anthropocène est devenu une réalité : « Le concept d’Anthropocène est désormais solidement ancré dans une définition stratigraphique très précise, ce qui donne un point de référence pour les discussions scientifiques.

« Il crée également un pont entre les sciences naturelles et les sciences humaines, car il s’agit des êtres humains », a déclaré M. Renn. « Nous examinons quelque chose qui façonne notre destin en tant qu’humanité, il est donc très important d’avoir un point de référence commun.

La ratification officielle du site de Crawford Lake et de l’époque de l’Anthropocène doit passer par trois autres votes des autorités géologiques, la sous-commission de la stratigraphie quaternaire, la Commission internationale de stratigraphie et, enfin, l’Union internationale des sciences géologiques.

La décision risque d’être difficile à prendre pour les géologues, qui ont l’habitude de traiter des périodes s’étalant sur des millions d’années et d’utiliser des roches contenant des fossiles comme marqueurs. L’AWG présentera un dossier de preuves dans l’espoir de convaincre les organes de vote que l’Anthropocène représente un changement planétaire qui nécessite une nouvelle période géologique.

Le Dr Alexander Farnsworth, de l’université de Bristol, a déclaré que le plutonium est un élément radioactif qui se désintègre avec le temps, et qu’il pourrait donc ne pas persister sur des échelles de temps géologiques de plusieurs millions d’années. Il s’est également interrogé sur la nécessité d’une époque anthropocène, déclarant : « Nous ne sommes qu’une vaguelette de l’histoire de l’humanité : « Nous ne sommes qu’une vaguelette dans la rivière du flux génétique à travers le temps ».

Le professeur Colin Waters, président de l’AWG à l’université de Leicester, a déclaré : « L’Anthropocène, qui commence dans les années 1950, représente un changement très rapide que nous avons imposé à la planète. Il y a de l’espoir à cet égard. Les impacts combinés de l’humanité peuvent être modifiés rapidement pour le meilleur et pour le pire. Il n’est pas inévitable que nous nous enfoncions dans une pauvreté environnementale persistante.


Page de références sur l’Anthropocène



Pourquoi les effets du changement climatique pourraient nous rendre moins enclins à réduire les émissions

Joel Millward-Hopkins

Source : The ConversationTraduction Deepl – Josette

Les incendies de forêt qui font rage dans la province du Québec, au sud-est du Canada, sont sans précédent. Un printemps chaud et sec a permis au petit bois de s’accumuler et les orages du début du mois de juin ont allumé l’allumette, intensifiant de manière spectaculaire la saison des incendies de 2023.

En se propageant vers le sud, la fumée a engendré un ciel apocalyptique dans le nord-est des États-Unis et a placé plus de 100 millions de personnes en état d’alerte concernant la qualité de l’air, plaçant la ville de New York en tête du classement mondial des villes dont l’air est le plus pollué.

Des scientifiques canadiens ont mis en garde contre le rôle du changement climatique dans la propagation des incendies de forêt en 2019. Le changement climatique n’est peut-être pas à l’origine des incendies, mais il augmente considérablement la probabilité qu’ils se produisent et, à l’échelle mondiale, les incendies de forêt devraient augmenter de 50 % au cours de ce siècle.

On pourrait au moins espérer qu’à mesure que ces effets de plus en plus graves du changement climatique sont ressentis par les pays riches et fortement émetteurs, les gens seront persuadés d’agir avec la conviction nécessaire pour éviter la crise climatique, qui menace la vie de millions de personnes et les moyens de subsistance de milliards d’autres.

Toutefois, comme je l’ai indiqué dans un article récent, l’espoir qui sous-tend cette hypothèse pourrait être mal placé. Au fur et à mesure que les effets du réchauffement se font sentir, nous risquons au contraire d’élire au pouvoir des personnes qui s’engagent à aggraver le problème.

Cela s’explique par un chevauchement entre les effets plus larges du changement climatique et les facteurs qui ont favorisé la montée des dirigeants nationalistes, autoritaires et populistes en Europe, aux États-Unis, au Brésil et ailleurs, en particulier au cours des dernières années.

Les conséquences plus larges du changement climatique

On s’attend généralement à ce que le changement climatique ait une série d’impacts, allant de l’augmentation de la fréquence et de la gravité des tempêtes, des sécheresses, des inondations, des vagues de chaleur et des mauvaises récoltes à la propagation plus large des maladies tropicales. Mais il entraînera également des problèmes moins évidents liés aux inégalités, aux migrations et aux conflits. Ensemble, ils pourraient créer un monde où les inégalités et l’instabilité s’aggravent, où les changements sont rapides et les menaces sont clairement perçues – un environnement dans lequel les dirigeants autoritaires ont tendance à prospérer.

Le changement climatique menace de creuser les inégalités au sein des pays et entre eux. En fait, les faits montrent que c’est déjà le cas. En effet, les populations les plus pauvres sont généralement plus exposées aux effets du changement climatique et plus vulnérables aux dommages qui en découlent.

Les pays pauvres, et les populations pauvres des pays riches, sont confrontés à un cercle vicieux où leur situation économique les maintient dans les zones les plus exposées aux conditions météorologiques extrêmes et les empêche de s’en remettre. En revanche, les riches peuvent rendre leurs maisons étanches aux fumées, engager des pompiers privés, faire fonctionner leur climatisation sans se soucier de la facture – ou simplement acheter une maison ailleurs.

Le changement climatique devrait également entraîner une augmentation des migrations. Les estimations du nombre de personnes qui devraient migrer en réponse au changement climatique sont très incertaines, en raison de la combinaison de facteurs sociaux et politiques, et les discussions dans les médias ont parfois eu tendance à l’alarmisme et au mythe.

Bien que l’on s’attende à ce que la plupart des mouvements se produisent à l’intérieur des pays, il est probable que l’on assiste à une augmentation significative du nombre de personnes se déplaçant des pays pauvres vers les pays riches. D’ici le milieu du siècle, un nombre important de personnes dans des régions telles que l’Asie du Sud pourraient être exposées à des vagues de chaleur auxquelles les humains ne peuvent tout simplement pas survivre, faisant de la migration la seule échappatoire possible.

Enfin, le changement climatique devrait accroître le risque de conflits et de violences. Des guerres pourraient éclater pour des ressources de base telles que l’eau. À plus petite échelle, la violence et la criminalité pourraient augmenter. Des recherches ont montré que même les tweets sont plus haineux sous la chaleur.

Populisme autoritaire

Les hommes politiques de droite ont réussi à exploiter le discours autour des questions que le changement climatique enflamme : l’immigration, l’inégalité économique et l’insécurité mondiale. Leurs promesses d’inverser la tendance à la baisse du niveau de vie d’une partie de la population, de soulager les services publics (sous-financés) et de protéger la nation des menaces extérieures passent invariablement par des appels à la fermeture des frontières et à la désignation des migrants comme boucs émissaires.

Ces dirigeants sont également anti-environnementalistes. Donald Trump, Vladimir Poutine et Jair Bolsanaro ont fétichisé les industries traditionnelles telles que l’extraction du charbon, abandonné les défis mondiaux au profit de poursuites nationales et sont ouvertement sceptiques quant à l’influence de l’homme sur le climat, quand ils ne la nient pas carrément.

L’absence d’une conscience mondiale et d’une volonté de coopération, inhérente à cette politique, rendrait le maintien d’un climat sûr presque impossible.

La liberté qui subsiste

Il s’agit d’une vision sombre. Mais il s’agit d’un avertissement et non d’une prévision, et il y a de bonnes raisons de ne pas être pessimiste.

L’une d’entre elles est qu’il est prouvé que le fait d’être confronté à des conditions météorologiques extrêmes renforce le soutien à l’action en faveur du climat. Il se peut donc que les effets du changement climatique ne se contentent pas d’éloigner les gens d’une réponse politique appropriée.

Plus important encore, le changement climatique n’est pas directement à l’origine de phénomènes tels que les migrations, les conflits et la violence. Au contraire, il les rend plus probables en raison des interactions avec les problèmes sociaux et politiques existants, tels que la répression gouvernementale, le chômage élevé ou les tensions religieuses. C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle.

Tout d’abord, la mauvaise nouvelle. Les chercheurs suggèrent que la pauvreté et les inégalités constituent des facteurs de conflit et de migration plus importants que le changement climatique. Mais ces facteurs sont eux-mêmes amplifiés par le changement climatique. Le changement climatique pourrait donc jouer un rôle encore mal compris dans les conflits et les migrations.

La bonne nouvelle, c’est que ces interactions complexes entre les conditions environnementales et notre vie politique et sociale nous montrent que, dans une large mesure, c’est encore à nous de décider de l’avenir. Dans l’anthropocène, l’homme est devenu un agent du changement planétaire – nous pouvons déterminer l’avenir de l’environnement. Mais l’environnement ne déterminera pas le nôtre. Néanmoins, il est essentiel de comprendre comment le changement climatique peut indirectement influencer la politique pour trouver une politique adaptée aux défis auxquels nous sommes confrontés.



Cercles vicieux écologiques :

Pourquoi l’effondrement des écosystèmes peut se produire beaucoup plus tôt que prévu

John Dearing, Gregory Cooper et Simon Willcock, The Conversation

Source : Phys.org Traduction Deepl – Josette

Partout dans le monde, les forêts tropicales humides se transforment en savane ou en terres agricoles, la savane s’assèche et se transforme en désert, et la toundra glacée fond. En effet, des études scientifiques ont désormais enregistré des « changements de régime » de ce type dans plus de 20 types d’écosystèmes différents, où des points de basculement ont été franchis. Dans le monde entier, plus de 20 % des écosystèmes risquent de changer de régime ou de s’effondrer.

Ces effondrements pourraient se produire plus tôt qu’on ne le pense. L’homme soumet déjà les écosystèmes à de nombreuses pressions, que nous appelons « stress ». Si l’on ajoute à ces pressions une augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes liés au climat, la date à laquelle ces points de basculement sont franchis pourrait être avancée de 80 %.


Cela signifie qu’un effondrement de l’écosystème que nous aurions pu espérer éviter jusqu’à la fin de ce siècle pourrait se produire dès les prochaines décennies. Telle est la sombre conclusion de nos dernières recherches, publiées dans Nature Sustainability.


La croissance de la population humaine, l’augmentation de la demande économique et les concentrations de gaz à effet de serre exercent des pressions sur les écosystèmes et les paysages pour qu’ils fournissent de la nourriture et maintiennent des services essentiels tels que l’eau propre. Le nombre d’événements climatiques extrêmes augmente également et ne fera qu’empirer.


Ce qui nous inquiète vraiment, c’est que les extrêmes climatiques pourraient frapper des écosystèmes déjà stressés, qui à leur tour transmettraient des stress nouveaux ou accrus à un autre écosystème, et ainsi de suite. Cela signifie qu’un écosystème qui s’effondre pourrait avoir un effet d’entraînement sur les écosystèmes voisins par le biais de boucles de rétroaction successives : un scénario de « cercle vicieux écologique » aux conséquences catastrophiques.


Combien de temps avant l’effondrement ?


Dans notre nouvelle recherche, nous voulions avoir une idée du niveau de stress que les écosystèmes peuvent supporter avant de s’effondrer. Pour ce faire, nous avons utilisé des modèles, c’est-à-dire des programmes informatiques qui simulent le fonctionnement futur d’un écosystème et sa réaction aux changements de circonstances.


Nous avons utilisé deux modèles écologiques généraux représentant les forêts et la qualité de l’eau des lacs, ainsi que deux modèles spécifiques à l’emplacement représentant la pêche dans le lagon de Chilika, dans l’État indien d’Odisha, et l’île de Pâques (Rapa Nui), dans l’océan Pacifique. Ces deux derniers modèles incluent explicitement les interactions entre les activités humaines et l’environnement naturel.


La principale caractéristique de chaque modèle est la présence de mécanismes de rétroaction, qui contribuent à maintenir l’équilibre et la stabilité du système lorsque les pressions sont suffisamment faibles pour être absorbées. Par exemple, les pêcheurs du lac Chilika ont tendance à préférer capturer des poissons adultes lorsque le stock de poissons est abondant. Tant qu’il reste suffisamment d’adultes pour se reproduire, la situation est stable.

Cependant, lorsque les pressions ne peuvent plus être absorbées, l’écosystème franchit brusquement un point de non-retour – le point de basculement – et s’effondre. À Chilika, cela peut se produire lorsque les pêcheurs augmentent les prises de poissons juvéniles en période de pénurie, ce qui compromet encore davantage le renouvellement des réserves de poissons.


Nous avons utilisé le logiciel pour modéliser plus de 70 000 simulations différentes. Dans les quatre modèles, les combinaisons de stress et d’événements extrêmes ont avancé la date du point de basculement prévu de 30 à 80 %.
Cela signifie qu’un écosystème dont l’effondrement est prévu dans les années 2090 en raison de l’augmentation progressive d’une seule source de stress, telle que les températures mondiales, pourrait, dans le pire des cas, s’effondrer dans les années 2030 si l’on tient compte d’autres facteurs tels que les précipitations extrêmes, la pollution ou une augmentation soudaine de l’utilisation des ressources naturelles.


Il est important de noter qu’environ 15 % des effondrements d’écosystèmes dans nos simulations se sont produits à la suite de nouveaux stress ou d’événements extrêmes, alors que le stress principal est resté constant. En d’autres termes, même si nous pensons gérer les écosystèmes de manière durable en maintenant constants les principaux niveaux de stress – par exemple, en régulant les captures de poissons – nous ferions mieux de garder un œil sur les nouveaux stress et les événements extrêmes.

Il n’y a pas de sauvetage écologique


Des études antérieures ont suggéré que les coûts importants liés au dépassement des points de basculement dans les grands écosystèmes se feront sentir à partir de la seconde moitié de ce siècle. Mais nos résultats suggèrent que ces coûts pourraient survenir bien plus tôt.


Nous avons constaté que la vitesse à laquelle le stress est appliqué est essentielle pour comprendre l’effondrement d’un système, ce qui est probablement pertinent pour les systèmes non écologiques également. En effet, la vitesse accrue de la couverture médiatique et des processus bancaires mobiles a récemment été invoquée pour augmenter le risque d’effondrement des banques. Comme l’a fait remarquer la journaliste Gillian Tett :


« L’effondrement de la Silicon Valley Bank a fourni une leçon terrifiante sur la manière dont l’innovation technologique peut changer la finance de manière inattendue (dans ce cas-ci, en intensifiant le regroupement numérique). Les récents krachs éclairs en offrent une autre. Toutefois, il s’agit probablement d’un petit avant-goût de l’avenir des boucles de rétroaction virales.


Mais la comparaison entre les systèmes écologiques et économiques s’arrête là. Les banques peuvent être sauvées tant que les gouvernements fournissent un capital financier suffisant dans le cadre de renflouements. En revanche, aucun gouvernement ne peut fournir le capital naturel immédiat nécessaire pour restaurer un écosystème effondré.


Il n’existe aucun moyen de restaurer des écosystèmes effondrés dans un délai raisonnable. Il n’y a pas de sauvetage écologique. Dans le jargon financier, nous devrons simplement encaisser le coup.



La droite dure et la catastrophe climatique sont intimement liées. Voici comment.

George Monbiot

Source : The Guardian – Traduction Deepl – Josette

À mesure que la politique climatique s’affaiblit, les conditions météorologiques extrêmes s’intensifient et de plus en plus de réfugiés sont chassés de chez eux – et le cycle de la haine se poursuit.


La boucle est bouclée. Alors que des millions de personnes sont chassées de chez elles par les catastrophes climatiques, l’extrême droite exploite leur misère pour étendre son influence. À mesure que l’extrême droite gagne du pouvoir, les programmes climatiques sont arrêtés, le réchauffement s’accélère et de plus en plus de personnes sont chassées de chez elles. Si nous ne brisons pas rapidement ce cycle, il deviendra l’histoire dominante de notre époque.

Des stations météorologiques du golfe Persique ont déjà enregistré des mesures de température humide – une combinaison de chaleur et d’humidité – au-delà du point (35 °C à 100 % d’humidité) auquel la plupart des êtres humains peuvent survivre. D’autres stations, sur les rives de la mer Rouge, du golfe d’Oman, du golfe du Mexique, du golfe de Californie et de la partie occidentale de l’Asie du Sud, ont enregistré des températures proches de ce seuil. Dans de grandes parties de l’Afrique, il n’y a pratiquement pas de surveillance des épisodes de chaleur extrême. Il est probable qu’un grand nombre de personnes soient déjà mortes du stress thermique, mais la cause de leur décès n’a pas été enregistrée.

L’Inde, le Nigeria, l’Indonésie, les Philippines, le Pakistan, l’Afghanistan, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Soudan, le Niger, le Burkina Faso, le Mali et l’Amérique centrale sont confrontés à des risques extrêmes. Des phénomènes météorologiques tels que des inondations massives et une intensification des cyclones et des ouragans continueront de frapper des pays comme le Mozambique, le Zimbabwe, Haïti et le Myanmar. De nombreuses personnes devront se déplacer ou mourir.

Dans les pays riches, nous avons encore le choix : nous pouvons limiter considérablement les dégâts causés par la dégradation de l’environnement, dont nos nations et nos citoyens sont les premiers responsables. Mais ces choix sont délibérément et systématiquement fermés. Les entrepreneurs de la guerre culturelle, souvent financés par des milliardaires et des entreprises commerciales, font passer les tentatives les plus innocentes de réduction de nos impacts pour une conspiration visant à restreindre nos libertés. Tout est contesté : les quartiers à faible trafic, les villes de 15 minutes, les pompes à chaleur et même les plaques de cuisson à induction. Il est impossible de proposer le moindre changement sans qu’une centaine d’influenceurs professionnellement indignés ne se lèvent pour annoncer : « Ils viennent pour votre … ». Il devient de plus en plus difficile, à dessein, de discuter calmement et rationnellement de questions cruciales telles que les SUV, la consommation de viande et l’aviation.

Le déni de la science du climat, qui avait presque disparu il y a quelques années, est revenu en force. Les scientifiques et les défenseurs de l’environnement sont bombardés d’affirmations selon lesquelles ils sont des laquais, des comploteurs, des communistes, des meurtriers et des pédophiles.

Alors que les effets de notre consommation se font sentir à des milliers de kilomètres de là, et que des personnes se présentent à nos frontières, cherchant désespérément un refuge pour échapper à une crise qu’elles n’ont pratiquement pas contribué à provoquer – une crise qui pourrait impliquer de véritables inondations et de véritables sécheresses – les mêmes forces politiques annoncent, sans la moindre ironie, que nous sommes « inondés » ou « asséchés » par les réfugiés, et des millions de personnes se rallient à leur appel en faveur de l’étanchéité de nos frontières. Parfois, il semble que les fascistes ne peuvent pas perdre.

Alors que les gouvernements se tournent vers la droite, ils mettent fin aux politiques visant à limiter la dégradation du climat. Il n’y a pas de mystère à ce sujet : les politiques de droite dure et d’extrême droite sont le mur de défense érigé par les oligarques pour protéger leurs intérêts économiques. Au nom de leurs bailleurs de fonds, les législateurs du Texas font la guerre aux énergies renouvelables, tandis qu’une proposition de loi de l’Ohio classe les politiques climatiques parmi les « croyances ou politiques controversées » qu’il est interdit aux universités d' »inculquer » à leurs étudiants.

Dans certains cas, le cycle se déroule en un seul lieu. La Floride, par exemple, est l’un des États américains les plus exposés aux catastrophes climatiques, notamment à la montée des eaux et aux ouragans. Mais son gouverneur, Ron DeSantis, fonde sa candidature à la présidence sur le déni climatique. Sur Fox News, il a dénoncé la science du climat comme étant une « politisation de la météo ». Dans son état, il a adopté une loi obligeant les villes à continuer d’utiliser des combustibles fossiles. Il a réduit les impôts, y compris la taxe sur la préparation aux catastrophes, sapant ainsi la capacité de la Floride à répondre aux crises environnementales. Mais la droite dure se nourrit de catastrophes et, une fois de plus, on a l’impression qu’elle ne peut guère perdre.

Si vous voulez savoir à quoi ressemble un avenir possible – un avenir dans lequel on laisse ce cycle s’accélérer – pensez au traitement des réfugiés actuels, amplifié de plusieurs ordres de grandeur. Déjà, aux frontières de l’Europe, les personnes déplacées sont repoussées dans la mer. Elles sont emprisonnées, agressées et utilisées comme boucs émissaires par l’extrême droite, qui élargit son champ d’action en les rendant responsables des maux qui, en réalité, sont causés par l’austérité, les inégalités et le pouvoir croissant de l’argent en politique. Les nations européennes paient les gouvernements au-delà de leurs frontières pour qu’ils arrêtent les réfugiés qui pourraient se diriger vers elles. En Libye, en Turquie, au Soudan et ailleurs, les personnes déplacées sont kidnappées, réduites en esclavage, torturées, violées et assassinées. Les murs s’élèvent et les personnes désespérées sont repoussées avec toujours plus de violence et d’impunité.

Déjà, la haine fabriquée des réfugiés a aidé l’extrême droite à conquérir ou à partager le pouvoir en Italie, en Suède et en Hongrie, et a considérablement amélioré ses perspectives en Espagne, en Autriche, en France et même en Allemagne. Dans tous les cas, nous pouvons nous attendre à ce que le succès de cette faction soit suivi d’une réduction des politiques climatiques, avec pour résultat que davantage de personnes n’auront d’autre choix que de chercher refuge dans les zones de plus en plus restreintes dans lesquelles la niche climatique humaine reste ouverte : souvent les nations mêmes dont les politiques les ont chassées de chez elles.
Il est facile d’attiser le fascisme. C’est le résultat par défaut de l’ignorance politique et de son exploitation. Le contenir est beaucoup plus difficile, et sans fin. Les deux tâches – empêcher l’effondrement des systèmes terrestres et empêcher la montée de l’extrême droite – sont indivisibles. Nous n’avons pas d’autre choix que de lutter contre ces deux forces à la fois.


Références Georges Monbiot

juin2024.eu


Le mouvement pour le climat et le Big Oil* du Sultan Al Jabar

Jan Stel

Traduction deepl – Josette – article (19/02/2023) paru dans la lettre d’info des Grootouders voor het Klimaat (GvK)

Le Dr Sultan Ahmed Al Jabar, grand ponte de l’industrie pétrolière nationale, a été nommé par les Émirats arabes unis pour présider la COP28 à Dubaï. Le mouvement climatique est en émoi car cette nomination pourrait être le signe d’une tentative de l’industrie fossile de prendre la tête des conférences climatiques de l’ONU. C’est inacceptable car l’industrie pétrolière et gazière a délibérément conduit le monde vers une crise climatique au cours du dernier demi-siècle. Big Oil a choisi le profit pur au détriment de l’avenir de la population mondiale. En conséquence, elles ont accumulé une dette et une responsabilité historiques, tout comme les pays ayant des émissions historiques de CO2, comme la Belgique. Cette dette doit être remboursée.

Les Émirats arabes unis (EAU) ont désigné le Dr Sultan Ahmed Al Jabar pour présider le prochain sommet sur le climat, la COP28, qui se tiendra à Dubaï du 30 novembre au 12 décembre 2023. Le « leadership » est le message clé de ce sommet sur le climat, selon les Émirats. Mais quel leadership, je me le demande, et quel leadership ? C’est la deuxième fois en 11 ans qu’une COP est organisée dans un pays du Golfe, un pays qui vit du pétrole et du gaz.
Il est vrai que le sultan doit renoncer à une série de postes clés pour cette présidence. Pour commencer, il suspend son poste de ministre de l’industrie et des technologies avancées (MoIAT). Ce ministère a été créé en 2020. Il se concentre sur les défis et les opportunités de la quatrième phase de la révolution industrielle (britannique). Il quitte également son poste de PDG de la compagnie pétrolière nationale émiratie Abu Dhabi (ADNOC), la douzième plus grande compagnie pétrolière du monde. En outre, il met fin à sa présidence de l’entreprise d’énergie renouvelable Masdar. Cette société est une initiative à multiples facettes dans le domaine des énergies renouvelables à Abu Dhabi, qu’Al Jabar a fondée en 2006. Il se retire maintenant pour éviter l’impression d’éventuels conflits d’intérêts.


« Nous adopterons une approche pragmatique, réaliste et orientée vers les solutions qui permettront de transformer le climat et la croissance économique à faible émission de carbone » – Dr Sultan Al Jabar, The National, 12 janvier 2023.

Quiconque lit le CV du sultan sur le site web du MoIAT ne peut qu’être impressionné par ses réalisations. Celles-ci sont évidemment axées sur le développement des Émirats arabes unis, qui se composent de sept émirats de pierre. Abu Dhabi et Dubaï sont les plus importants d’entre eux. Sultan Al Jabar a étudié aux États-Unis grâce à une bourse d’ADNOC, après quoi il a obtenu un doctorat en Angleterre. Il a commencé sa carrière chez ADNOC, dont il est devenu le PDG en 2016. Il a également occupé de nombreux postes nationaux et internationaux. En 2011, par exemple, il a participé au groupe de haut niveau de l’ONU sur l’énergie durable pour tous. En 2012, l’ONU lui a décerné le prix Champion de la Terre dans la catégorie Vision entrepreneuriale et leadership efficace. Un an plus tard, il a été nommé commandeur honoraire de l’ordre le plus excellent de l’Empire britannique (CBE) par la reine Elizabeth II, et en 2019, il a reçu un prix pour l’ensemble de sa carrière des mains du Premier ministre indien Narendra Modi.

Le président de la COP28 est soutenu par deux dames hautement qualifiées présentées par Emirates comme étant respectivement une conservationniste de premier plan et une jeune championne du climat. Ainsi, Mme Razan Khalifa Al Mubarak est PDG de l’Agence pour l’environnement d’Abu Dhabi (EAD, the Environmental Agency Abu Dhabi) et, depuis 2021, également présidente de l’Union internationale pour la conservation de la nature, l’ICSU. Mme Shamma Al Mazrui, 29 ans, est ministre de la jeunesse depuis sept ans. Elle encourage l’autonomisation des jeunes désireux de façonner le programme vert des Émirats arabes unis. Dans l’ensemble, il s’agit d’une équipe solide qui est « commercialisée » avec de grandes ressources et de manière extrêmement professionnelle par des sociétés de marketing réputées.
Il ne faut pas s’attendre à ce qu’un PDG issu de l’industrie pétrolière puisse, veuille ou résolve la crise climatique, que l’industrie elle-même a créée pour le profit et par la tromperie.

Nous pouvons conclure que le Dr Sultan Al Jabar possède à la fois un CV impressionnant dans l’ancien monde du pétrole et du gaz et un bon sens des technologies innovantes. Mais, précisément en raison de ses antécédents dans l’industrie pétrolière et en tant que précurseur de l’avenir industriel des Émirats, il est très douteux qu’il soit le bon président pour s’attaquer à la crise climatique par une transition majeure vers la durabilité au niveau mondial. Le mouvement environnemental international s’inquiète à juste titre de sa nomination – qui, soit dit en passant, est parfaitement légale au sein du système des Nations unies. Après tout, c’est au pays hôte qu’il appartient de nommer le président ou le président de séance.

Cela dit, cette nomination pourrait aussi être un signal des Émirats arabes unis indiquant que les grandes compagnies pétrolières veulent tirer le meilleur parti de la crise actuelle. En d’autres termes, ils misent à la fois sur l’industrie pétrolière existante et sur la transition technologique vers des entreprises innovantes et plus durables. C’est l’écomodernisme dans toute sa splendeur ! En tant que tels, on ne peut pas s’attendre à ce qu’ils servent l’intérêt du monde dans la lutte contre la crise climatique et la transition internationale vers la durabilité. Mais c’est exactement ce que vous devriez attendre d’un sommet des Nations unies sur le climat. Je m’attends à une COP28 très intéressante (mais néanmoins décevante).

La COP27 (2022), une déception ?
La COP27 de Sharm-el-Sheikh en Égypte est aussi appelée le premier sommet africain sur le climat car elle s’est déroulée à la lisière du continent africain. Les médias la font également passer pour le premier sommet arabe, ce qui est inexact puisqu’il a eu lieu à Doha au Qatar en 2012. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas une mince affaire d’accueillir quelque 34 000 personnes dans une luxueuse station balnéaire du désert en pleine crise alimentaire – causée par la guerre insensée de Poutine en Ukraine. Il n’était pas non plus facile d’y manifester. Cela n’était fondamentalement possible que dans des endroits spéciaux… dans le désert. De plus, tout le monde était étroitement surveillé. L’Égypte n’est pas une démocratie. Néanmoins, la COP27 a été le sommet climatique le plus fréquenté après la COP26 à Glasgow.

Comme prévu, les questions « africaines » étaient à l’ordre du jour, comme les pertes et dommages. Les pays pauvres qui ont à peine contribué à la crise climatique, mais qui en souffrent énormément, demandent depuis des décennies des compensations aux pays occidentaux riches qui ont toujours émis beaucoup de CO2. À ce propos, la Belgique occupe une place de choix dans le top 10 des pollueurs historiques. La recherche scientifique a permis de déterminer l’impact de notre changement climatique sur des catastrophes telles que les inondations au Pakistan et la sécheresse en Europe en 2022. Cet impact est significatif. Des travaux sont actuellement en cours pour déterminer également les émissions historiques de CO2 de pays comme la Belgique, qui a fait passer la révolution industrielle britannique en contrebande sur le continent européen.

La frustration des pays en développement à l’égard des pollueurs historiques s’est systématiquement accrue ces dernières années. En 2009, les dirigeants occidentaux ont promis de fournir 100 milliards de dollars par an en financement climatique d’ici 2020. Ce montant ne s’est jamais concrétisé. Par conséquent, cette fois-ci, la question a figuré en bonne place à l’ordre du jour et il a finalement été décidé de créer un nouveau fonds pour le climat. Bravo à tous ! Mais il y a de fortes chances que cela devienne un chat dans un sac. Tous les « détails » (qui paie quoi, qui reçoit quoi, etc.) doivent encore être réglés. La prochaine COP à Dubaï abordera cette question. Ce serait une excellente occasion de présenter immédiatement la facture historique que l’industrie pétrolière a accumulée en omettant délibérément de signaler les risques climatiques liés à l’utilisation des combustibles fossiles.

Bonne nouvelle pour notre ministre du climat Zuhal Demir : une recherche scientifique indépendante pourra bientôt déterminer les émissions historiques de CO2 de la Belgique. Peut-être y aura-t-il finalement une véritable politique climatique flamande. Ou préférons-nous nous noyer ?

Malgré tout, je trouve que la COP27 est surtout un sommet décevant, car la cause réelle du problème n’a pas été abordée. Pire encore, grâce à la guerre insensée de Poutine en Ukraine, les pays de l’UE ont fait des pieds et des mains pour trouver d’autres fournisseurs de pétrole et de gaz. En conséquence, les compagnies pétrolières – évidemment contre leur gré – sont passées à la vitesse supérieure pour extraire le pétrole qui devrait de toute façon rester dans le sol.

Il est donc de plus en plus clair que nous pouvons oublier de maintenir le réchauffement de la planète en dessous de 1,5°C. Il est même douteux que nous parvenions à le faire. Il est même douteux que nous parvenions à atteindre la limite supérieure de 2°C convenue à Paris. Ainsi, nous rendons notre avenir dans un monde qui se réchauffe rapidement de plus en plus imprévisible. C’est pourquoi l’UE a d’abord essayé de lier la création du fonds pour les dommages climatiques à un engagement à réduire davantage les émissions de gaz à effet de serre. Malheureusement, cette tentative a échoué. Ce n’était pas un sommet africain mais un sommet arabe sur le climat », soupire un négociateur européen, quelque peu frustré.
Malgré tous les obstacles à la protestation, malgré le comportement intimidant de la police et des forces de sécurité, et malgré les prix insensés à payer pour une chambre d’hôtel, qui ont conduit des dizaines de militants à partager la même chambre, quelque chose d’unique s’est produit : pour la première fois dans l’histoire des COP, une délégation sélectionnée de manifestants a été autorisée à pénétrer dans la zone bleue fortement surveillée où se déroulaient les négociations. Inutile de dire que la manifestation était bien dirigée et qu’elle a donné lieu à de belles séances de photos. Je suis curieux de voir quel genre de mascarade se déroulera à Dubaï. Ce qui est troublant, en revanche, c’est la participation toujours plus importante des représentants de l’industrie pétrolière. Celle-ci a augmenté, par rapport à Glasgow, de 25 %.

Officiellement, 636 lobbyistes de l’industrie pétrolière étaient présents, dont deux barons russes du pétrole sanctionnés par la guerre, selon Carbon Brief. Collectivement, ces lobbyistes ont formé la plus grande « délégation » après celle des Émirats. Au total, il y avait pas moins de 1073 participants, dont 70 lobbyistes du pétrole et du gaz. Cela n’envoie pas un bon signal pour ce qui pourrait se passer à Dubaï.

Malgré toutes les belles paroles – ou selon Greta Thunberg, tout le bla, bla, bla – l’influence de l’industrie pétrolière ne fait que croître. En outre, des lobbyistes de l’industrie agroalimentaire, de Coca-Cola, le plus grand pollueur de plastique au monde, etc. se sont également manifestés. Un autre État pétrolier, et non des moindres, s’est distingué avec la « Saudi Green Initiative ». Un autre État pétrolier, non négligeable, s’est distingué avec l' »Initiative verte saoudienne », où il a été question du stockage souterrain du CO2 (CCS), controversé et loin d’être bien développé, dans les anciens gisements de pétrole et de gaz et – sans surprise – de l’exploitation de nouveaux gisements de pétrole pour répondre à la demande croissante des consommateurs.

Mensonges et profits de l’industrie pétrolière
En tant que grands-parents, nous en avons assez du géant pétrolier français Total. Nous sommes à juste titre étonnés que toutes sortes d’organisations, comme la VRT et les organisateurs de la merveilleuse course Reine Elisabeth, se permettent encore d’être sponsorisées par cette entreprise, à mon avis criminelle. On tombe de sa chaise quand on lit les méga-profits de l’industrie pétrolière. Le bénéfice combiné en 2022 de Shell, BP, ExxonMobil, Chevron et TotalEnergies (les cinq grands) est, grâce au criminel de guerre Poutine, d’environ 200 milliards de dollars. Ils n’avaient jamais connu un tel méga-profit dans leur longue existence mensongère de déni délibéré du réchauffement climatique auto-infligé. Big Oil, suivant les traces de l’industrie du tabac, nous a trompés et menti à tous pendant plus d’un demi-siècle sur les conséquences de l’utilisation de leurs produits, dans ce cas les combustibles fossiles. Je trouve cela criminel, je me sens trompé en tant que citoyen du monde et j’en suis furieux.

La tromperie de l’industrie du tabac concerne la santé d’une personne ; celle de l’industrie pétrolière concerne la santé de la planète. Les deux tromperies sont criminelles à mes yeux.

Le 13 janvier 2023, la fameuse analyse Assessing ExxonMobil’s global warming projections de Supran et al, a été publiée dans la revue scientifique de premier plan Science. Les chercheurs se sont appuyés sur la découverte faite par des journalistes d’investigation en 2015. À l’époque, des mémos internes ont révélé que la compagnie pétrolière Exxon et ExxonMobil Corp, savaient depuis la fin des années 1970 que leurs combustibles fossiles entraînaient un réchauffement climatique, avec « des impacts environnementaux dramatiques avant l’année 2050 ».

Il est rapidement apparu que les autres compagnies pétrolières et leurs organisations faîtières le savaient également. Un examen plus approfondi de documents internes d’Exxon en 2017 a montré qu’ils savaient que le changement climatique était réel et d’origine humaine. Le GIEC n’en prendrait note qu’en août 2021. En public, cependant, l’industrie pétrolière a surtout semé le doute sur la question. Ainsi, pendant des décennies, selon moi, ils ont fait échouer à la fois la recherche scientifique indépendante et la prise de décision politique sur leurs pratiques criminelles. Et les dollars ont continué à affluer, alors que la nature était et est toujours à l’agonie.

Cela a ouvert un cloaque. Il est rapidement apparu que même la très polluante industrie du charbon était au courant des effets pernicieux de la combustion du charbon depuis au moins les années 1960. Les compagnies d’électricité, la compagnie pétrolière Total et l’industrie automobile avec GM et Ford, étaient également au courant depuis au moins les années 1970. Personne n’a rien dit, personne n’a tiré la sonnette d’alarme. En fait, les recherches présentées dans Science montrent que la situation est encore plus grave. De nombreux documents découverts contiennent des projections claires de l’évolution du réchauffement climatique à venir.

« Cette publication dans Science, est le dernier clou du cercueil des affirmations d’ExxonMobil qui se dit faussement accusé de crimes climatiques. » Geoffrey Supran, Université de Harvard, États-Unis.

Il s’avère que les modèles climatiques utilisés par les propres chercheurs d’Exxon entre 1977 et 2003 étaient sinistrement précis. Le réchauffement moyen attendu par ExxonMobil était de 0,20 °C ± 0,04 °C par décennie. La science l’a maintenu à 0,19 °C, alors que la valeur mesurée était de 0,18 °C. L’essentiel est que les compagnies pétrolières employaient d’excellents scientifiques qui devaient se taire et que la direction savait très bien ce qu’elle faisait et se taisait également.

De plus, les modèles d’Exxon ont montré que le réchauffement climatique d’origine humaine serait observable pour la première fois en l’an 2000, avec une marge de 5 ans. De plus, ils ont été capables de faire une bonne estimation de la quantité de CO2 qui entraînerait un réchauffement dangereux. Enfin, même alors, ils ont fait une estimation raisonnable de la taille du « budget carbone » qui pourrait maintenir le réchauffement en dessous de 2°C. Et pourtant, ils sont restés silencieux.

Évolution de la température (en rouge) et de la concentration de CO2 dans l’atmosphère (en bleu) observée historiquement au fil du temps, comparée aux projections du réchauffement climatique établies par les scientifiques d’ExxonMobil. A : les projections modélisées par Exxon en 1982. B : résumé des projections dans sept mémos internes de la société entre 1977 et 2003. C : tendances climatiques lissées sur les 150 000 dernières années. Source Science, 13 Jan 2023, Vol 379, Issue 6628, DOI : 10.1126/science.abk0063

Et voilà que le Sultan Ahmed Al Jabar préside le prochain sommet sur le climat dans l’État pétrolier super riche des Émirats. Il n’est pas étonnant que le mouvement international pour le climat ne fasse pas confiance à un PDG d’une compagnie pétrolière pour présider une COP. À tout le moins, cela donne l’impression d’un « coup d’État » de l’industrie pétrolière. Le Réseau Action Climat International demande donc sa démission, bien qu’il y ait peu de chances que cela se produise.

Après tout, on peut se demander ce que font les compagnies pétrolières avec les superprofits qu’elles n’ont absolument pas réalisés. Elles pourraient répondre aux appels à l’écrémage, comme le proposent de nombreux politiciens en Suisse et à l’étranger. Après tout, les citoyens qui ne peuvent rien faire contre cette situation sont confrontés à des augmentations de prix rapides et brutales. Cette situation, à son tour, semble très familière aux pays pauvres. Eux aussi sont confrontés à des évolutions auxquelles ils n’ont pas contribué, mais qu’ils doivent payer et dont ils subissent les graves conséquences. C’est pourquoi la première étape franchie à Sharm el-Sheikh sur les pertes et dommages est importante et porteuse d’espoir. Mais il reste à voir ce qu’il en ressortira réellement.

Embrasser le chaos : la transition énergétique
Dans le dernier livre de Jan Rotmans et Mischa Verheijden (voir la critique de livre du 23 décembre 2021), dix transitions sont abordées et encadrées dans les différentes phases d’une transition qui aura lieu dans les décennies à venir et conduira à une société différente et durable. On y apprend notamment que l’État-nation du XIXe siècle pourrait disparaître, au grand dam de toutes sortes de partis politiques nationalistes. Les niveaux susceptibles de subsister sont de petites zones régionales de la taille de la Randstad néerlandaise, ainsi qu’un contexte européen global. Au sein de ces transitions, la transition énergétique, qui dure depuis le plus longtemps, se distingue. Cette transition a maintenant dépassé son point de basculement et est entrée dans une phase d’accélération. Ici aussi, la guerre brutale et totalement inutile de Poutine joue un rôle moteur.

Compte tenu de leur manipulation historique et de leur hypocrisie, il est tout à fait naturel que l’industrie pétrolière et ses actionnaires paient les coûts de la crise climatique mondiale qu’ils ont provoquée.

L’industrie pétrolière ne tarde pas à en profiter et à ajuster ses politiques de greenwashing de manière négative. Avec la hausse rapide des prix de l’énergie, BP a doublé ses bénéfices pour atteindre 27,7 milliards de dollars d’ici 2022. Pour répondre à la demande des consommateurs, qu’ils considèrent comme le moteur responsable, ils vont produire plus de pétrole et de gaz. Et ce, en pleine crise climatique, la plus grande menace pour l’humanité, si l’on excepte l’éruption massive du volcan Toba en Indonésie, il y a 70 à 75 000 ans.

De manière significative, BP fait également marche arrière sur son objectif de zéro émission d’ici 2050 et abaisse ses objectifs pour 2030 de 35-40% à 20-30% ! Il n’en va pas autrement des autres membres des Big Five, comme Shell et Total avec des méga-profits en 2022 de plus de 42 milliards de dollars et plus de 33 milliards de dollars respectivement.
Shell, par exemple, a versé sept fois plus aux actionnaires en 2022 que ce qu’elle a investi dans les énergies vertes, qui ne sont pas son cœur de métier. Cependant, selon le groupe de réflexion indépendant Influence Map et des chercheurs de l’université d’Utrecht, les médias affirment le contraire. Voilà encore une tromperie populaire soutenue par des agences de publicité et de marketing échevelées ! Bla, bla, bla, mais chèrement payé, selon Greta Thunberg.

Pendant ce temps, ils disent que l’industrie pétrolière est taquinée, nous disons qu’on lui rappelle gentiment que les choses doivent absolument changer. Gardez ces ressources polluantes dans le sol, bon sang ! Nous le faisons par des procès, des protestations, des occupations, en tenant les directeurs et les actionnaires personnellement responsables, etc. Les gouvernements, les villes, les groupes d’intérêt, etc. poursuivent à juste titre l’industrie pétrolière – qui a complètement perdu sa crédibilité – alors qu’ils sont confrontés à l’élévation du niveau de la mer, aux incendies de forêt, à la sécheresse, aux inondations et aux intempéries. Là encore, c’est le pollueur (de CO2) qui doit payer. Le nombre de poursuites judiciaires augmente rapidement, selon Carbon Brief. Mais le nombre de lobbyistes présents aux sommets sur le climat continue également d’augmenter, tandis que les gouvernements bavards prétendent le contraire par crainte des pertes d’emplois dans le vieux monde industrialisé.

La transition énergétique étant entrée dans la phase d’accélération, la pression du mouvement écologiste va s’accroître et l’industrie pétrolière, mais aussi d’autres secteurs comme l’agroalimentaire, continueront à nier par tous les moyens leur culpabilité et leur responsabilité historiques. Le chaos va s’accroître, tout comme la probabilité d’une manipulation par des gouvernements « faibles ». Par conséquent, le mouvement environnemental et nous, grands-parents, en route pour Dubaï, devrons rester vigilants. Quelle que soit la manière dont on aborde la question, une Conférence des Parties dans un État pétrolier super-riche, avec un patron du pétrole comme président, ne peut qu’attirer les ennuis. C’est irresponsable du point de vue de la durabilité mondiale et de la crise climatique.

* Le titre fait référence à l’histoire d' »Ali Baba et les quarante voleurs », tirée du célèbre livre des Mille et une nuits de la conteuse persane Sheherazade. Dans cette histoire, Ali voit par hasard comment une bande de voleurs – dans ce blog, l’industrie pétrolière, qui, par la ruse et la tromperie, ne fait que se remplir les poches – ouvre la chambre de son trésor grâce à un sort. Alors que les voleurs s’en vont, Ali ouvre la salle du trésor pour emporter leurs trésors avec lui. Les voleurs le découvrent, mais avec son astucieuse amie Morgiana, Ali Baba vainc les voleurs. Ainsi, le mouvement pour le climat et ses partisans vaincront également les nombreux voleurs des industries industrialisées, comme l’industrie pétrolière.


Références sur la COP28


La multiplication des éoliennes, panneaux solaires et véhicules électriques ne résoudra pas notre problème énergétique

Gail Tverberg

Traduction – Jmp (base DeepL) – article original :
Ramping up wind turbines, solar panels and electric vehicles can’t solve our energy problem

Nombreux sont ceux qui pensent que multiplier les éoliennes, panneaux solaires et véhicules électriques pourrait résoudre les problèmes énergétiques, mais je ne suis pas d’accord. Ces équipements, auxquels s’ajoutent les batteries, les stations de recharge, les réseaux et les nombreuses autres structures nécessaires à leur fonctionnement, sont d’une extrême complexité.

Si des systèmes d’un relativement faible niveau de complexité, comme un barrage hydroélectrique, peuvent parfois aider à résoudre des problèmes énergétiques, il n’est pas possible d’imaginer que des niveaux de complexité toujours plus élevés soient toujours réalisables.

Selon l’anthropologue Joseph Tainter (https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Tainter), dans son célèbre ouvrage intitulé « The collapse of complex societies » (https://www.amazon.com/Collapse-Complex…/dp/052138673X), l’accroissement de la complexité conduit à un rendement décroissant. Autrement dit, les innovations les plus intéressantes tendent à être développées en premier ; les innovations ultérieures ont tendance à être moins utiles, quand l’accroissement de complexité induite entraine un coût énergétique trop élevé par rapport au bénéfice apporté.

Dans ce texte, je discuterai plus en détail de la complexité. Je vais également présenter des preuves que l’économie mondiale a peut-être déjà atteint les limites de la complexité. En outre, je vais montrer que la mesure communément admise du « rendement de l’investissement énergétique » (EROEI) (https://www.sciencedirect.com/…/energy-return-on…) se rapporte à l’utilisation directe de l’énergie, plutôt qu’à l’énergie incorporée dans des systèmes complexes. En conséquence, les valeurs d’EROEI tendent à faire penser que les innovations telles que les éoliennes, les panneaux solaires et les VE sont plus performantes qu’elles ne le sont réellement. D’autres mesures similaires à l’EROEI conduisent à des erreurs similaires.

______

1/ Dans cette vidéo avec Nate Hagens, Joseph Tainter explique comment l’énergie et la complexité ont tendance à croître simultanément, dans ce que Tainter appelle la spirale énergie-complexité : https://www.youtube.com/watch?v=undp6sgCIX4

Figure 1. The Energy-Complexity Spiral from 2010 presentation called The Energy-Complexity Spiral by Joseph Tainter.

Selon Tainter, l’énergie et la complexité se construisent l’une avec l’autre. Au début, un accroissement de complexité peut être nécessaire pour répondre à une économie en croissance en permettant l’adoption des énergies disponibles. Mais cette complexité croissante implique des rendements décroissants, puisque les solutions les plus faciles et les plus intéressantes sont trouvées en premier. Lorsque les avantages relatifs d’une complexité croissante deviennent trop faibles par rapport à l’énergie supplémentaire requise, le résultat global tend vers un effondrement – ce qui, selon lui, équivaut à une « perte rapide de complexité ».

Une complexité croissante peut aboutir à des biens et services moins coûteux par divers mécanismes :

– des économies d’échelle sont réalisées grâce à des investissements lourds, donc à des entreprises plus grandes ;

– La mondialisation permet de disposer de matières premières et des énergies alternatives, d’une main-d’œuvre moins chère ;

– l’éducation supérieure et une spécialisation accrue favorisent l’innovation ;

– les améliorations technologiques permettent de réduire le coût de fabrication des biens ;

– les améliorations technologiques permettent une optimisation des coûts d’usage, comme des économies de carburant pour les véhicules, de manière permanente.

Pourtant, étrangement, dans la pratique, la complexité croissante tend à entraîner une augmentation de la consommation de carburant, plutôt qu’une diminution. C’est ce que l’on appelle le paradoxe de Jevons. Si les produits sont moins chers, davantage de personnes peuvent se permettre de les acheter et de les utiliser, de sorte que la consommation totale d’énergie tend à être plus importante.

2/ Dans la même vidéo, Tainter décrit la complexité comme quelque chose qui structure et organise un système.

La raison pour laquelle je considère que l’électricité produite par les éoliennes et les panneaux solaires exigent des solutions beaucoup plus complexes que, par exemple, l’électricité produite par les centrales hydroélectriques ou les centrales à combustibles fossiles, est que la production de ces équipements est loin d’être en mesure de répondre directement aux exigences des systèmes électriques actuels. Par exemple les productions électriques éolienne et solaire ont besoin de systèmes complexes pour résoudre les problèmes d’intermittence.

Avec la production hydroélectrique, l’eau est facilement contenue derrière un barrage. Souvent, une partie de cette eau peut être stockée en vue d’une utilisation ultérieure pour répondre aux pics de demande. L’eau accumulée en amont du barrage alimente des turbines, de telle manière que la production électrique est directement compatible avec les impératifs du courant alternatif. Pour cette même raison, l’électricité produite par un barrage hydroélectrique peut s’ajouter facilement aux différents systèmes de production d’électricité disponibles.

En revanche, la production électrique des éoliennes et panneaux solaires nécessite beaucoup plus d’assistance, autrement dit une plus grande complexité, pour être compatible avec les exigences des systèmes de consommation d’électricité. L’électricité produite par les éoliennes a tendance à être très désorganisée. Elle n’est produite qu’en fonction d’un timing qui lui est propre, fonction du vent.

L’électricité produite par les panneaux solaires est organisée, qui répond mieux aux exigences des systèmes de consommation d’électricité, mais par exemple, n’est pas directement compatible avec les impératifs du courant alternatif.

Un problème majeur est que les besoins électriques pour le chauffage sont importants en hiver alors que l’électricité solaire est inversement disponible en été ; pendant que la disponibilité du vent est irrégulière. Des batteries peuvent être ajoutées, mais elles ne peuvent amortir les écarts de production que sur très court terme, quelques jours au mieux.

Au final les différentiels entre offre et demande doivent être lissés par des systèmes parallèles censés être utilisés à minima ; les systèmes « de secours » le plus communément utilisé étant les centrales fonctionnant au gaz naturel, puis celles au pétrole ou au charbon…

Ce qui suppose de doubler le système énergétique électrique, ce qui a un coût plus élevé que celui qu’aurait l’un ou l’autre système exploité seul, à plein temps.

Par exemple, il faut maintenir des centrales électriques au gaz naturel, incluant les infrastructures liées, gazoducs et systèmes de stockage, même si l’électricité produite dans ce cadre n’est utilisée qu’une partie de l’année. Un tel système combiné nécessite des experts dans tous les domaines, notamment en rapport à l’intégration des réseaux électriques, la production de gaz naturel, la réparation des éoliennes et des panneaux solaires, ou encore la fabrication et l’entretien des batteries. Et tout cela nécessite des systèmes de formation adaptés et des échanges internationaux, parfois avec des pays hostiles.

Je considère également que les véhicules électriques sont complexes. Un problème majeur posé par la transition vers les VE est que l’économie aura également besoin d’un double système – pour les moteurs à combustion interne et les véhicules électriques – pendant de très nombreuses années. Les véhicules électriques nécessitent des batteries fabriquées à partir d’éléments provenant du monde entier. Ils ont également besoin d’un maillage de stations de recharge, d’autant que les besoins de recharge sont fréquents.

3/ Tainter souligne que la complexité a un coût énergétique, mais que ce coût est pratiquement impossible à mesurer (https://www.youtube.com/watch?v=undp6sgCIX4)

Les besoins énergétiques sont cachés dans de nombreux domaines. Par exemple, pour avoir un système organisé complexe, nous avons besoin d’un système financier. Le coût de ce système ne peut pas être rajouté. Nous avons besoin de routes modernes, d’infrastructures et d’un système de lois. Le coût d’un gouvernement attribué à ces services ne peut être facilement discerné. Un système de plus en plus complexe a besoin d’éducation pour le soutenir, mais ce coût est également difficile à mesurer. De plus, comme nous le notons ailleurs, le fait d’avoir des systèmes doubles ajoute d’autres coûts qui sont difficiles à mesurer ou à prévoir.

L’engrenage énergie-complexité ne peut pas se poursuivre indéfiniment dans une économie. Celle-ci peut atteindre des limites au moins de trois façons :

[a] L’extraction de ressources de toutes catégories est d’abord effectuée dans les endroits les plus propices. Les puits de pétrole sont d’abord effectués dans des zones où le pétrole est facile à extraire et à proximité des zones de population ; les mines de charbon dans des endroits où le charbon est de même facile à extraire et où les coûts de transport vers les utilisateurs sont faibles ; les mines de lithium, de nickel, de cuivre et d’autres minéraux sont d’abord installées dans les endroits où les filons sont les plus rentables.

Mais le coût de la production d’énergie finit par augmenter, au lieu de diminuer, en raison des rendements décroissants. Le pétrole, le charbon et les produits énergétiques deviennent plus chers. Les éoliennes, les panneaux solaires et les batteries des véhicules électriques ont également tendance à devenir plus chers, car le coût des minéraux nécessaires à leur fabrication augmente. L’ensemble des produits énergétiques, y compris les « énergies renouvelables », ont tendance à devenir moins rentables.

En fait, de nombreux rapports (https://www.wsj.com/…/bps-ceo-plays-down-renewables…) indiquent que le coût de production des éoliennes (https://www.woodmac.com/…/wind-industry-faces-a…/) et des panneaux solaires (https://cen.acs.org/…/US-solar-polysilicon…/100/i33) a augmenté en 2022, rendant la fabrication de ces équipements non rentable. La hausse des prix des produits industriels ou la baisse de la rentabilité de ceux qui les produisent pourraient mettre un terme à la croissance de la demande.

[b] La population humaine a tendance à continuer d’augmenter si les réserves de nourriture et autres sont suffisantes, mais l’offre de terres arables reste presque constante. Ces deux contraintes exercent une pression sur la société pour qu’elle produise un flux continu d’innovations qui permettront d’augmenter la quantité de nourriture par hectare.

Mais ces innovations finissent par avoir un rendement décroissant, ce qui rend plus difficile la possibilité que la production alimentaire soit en mesure de suivre la croissance de la population.

Parfois, la variabilité des régimes climatiques met en exergue le fait que les disponibilités alimentaires sont à la limite du niveau minimum depuis de nombreuses années. La croissance est alors bridée par la flambée des prix des denrées alimentaires et/ou la mauvaise santé des travailleurs soumis à un régime alimentaire inadapté.

[c] La croissance de la complexité atteint des limites, alors que les innovations les plus précoces tendent à être les plus productives. Par exemple, l’électricité ne peut être inventée qu’une seule fois, tout comme l’ampoule électrique. La croissance et la mondialisation sont bridés au delà d’un certain seuil.

Je pense que la dette fait partie de la question de la complexité. À un moment donné, la dette et les intérêts liés ne pourront plus être remboursés. L’enseignement supérieur (indispensable compte tenu d’un haut niveau de spécialisation) atteint ses limites lorsque les travailleurs ne trouvent pas d’emplois avec des salaires suffisamment élevés pour compenser le coût des études, si ce n’est tout simplement de quoi vivre décemment.

4/ Selon Tainter, si l’approvisionnement en énergie disponible se réduit, le système est condamné à se simplifier.

En général, une économie se développe pendant une centaine d’années, atteint les limites de la complexité énergétique, puis s’effondre en quelques années.

Cet effondrement peut se produire de différentes manières. Une forme de gouvernement peut s’effondrer, référence par exemple à l’effondrement du gouvernement central de l’Union soviétique en 1991 qui peut s’interpréter comme une forme d’effondrement à un niveau inférieur de simplicité. Ou cela peut se traduire par la volonté d’un pays d’en conquérir un autre (ce qui peut inclure des problèmes de complexité énergétique), en vue de prendre le contrôle du gouvernement et des ressources du pays cible ; ou encore par un effondrement financier.

Selon Tainter, la simplification ne se produit généralement pas de manière délibérée. Il fournit un exemple de simplification délibérée à travers l’Empire byzantin au 7e siècle. Disposant de moins de ressources pour financer l’armée, il a abandonné certains postes éloignés et a ciblé une approche moins coûteuse pour maintenir les postes de défense restants.

5/ À mon avis, il est facile pour les calculs EROEI (et autres calculs similaires) de surestimer les avantages des systèmes énergétiques complexes.

L’un des principaux points soulevés par le Tainter dans la conférence mentionnée ci-dessus [vidéo] est que la complexité a un coût énergétique, mais que le coût énergétique de cette complexité est pratiquement impossible à mesurer. Il fait également remarquer que si l’intégration d’un niveau de complexité croissant est séduisant, son coût global tend à augmenter avec le temps. Et les modèles ont tendance à éluder les infrastructures et autres éléments requis, offerts par le système global, qui déterminent la possibilité de l’émergence d’une nouvelle source d’approvisionnement énergétique hautement complexe.

L’énergie nécessaire à la complexité étant difficile à mesurer de manière systémique, les modes de calcul de l’EROEI (https://www.sciencedirect.com/…/energy-return-on…) relatifs aux systèmes complexes auront tendance à énoncer que les formes complexes de production d’électricité, telles que l’éolien et le solaire, consomment moins d’énergie (ont un EROEI plus élevé) qu’elles ne le font en réalité.

Le problème est que les calculs EROEI ne prennent en compte que les coûts directs de l’« investissement énergétique ». Par exemple, les calculs ne sont pas conçus pour intégrer les données en lien avec le coût énergétique plus élevé d’un système doublé, chacun étant pour partie sous-utilisé pendant certaines périodes. Les coûts annuels ne seront pas nécessairement réduits de manière proportionnelle.

Dans la vidéo en lien, Joseph Tainter présente l’évolution de l’EROEI du pétrole dans le temps. Ce type d’analyse ne pose pas de problème, les niveau de complexité étant similaires, à fortiori si elle évite la comparaison avec la relativement récente technique de fracking, ce que fait Tainter. En revanche, comparer les EROEI de différents types d’énergie et différents niveaux de complexité peut facilement conduire à des conclusions erronées.

6/ L’économie mondiale actuelle semble d’ores et déjà se diriger à pas feutrés vers une simplification, ce qui suggère que la tendance vers une plus grande complexité a déjà dépassé son niveau maximum, compte tenu du manque de disponibilité de produits énergétiques bon marché.

Je m’interroge sur l’émergence d’une simplification dans le commerce, en particulier le commerce international, car le transport maritime (qui utilise très généralement des produits pétroliers) devient très coûteux. Cela pourrait être considéré comme un type de simplification, en réponse à l’absence d’un approvisionnement suffisant en énergie bon marché.

Figure 2. Trade as a percentage of world GDP, based on data of the World Bank.

D’après la figure 2 (https://i0.wp.com/…/Trade-as-percentage-of-world-GDP…), le commerce international en pourcentage du PIB a atteint un pic en 2008. Depuis lors, on observe une tendance générale à la baisse des échanges, ce qui indique que l’économie mondiale a eu tendance à se rétracter, du moins d’une certaine manière, lorsqu’elle a atteint les limites des prix élevés.

Un autre exemple de tendance à la baisse de la complexité est la chute des inscriptions dans les collèges et universités de premier cycle aux États-Unis depuis 2010 (https://i0.wp.com/…/US-undergraduate-part-time-full…). D’autres données montrent que les inscriptions dans le premier cycle ont presque triplé entre 1950 et 2010, de sorte que l’évolution vers une tendance à la baisse après 2010 représente un tournant majeur.

Figure 3. Total number of US full-time and part-time undergraduate college and university students, according to the National Center for Education Statistics.

La raison pour laquelle ces évolutions sont un problème est que les collèges et les universités ont des dépenses fixes colossales. Les systèmes éducatifs doivent notamment entretenir les bâtiments et les terrains, rembourser des dettes, et financer des professeurs permanents qu’ils se doivent de garder dans la plupart des cas même si le nombre d’élèves diminue. Ils peuvent dans certains cas proposer des pensions qui peuvent ne pas être entièrement financés par les élèves, ce qui ajoute une autre pression sur les coûts.

Selon les membres du corps enseignant des collèges avec lesquels j’ai discuté ces dernières années, des pressions ont été exercées pour améliorer le taux de rétention des étudiants qui ont été admis. En d’autres termes, ils ont le sentiment d’être encouragés à empêcher les étudiants actuels de décrocher, même si cela signifie qu’ils doivent abaisser progressivement leurs critères. Parallèlement, les salaires des professeurs ne suivent pas le rythme de l’inflation.

Les informations suggèrent que les collèges comme les universités ont récemment mis l’accent sur l’obtention d’un corps étudiant plus diversifié. Autrement dit, les étudiants qui n’auraient pas été admis dans le passé en raison de notes insuffisantes au lycée sont de plus en plus souvent admis afin d’éviter que les effectifs ne baissent davantage.

Du point de vue des étudiants, le problème majeur est que les emplois offrant un salaire suffisamment élevé pour justifier le coût élevé d’une formation universitaire sont de moins en moins nombreux. Cela semble être la raison à la fois de la crise de l’endettement des étudiants américains et de la baisse des inscriptions dans les premiers cycles universitaires.

Bien entendu, si les universités abaissent relativement leurs critères d’admission et probablement aussi les critères d’obtention des diplômes, il est nécessaire de « vendre » ces diplômés avec des niveaux de compétence quelque peu inférieurs aux standards habituels aux gouvernements et aux entreprises susceptibles de les embaucher. Il me semble que c’est un signe supplémentaire de la perte de complexité.

7/ En 2022, les coûts énergétiques totaux de la plupart des pays de l’OCDE ont commencé à atteindre des niveaux élevés par rapport au PIB. Lorsque l’on analyse la situation, on constate que les prix de l’électricité s’envolent, tout comme ceux du charbon et du gaz naturel, les deux types de combustibles les plus utilisés pour produire de l’électricité.

Figure 4. Chart from article called, Energy expenditures have surged, posing challenges for policymakers, by two OECD economists.

L’OCDE est une organisation intergouvernementale composée principalement de pays riches qui a été créée pour stimuler le progrès économique et favoriser la croissance mondiale (https://en.wikipedia.org/wiki/OECD). Elle comprend, entre autres, les États-Unis, la plupart des pays européens, le Japon, l’Australie et le Canada.

La figure 4 (« Les périodes de fortes dépenses énergétiques sont souvent associées à une récession » : https://i0.wp.com/…/Estimated-energy-end-use…), a été préparée par deux économistes travaillant pour l’OCDE (graphique tiré de l’article intitulé « Energy expenditures have surged, posing challenges for policymakers » : https://oecdecoscope.blog/…/energy-expenditures-have…/). Les barres grises indiquent une récession.

Ce graphique montre qu’en 2021, les prix de pratiquement tous les coûts associés à la consommation d’énergie ont eu tendance à s’envoler. Les prix de l’électricité, du charbon et du gaz naturel étaient tous très élevés par rapport aux années précédentes. Les seuls coûts énergétiques qui n’étaient pas très éloignés des coûts des années précédentes était ceux du pétrole. Le charbon et le gaz naturel sont tous deux utilisés pour produire de l’électricité, de sorte que les coûts élevés de l’électricité n’ont rien de surprenant.

Dans le graphique, les économistes de l’OCDE notent que « les périodes de fortes dépenses énergétiques sont souvent associées à une récession », ce qui souligne ce qui devrait être évident pour tous les économistes : les prix élevés de l’énergie poussent souvent l’économie vers la récession. Les citoyens sont contraints de réduire les dépenses non essentielles, ce qui réduit la demande et plonge l’économie dans une crise.

8/ Le monde semble se heurter aux limites de l’extraction du charbon. Cette situation, associée au coût élevé du transport du charbon sur de longues distances, conduit à une forte augmentation des prix du charbon.

La production mondiale de charbon est quasiment stable depuis 2011, Statistical Review of World Energy de BP, données 2022 : https://i0.wp.com/…/World-coal-mined-and-world…). La croissance de la production d’électricité à partir du charbon a été presque aussi stable que la production mondiale de charbon. Indirectement, cette absence de croissance de la production de charbon oblige les pouvoirs publics partout dans le monde à se tourner vers d’autres solutions de production d’électricité.

Figure 5. World coal mined and world electricity generation from coal, based on data from BP’s 2022 Statistical Review of World Energy.

[9] Le gaz naturel est aujourd’hui également en pénurie si l’on tient compte de la demande croissante des différents types d’énergie.

Bien que la production de gaz naturel ait augmenté, ces dernières années, elle n’a pas augmenté assez rapidement pour répondre à la demande croissante d’importations de gaz naturel dans le monde. La production mondiale de gaz naturel en 2021 n’était supérieure que de 1,7 % à celle de 2019.

La croissance de la demande d’importations de gaz naturel provient de plusieurs causes simultanées :

– L’offre de charbon étant stable et les disponibilités à l’importation insuffisantes, les pays cherchent à substituer la production d’électricité au gaz naturel à la production d’électricité au charbon. La Chine est le premier importateur mondial de gaz naturel en partie pour cette raison.

– Les pays qui produisent de l’électricité à partir de l’énergie éolienne ou solaire s’appuient sur les centrales au gaz naturel pour répondre rapidement à la demande électrique lorsque l’énergie éolienne ou solaire n’est pas disponible.

– Plusieurs pays, dont l’Indonésie, l’Inde et le Pakistan, ont une production de gaz naturel en déclin.

– L’Europe a choisi de mettre fin à ses importations de gaz naturel par gazoduc en provenance de Russie et a en conséquence besoin de compenser en important du GNL.

10/ Les prix du gaz naturel sont extrêmement variables, selon que le gaz naturel est produit localement ou non, et selon la manière dont il est expédié et le type de contrat dont il fait l’objet. Généralement, le gaz naturel produit localement est le moins cher. Le charbon connaît des problèmes similaires, le charbon produit localement étant le moins cher.

La figure 6 permet une comparaison des prix du gaz naturel dans trois régions du monde (publication japonaise IEEJ, 23 janvier 2013 : https://i0.wp.com/…/Natural-Gas-and-LNG-Prices-from…).

Figure 6. Comparison of natural gas prices in three parts of the world from the Japanese publication IEEJ, dated January 23, 2013.

Dans ce graphique, le prix plancher du Henry Hub (centre de distribution de gaz naturel situé à Erath en Louisiane) est le prix américain, disponible uniquement localement. La production est élevée aux États-Unis, son prix a donc tendance à être bas.

Le prix supérieur est celui constaté au Japon pour le gaz naturel liquéfié (GNL) importé, dans le cadre de contrats à long terme, sur une période de plusieurs années. C’est le prix le plus élevé, que l’Europe paie pour le GNL, sur la base des prix du « marché spot ».

Le GNL proposé sur le marché spot est le seul type de GNL disponible pour ceux qui n’ont pas anticipé les problèmes actuels – dont l’Europe…

Ces dernières années, l’Europe a pris le risque d’obtenir des prix bas sur le marché spot, mais cette approche s’est retournée contre elle dès lors que l’offre en GNL est insuffisante pour répondre à la demande mondiale. Notez que le prix élevé du GNL importé par l’Europe était déjà une évidence en janvier 2013, donc bien avant le début de l’invasion de l’Ukraine.

L’un des principaux problèmes du GNL est que le transport du gaz naturel est extrêmement coûteux, tendant à au moins doubler, voire tripler le prix. Les fournisseurs doivent être assurés d’un prix élevé pour le GNL sur long terme afin de rentabiliser les infrastructures colossales nécessaires pour produire et expédier le gaz naturel sous forme de GNL. Les prix extrêmement variables du GNL ont longtemps freiné les ambitions des producteurs de gaz naturel pour développer ce marché.

Inversement, les prix récents particulièrement élevés du GNL en Europe ont rendu le prix du gaz naturel trop élevé pour les industriels qui ont besoin de gaz naturel pour des processus autres que la production d’électricité, comme la fabrication d’engrais azotés. Ces prix élevés font que la crise consécutive au manque de gaz naturel bon marché se répercute sur le secteur agricole.

La plupart des gens sont « aveugles à l’énergie », surtout lorsqu’il s’agit du charbon et du gaz naturel. Ils partent de l’idée que ces deux combustibles peuvent être extraits à bon marché en abondance, et ce pour toujours.

Malheureusement, pour le charbon comme pour le gaz naturel, le coût du transport a tendance à être très élevé. Et c’est un aspect qui échappe aux analystes. C’est le coût élevé de transport et de livraison du gaz naturel et du charbon qui empêche les entreprises d’extraire réellement les quantités de charbon et de gaz naturel qui semblent être disponibles d’après les estimations des réserves, et non les réserves elles-mêmes.

10/ Lorsque nous analysons la consommation d’électricité de ces dernières années, nous découvrons que les pays – membres de l’OCDE ou non – ont connu des schémas de croissance de la consommation d’électricité étonnamment différents depuis 2001.

La consommation d’électricité des pays de l’OCDE a été quasiment stable, surtout depuis 2008. Mais même avant 2008, la consommation d’électricité n’augmentait que légèrement.

Les arbitrages actuels consistent à électrifier autant que possible les usages dans les pays de l’OCDE. L’électricité devrait être utilisée de manière conséquente pour alimenter les véhicules et chauffer les maisons. Elle serait également davantage utilisée par les industries nationales, notamment pour la fabrication des batteries et des semi-conducteurs. La question est de savoir comment les pays de l’OCDE seront en mesure d’augmenter suffisamment leur production d’électricité pour couvrir à la fois les utilisations actuelles de l’électricité et les nouvelles utilisations prévues, alors que la production d’électricité est restée stable dans le passé.

Figure 7. Electricity production by type of fuel for OECD countries, based on data from BP’s 2022 Statistical Review of World Energy.

La figure 7 (« Production d’électricité par type de ressources pour les pays de l’OCDE », BP’s 2022 Statistical Review of World Energy : https://i0.wp.com/…/2023/02/OECD-Electricity-by-Fuel.png) montre que la part du charbon dans la production d’électricité a diminué dans les pays de l’OCDE, surtout depuis 2008.

La part des « autres » a augmenté, mais juste assez pour que la production globale reste stable. La catégorie « Autres » comprend les énergies renouvelables, notamment l’éolien et le solaire, mais aussi l’électricité produite à partir du pétrole et de la combustion des déchets. Ces dernières catégories sont peu développées.

Le schéma de la production énergétique récente des pays non membres de l’OCDE est très différente.

Figure 8. Electricity production by type of fuel for non-OECD countries, based on data from BP’s 2022 Statistical Review of World Energy.

La figure 8 (« Production d’électricité par type de ressources pour les pays non membres de l’OCDE », BP’s 2022 Statistical Review of World Energy : https://i0.wp.com/…/02/Non-OECD-Electricity-by-Fuel.png) montre que les pays non membres de l’OCDE ont rapidement augmenté leur production d’électricité à partir du charbon. Les autres grandes sources de combustible sont le gaz naturel et l’électricité produite par les barrages hydroélectriques.

Toutes ces sources d’énergie sont relativement peu complexes. L’électricité produite localement à partir de charbon, de gaz naturel et d’hydroélectricité a tendance à être assez bon marché. Grâce à ces sources d’électricité peu coûteuses, les pays non membres de l’OCDE ont pu dominer les marchés de l’industrie lourde et d’une grande partie de l’industrie manufacturière dans le monde.

En fait, si nous examinons la production locale ou nationale des combustibles généralement utilisés pour produire de l’électricité (c’est-à-dire tous les combustibles à l’exception du pétrole), nous pouvons voir un modèle émerger (« Production énergétique des combustibles souvent utilisés pour la production d’électricité dans les pays de l’OCDE », BP’s 2022 Statistical Review of World Energy : https://i0.wp.com/…/OECD-Production-of-Fuels-Used-for…).

Figure 9. Energy production of fuels often used for electricity production for OECD countries, based on data from BP’s 2022 Statistical Review of World Energy.

En ce qui concerne l’extraction des combustibles souvent associés à l’électricité, la production a été réduite ou stagnante, même en incluant les « énergies renouvelables » (éolienne, solaire, géothermique et copeaux de bois). La production de charbon est en baisse. Le déclin de la production de charbon est probablement en grande partie responsable de l’absence de croissance de l’offre d’électricité dans l’OCDE. L’électricité produite localement à partir de charbon a toujours été très bon marché, ce qui a fait baisser le prix moyen de l’électricité.

Un schéma très différent apparaît lorsque l’on considère la production de combustibles utilisés pour générer de l’électricité dans les pays non membres de l’OCDE. Notez que la même échelle a été utilisée pour les figures 9 et 10.

Ainsi, en 2001, la production de ces combustibles était à peu près égale pour les pays de l’OCDE et les pays non-OCDE. Depuis 2001, la production de ces combustibles a presque doublé pour les pays non membres de l’OCDE, tandis que la production des pays de l’OCDE est restée pratiquement stable.

Figure 10. Energy production of fuels often used for electricity production for non-OECD countries, based on data from BP’s 2022 Statistical Review of World Energy.

Un élément intéressant de la figure 10 (« Production d’énergie des combustibles souvent utilisés pour la production d’électricité pour les pays non membres de l’OCDE », BP’s 2022 Statistical Review of World Energy : https://i0.wp.com/…/Non-OECD-Production-of-Fuels-Used…) est la production de charbon pour les pays non membres de l’OCDE, représentée en bleu en bas. Elle a à peine augmenté depuis 2011. C’est une des causes du resserrement actuel de l’offre mondiale de charbon.

Ceci dit, il n’est guère probable que la flambée des prix du charbon contribue notablement à la croissance de la production de charbon à long terme, car les réserves véritablement locales s’épuisent, même dans les pays non membres de l’OCDE. La flambée des prix est beaucoup plus susceptible d’entraîner une récession, et par conséquence des défauts de paiement des dettes, une baisse des prix des matières premières et une diminution de l’offre de charbon.

11/ Je crains que l’économie mondiale n’ait atteint les limites de la complexité ainsi que les limites de la production d’énergie.

L’économie mondiale semble en voie de s’effondrer sur plusieurs années. À court terme, le résultat pourrait ressembler à une mauvaise crise, ou à une guerre, ou peut-être aux deux. Jusqu’à présent, les économies qui utilisent des combustibles peu complexes pour produire de l’électricité (charbon et gaz naturel produits localement, plus production hydroélectrique) semblent s’en sortir mieux que les autres.

Mais l’économie mondiale dans son ensemble est mise à mal par l’insuffisance de l’offre de production d’énergie locale ou nationale bon marché.

Du point de vue physique, l’économie mondiale, ainsi que l’ensemble des systèmes économiques nationaux qui la composent, sont des structures dissipatives (https://gmwgroup.harvard.edu/dissipative-systems).

En tant que telles, le schéma habituel d’une croissance suivie d’effondrement semble inévitable. Mais parallèlement, on peut s’attendre à ce que de nouvelles organisations de structures dissipatives émergent, dont certaines peuvent être mieux adaptées aux conditions changeantes. Ainsi, certaines approches de la « croissance économique » qui semblent inadaptées aujourd’hui pourraient être opportunes à plus long terme.

Par exemple, en supposant que le changement climatique ouvre l’accès à davantage de réserves de charbon dans les régions froides, le principe de « Maximum Power Principle » (principe de puissance maximum ou principe de Lotka : https://en.wikipedia.org/wiki/Maximum_power_principle, ou https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_puissance_maximum) suggère qu’une certaine « économie » finira par tirer partie de ces gisements.

Ainsi, alors qu’il semblerait que nous arrivons aujourd’hui aux confins d’un type d’organisation économique, sur le long terme, on peut s’attendre à ce que les « systèmes auto-organisés » trouvent des moyens d’utiliser (« dissiper ») toute source d’énergie à laquelle il est possible d’accéder à moindre coût, en tenant compte à la fois de la complexité et de l’usage des différentes formes de « carburant ».